AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 + quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: + quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà   Lun 1 Juil 2013 - 23:18


⊱ OK, J'AI PERDUE MARY ! SOS, JÉSUS.

La vie, c’est une sorte de cadeau. Oui enfin pour moi mais peut-être pas pour tout le monde, ce que je conçois bien mais pour moi, si. J’avais un peu échappée à la mort quand j’étais enfant, certes mais bon. Et ce soir, ce n’était pas un cadeau à mes yeux. Une journée affreuse à l’hôpital qui m’avait fait perdre un patient. J’étais mal, assez mal. La vie ne tient qu’à un fil à vrai dire. On ne le comprend pas vraiment car parfois la mort ne peut être expliquée par la chimie ou même la logique. Elle ne peut être expliquée par rien du tout. En fait, c’est notre heure, c’est tout. Quand ça arrive l’on ne peut se dire que ce n’est pas notre faute. En somme ce n’était pas la mienne même pas du tout en fait. Enfin, un peu mal, j’avais préférée me décommander au bar pour la journée. Je n’étais pas vraiment opérationnel. Comme toujours, je voulais rentrer, me poser dans le canapé et rester avec Mary. Il y a bien Jordan mais à part fuir et se cacher au boulot dans ses multiples déplacement. Vous aurez surement remarqués que j’avais du mal à dire : maman et papa. Oui, c’est vrai. J’ai du mal. Cela arrive parfois à Mary quand je parle avec elle mais non. C’est rare.  Enfin bref, j’étais rentrée, sagement et j’étais montée de suite à la salle de bain enfin en passant par ma chambre pour sortir un slim et un chemisier confortable avant. Pas le temps de me reposer sur mes lauriers à vrai dire. Je prenais une douche surtout pour me rafraichir et par ce que je sentais le fauve. Ce n’est pas vraiment le cas, je ne suis pointe un animal mais une stupide expression. Je ne sais pas d’où elle vient. Et une fois toute propre, je sentais bon même. Une sorte de parfum entre l’huile d’aragan et les fruits rouges. J’adorais cette senteur même si c’était étouffant sous la douche, je vous assure. Une fois sortie, je m’habillais. Logique. J’allais dans ma chambre en posant mes colliers sur un portique un peu fluorescent surtout depuis que j’y avais mise des étoiles quand j’étais adolescente. J’inspirais doucement en regardant rapidement si j’avais des massages sur mon portable, j’en avais un. Un bête message de Kirby qui me disait qu’on avait un voleur dans les internes. Son cookie avait disparu ce qui me fit sourire car je lui répondais que son cookie était délicieux. En fait, je l’avais pris surtout pour le manger par ce que j’avais faim mais par ce qu’aussi… je suis une farceuse. Je lui en ramènerais un, elle s’en doutait et là, je tentais l’oreille. « Mary ? », criais-je alors en me demandant si elle dormait ou même ou elle était. Pas de réponses, surement qu’elle ne m’avait pas entendue. Je souriais doucement en prenant mon stylo plume et écrivant alors rapidement sur un papier que je devais ramener un cookie à Kirby avant d’enfiler mes ballerines d’un bleu indigo en allant dévaler d’un pas de courses les escaliers en direction de la cuisine et hop. C’était parti pour la recette des crêpes « remontons le morale » une recette magique avec un ingrédient secret. Bon là, je commençais par la farine et les œufs, le lait, le sucre et tout et tout avec le bon dosage bien sûr. Je n’étais réellement pas apte à cuisiner que j’en mettais un peu partout ce qui n’était pas une habitude. J’avais de la farine dans les cheveux pour tout vous dire. Une vraie maladroite. Je regardais alors Trevor, le labrador en m’occupant de sa gamelle alors que ma pâte devait reposer. Je lui mettais ses complément alimentaire pour chien et un peu d’eau en lui caressant doucement le poil. Je prenais l’ananas entamé dans le frigo pour m’en couper une tranche. Bon dieu, j’adorais ça même si c’était parfois un peu acide mais on s’en fiche car c’est trop bon. J’épluchais doucement ma tranchée avec du mal mais bon. C’était du surtout. Et là, j’arquais un sourcil. « Mary ? » demandais-je à nouveau en ne sachant ou elle était passée. Elle ne sortait pas beaucoup en fait, elle ne pouvait même pas sortir car elle se perdait dans la ville en générale et parfois oubliait même qui elle était. J’étais un brin paniquée sur le coup. Totalement même. Je quittais la cuisine. « Mary ? Ou es-tu ? », appelais-je à nouveau un peu perdue en riant nerveusement et sentant l’inquiétude monter légèrement toujours ma tranche d’ananas à la main pour la grignoter. Je faisais pièce par pièce… une à une et même la cave mais rien. Je sentais mon cœur battre à une vitesse impressionnante et j’avais la frousse. Totalement oui. Je revenais au salon en jetant encore un œil dans les pièces du rez-de-chaussée. On ne sait jamais qu’on se serait loupé mais elle n’était pas sourde. Si elle était là, elle l’aurait dit. Je soupirais doucement en sentant l’angoisse accroitre et prenant mon téléphone portable dans posé à l’entrée à côté de mon sac. J’appelais alors la police en composant donc le numéro. C’est plus évident. Je riais un peu nerveusement en penchant la tête et ne sachant réellement pas quoi dire. Je riais un peu nerveusement en regardant en la direction du salon. J’attendais que l’on décroche. « Allo… Allo… Bonjour, c’est Mademoiselle Robertson, ma mère a encore disparue… vous ne savez pas si on vous l’aurait ramenée ? », C’était fréquent cette situation en fait, très fréquent. J’avais mes habitudes surtout avec la secrétaire. Cela faisait 4 ans.  Je riais un peu nerveusement toujours angoissée. « Attendez une minute, je vais voir ! », et elle partait en laissant le téléphone sur le côté, je restais là à attendre sagement sans vraiment savoir quoi faire. Je me tournais les pouces en ouvrant la porte et allant regarder dehors. « Mary ? », criais-je à nouveau pour vérifier en extérieur et allant vers le trottoir pour regarder autour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: + quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà   Mer 3 Juil 2013 - 14:50

Tu dois rejoindre Oswin normalement. Tu dois passer la soirée avec elle. C'était ce qui était convenu. Alors tu as laissé Mary chez Abby. Elle s'occupera d'elle. Tu sais qu'avant la fin de la soirée, tu ne pourras t'empêcher d'aller l'espionner pour savoir si elle traite bien ta fille, mais tu n'y penses pas tout de suite. Tu es au volant de ta voiture, tu conduis calmement. Tu n'es pas pressé, tu sais qu'elle ne se sauvera pas. Mais tu ne sais pas pourquoi, ce soir tu as des réticences à aller la voir. Tu as la tête prise et tu n'es même pas sûr que vous pourrez passer un bon moment, si coucher ensemble et disparaitre chacun de son côté peut être appelé bon moment. Tu appelles plutôt ça sexe sans plus. Mais c'est comme ça que votre relation fonctionne, même si au fil du temps, tu te dis qu'elle n'est pas si anodine que ça dans ta vie, que tu commences à tenir un peu à elle..

Mary ?! Tu tournes la tête en direction de l'appel. A l'entendre, ce devait être trois ou quatre rues plus loin d'où venait l'appel. Alors tu bifurques immédiatement. Ta fille, ta Mary, est en sécurité chez Abigail, tu le sais, mais tu ne peux t'empêcher de te diriger vers cet appel.. Juste pour voir ce qu'il se passe. Alors que tu arrives dans la rue concernée, tu vois une femme sur son porche. Téléphone à l'oreille. Elle semble inquiète, son coeur bat vite, tu vois son regard cherchant quelqu'un qui n'est pas là. Tu ralentis. Tu entends la flic à l'autre bout du fil lui dire qu'elle n'a pas vu sa mère ce soir là. Alors la jeune femme raccroche. Tu te gares. Tu éteins le moteur et tu sors de ta voiture. Tu avances un peu sur le trottoir et tu lances : Vous avez besoin d'aide ? Tu sais pas pourquoi. D'habitude, tu n'aides pas les gens, tu les laisse se démerder parce que tu ne les aime pas.. Mais le prénom, le regard perdu qui te fais penser au tien quand tu observes ta fille, cela te fait agir autrement ce soir là. Te fais agir comme quelqu'un de gentil, serviable.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: + quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà   Jeu 11 Juil 2013 - 19:29


⊱ OK, J'AI PERDUE MARY ! SOS, JÉSUS.

Il y a des moments où il se passe une chose… qui suffit tellement à te rendre en quelques sortes tellement dingues bien que routinière. Tu as vraiment l’habitude pourtant. C’est vrai, oui. Tu n’en es pas à ta première bataille  à vrai dire. Tu connais ça, réellement. Ce n’est pas la première fois que ta mère adoptive disparait d’un coup. Tu sens ton cœur s’affoler. L’angoisse. Tu te retrouves dehors devant ta maison et tu ne peux t’empêcher de crier son nom. Tu te rappelles les nombreuses fois ou tu l’as déjà fait. Tu sens cette sensation dans ta cage thoracique d’un cœur qui se serre. Tu as peur. Habituellement, elle est souvent à la police ou pas loin. Cette fois ? Tu ne la trouves pas. D’habitude, tu ne peux jamais savoir en quel souvenir… elle en est braquée. Elle peut être une adolescente dans sa tête comme une adulte. Tu ne sais jamais à quelle étape de sa vie… elle pourrait être. Tu inspires doucement en tournant autour de toi, tu ne sais pas quoi faire. Tu poses les mains sur ton front, un peu désespérée. Tu as la sensation de l’avoir perdue, d’avoir échouée. Tu bosses trop, tu le sais et tu n’es pas un superhéros. Tu ne peux pas sauver tout le monde. Tu sens les larmes monter progressivement ainsi que la crise de nerf mais tu sais que tu dois garder les pieds sur terre pour la retrouver. Rester forte. Tu te sens nulle de perdre pied. Tu n’aimes pas ça, tu n’aimes pas du tout ça. Tu inspires profondément. Tu tentes en quelques sortes d’attraper monsieur courage. C’est une chose très importante, le courage. Tu le sais mais tu n’as jamais eue la sensation d’en avoir et pourtant l’on te dit depuis toujours que tu es une fille bien courageuse mais au fond, tu perds souvent pieds et tu veux souvent abandonner. C’est humain ? Tellement. Tu entends alors un moteur approcher, des pas. Tu te sens un peu effrayée sur le coup. Tu ne connais pas vraiment de personnes qui sont prêtes à aider dans ce genre de cas. Tu as toujours fais tout toute seule.  Avec les moyens du bord en fait. Tu ris un peu nerveusement. Tu soufflais doucement en passant une main dans tes cheveux et sans vraiment faire attention à l’homme qui approchait, un peu angoissée et ne pouvant pas t’empêcher de sursauter sur le son de sa voix. Tu te tournais vers lui, un peu en faisant un tour sur toi-même. Aussi vite que l’on puisse dire « ouf », tu sentais ton cœur battre à mille kilomètre à l’heure et pourtant tu ne savais pas vraiment comment le calmer. Tu arques un sourcil à la proposition de cet homme. Tu ne sais pas quoi dire sur le coup. Tu es un peu perplexe mais ton regard appel à l’aide. Les yeux humides qui se refusent de pleurer. Tu le regardes presque dans les yeux en penchant la tête légèrement. Tu penches souvent la tête quand tu adresses la parole à des inconnus. Tu ne savais jamais pourquoi mais c’est une habitude que tu as. C’est assez dingue d’ailleurs. « Je… vous… Bonsoir... euh... », tu ne sais pas vraiment comment t’exprimer ou par où commencer. En fait, tu te sens même complétement stupide de te comporter comme une… en fait, tu n’es pas sûre qu’il y existe un mot pour expliquer cet étrange comportement que tu montres. Tu inspirais doucement. « Désolée, je suis un peu paniquée ! », et ça se voyait. Mes mains tremblaient et mon regard était vide. Comme… enfin tu semblais totalement paniquée. « Ma mère a disparue, elle est malade et elle… elle a l’Alzheimer et ne sait surement pas qui elle est ou quand nous sommes ou même qui je suis ou même… enfin », tu riais un peu nerveusement car tu te disais qu’il devait se douter un peu de ce dont tu parlais. Cette maladie n’est un secret pour personne en général et l’on connait le principe. Je crois. Mais là, tu n’es pas certaines qu’il pourrait t’aider. Tu grimaces doucement. « Je ne sais pas quoi faire… je ne sais pas ce que vous pourriez faire de plus ! », tu ne sais pas comment toi-même faire. D’habitude, tu ne peux qu’attendre qu’on te la ramène plus tôt. Tu ris nerveusement, là, vraiment. Tu ne peux pas t’en empêcher. Ton rire nerveux n’est pas du tout nouveau. Tu en as l’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: + quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà   

Revenir en haut Aller en bas
 

+ quand le petit chat (xD) ramène mary - Eymeric&Pandorà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Petit chat devant être amputé patte broyée cherche FA - 59/62
» Boule et Bill / Coloriage
» Quelle est votre berceuse-comptine-chanson préférée ?
» petit chat en tricot!
» Bon Mercredi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version une-
Sauter vers: