AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (alarian // hot) I turn away and pretend that I'm doing just fine but you're inside my mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (alarian // hot) I turn away and pretend that I'm doing just fine but you're inside my mind   Dim 6 Nov 2016 - 4:50

i'm helpless when it comes to you
— darian & alana —

what makes my wounded heart feel like this ? helpless, i'm helpless when it comes to you. leave me alone. i know i'm not making sense but i know i can't let you come any closer. it's my security, it's my self-defense. i keep on doing all this over and over. — helpless

C'est fou ce que Darian peut lui faire de l'effet. Elle aura beau avoir tenté pendant des années de se dire qu'il n'était que son meilleur ami et qu'il était préférable que cela reste ainsi, à présent, elle ne comprend pas comment elle a pu vivre, ni même exister sans ses lèvres contre les siennes à chaque jour. Elle ne comprend pas comment elle se dire une seule seconde qu'elle arriverait à vivre sans lui. Rien n'est plus clair que cet instant, bien que les esprits de la belle s'envolent dans un tourbillon de sensations confuses mais oh combien délicieuses. Pendant dix ans, elle a cru qu'il était favorable de le tenir loin d'elle. Ce sont ce soir dix ans à rattraper dans une nuit qu'elle espère rendre grandiose. Une nuit où chaque baiser témoigne de tout cet amour qu'elle aurait dû lui donner bien plus tôt. Quand il sépare à peine son visage du sien pour la regarder dans les yeux, elle soutient son regard même si elle est à présent à moitié dévêtue. Son soutien-gorge partiellement retiré et sa peau offerte à la vue de Darian, elle ne cille pas bien que dans son coeur, les battements de son coeur font brûler son corps tout entier. Un corps qui frissonne dû au froid ambiant de la pièce alors qu'elle brûle d'un désir ardent pour lui. Pendant quelques secondes, elle craint qu'il ne finisse par se défiler. Qu'il ne retrouve la raison... ou du moins ce qui le poussait à être distant avec elle, et qu'il ne change d'avis. Une telle décision la tuerait sur place, elle en est plus que certaine. Elle remarque son air troublé par la vue de son corps légèrement dévoilé et elle réalise alors qu'elle n'aurait jamais cru en arriver là.

Pas auprès de Darian, celui qu'elle s'interdisait depuis trop longtemps. Soudain, elle rougit un peu elle aussi, se sentant comme une adolescente sur le point de sauter le pas pour la première fois. C'est presque le cas, après tout. Jamais elle n'avait imaginé voir le regard du jeune homme détailler ses courbes féminines. Jamais elle n'aurait cru s'offrir toute entière à Darian alors que c'était elle qui l'avait rejeté au départ. Rejeté pour son bien, certes... Maintenant, elle regrette d'avoir été si idiote et sent son coeur basculer quand finalement, il revient l'embrasser avec passion. Les flammes dans son bas ventre se font plus dévastatrices que jamais au moment où elle sent ses lèvres dévier jusqu'à son épaule. Elle ferme les yeux et tente de reprendre son souffle. Chose peu aisée quand il vient la soulever du comptoir pour se diriger vers la chambre. Et elle s'accroche à lui comme si sa vie en dépendait. Elle ose à peine respirer, ni même réaliser qu'elle est sur le point de franchir ce pas quand les draps finissent par rencontrer son dos. Là voilà coincée entre le lit et Darian. Est-ce vraiment réel ? Est-ce un rêve duquel elle risque de se réveiller à tout moment, ses joues se gorgeant de rouge au souvenir d'un tel songe ? Les bras de l'allemand qui entourent son corps, son souffle se mélangeant au sien est pourtant bien réel.

Après quelques secondes à ne pas le quitter des yeux, elle se redresse un peu pour venir aider le jeune homme à retirer son chandail qui finit bien vite sur le sol. Ce qui reste de son propre soutien-gorge va vite le rejoindre et la belle glissent ses doigts dans la nuque du jeune homme pour l'attirer de nouveau vers elle. Ses lèvres rencontrent une nouvelle fois les siennes alors que leurs deux corps se fondent l'un contre l'autre pour la première fois. Sentir la peau de Darian contre la sienne l'électrise d'une sensation qu'elle n'a jamais connue avant. Aucun amant n'a jamais su l'enivrer à ce point. Elle caresse son cou, ses épaules et son dos, partant à la découverte de chaque parcelle de peau qu'elle peut atteindre. Les deux meilleurs amis connaissent absolument tout l'un de l'autre mais ainsi enlacés, Darian étendu sur elle, Alana est à cet instant en terrain inconnu. Et étrangement, tout lui semble si naturel. Les muscles de son torse contre sa poitrine, comme s'ils n'avaient toujours fait qu'un. Les jambes de la belle sont toujours enroulées autour des hanches de Darian mais elle relâche un peu sa prise pour le laisser plus libre de ses mouvements. Un signe qui montre à quel point elle se laisse porter par le moment présent. Chaque sensation, chaque baiser et chaque caresses, elle les savoure comme si elle craint que ce soit les dernières. Après s'être privée de lui pendant toutes ses années, elle compte bien lui montrer à quel point elle l'aime.

Au fond, il n'y a toujours eu que lui. Lui et ses lèvres dont elle ne se lasse pas d'embrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (alarian // hot) I turn away and pretend that I'm doing just fine but you're inside my mind   Lun 26 Déc 2016 - 12:15


Alana et Darian

I turn away and pretend that I'm doing just fine
but you're inside my mind


J'ai besoin de toi. Les mots d'Alana viennent et reviennent dans la tête de Darian. C'est une rengaine délicieuse, envoûtante, qui ne s'arrête plus d'étreindre le cœur du policier. L'instant est si incroyable que ce dernier tente de repousser les doutes au loin. Ils sont présents depuis tant d'années que, même au moment où la jolie Kovalainen lui prouve que tout est possible, eux, lui et elle, ce tout qu'il veut former avec elle depuis tout ce temps, Darian est incapable de les garder longtemps hors de ses pensées. Malgré les lèvres de la jeune femme sur les siennes, malgré la chaleur de sa peau, malgré son souffle qui se mêle au sien, le Segelbacher a toujours cette appréhension. Il vient de la déposer sur son lit et, pourtant, il craint de la voir soudain s'éloigner. Et si elle fait ça, il sera incapable de la retenir. Peut-être se saisira-t-il délicatement de sa main, pour la garder jusqu'au bout au creux de ses doigts, mais il la laissera faire, pour ne pas la faire souffrir, pour ne pas la voir regretter. Darian cogite sans doute trop. Il y a encore cette fichue raison qui cherche à le ramener sur terre, loin de la femme qu'il aime désespérément, loin de cette histoire qui lui fait battre le cœur un peu plus chaque jour. Il y a encore ces doutes car Darian a été blessé par le passé, et cette blessure n'a sans doute pas encore bien cicatrisée. Elle n'a pas cicatrisée du tout. Elle est là, un peu partout, s'éveillant sous le toucher doucereux d'une Alana qui ne soupçonne pas le trouble qui est en train de se dérouler dans la tête du policier.  

C'est le regard de la Kovalainen qui le fait se stopper brusquement. Après l'avoir aidé à retirer son haut, Darian ne peut que comprendre qu'elle ne partira pas. Et, quand elle se rapproche un peu plus de lui encore, il se somme d'arrêter de réfléchir. Il se contraint à ne plus penser à rien d'autre qu'à elle. Ce qui, en vérité, n'est pas bien compliqué pour un Darian qui n'arrête jamais de penser à Alana. Ses mains qui continuent de parcourir sa peau lui arrachent plusieurs longs frissons, suffisant pour que le policier redemande l'attention de ses lèvres, en fasse de même avec ses lèvres contre sa joue, sa mâchoire, la naissance de sa poitrine. Les jambes de la jeune femme relâchent leur prise autour de la taille du Segelbacher, ce qui fait naître un grognement de frustration au fond de sa gorge. Pour combler la distance, Darian plonge une dernière fois sa main dans ses longs cheveux, avant que ses lèvres n'attrapent celles d'Alana avec plus de ferveur.

Ses doigts dérivent ensuite dans son cou. Ils passent doucement entre ses seins pour venir caresser son ventre, ses hanches. Ses baisers suivent le même chemin, et le policier resserre à peine la prise de sa main sur sa taille quand la réponse du corps de la Kovalainen se fait sentir. Un sourire et il s'affaire à la délester de l'un de ses derniers vêtements, devenu bien trop encombrant. Le jean rejoint le sol, Darian profite de sa position pour déposer un premier baiser sur sa cuisse, un deuxième, alors que son cœur menace d'imploser dans sa cage thoracique. Ce n'est pas sa première expérience, mais, avant, il n'avait pas ressenti un truc pareil. Ce n'était pas Alana sous ses baisers, ce n'était pas Alana dont il avait la chance d'être l'objet de l'attention, ce n'était pas son amour qu'il pouvait lui démontrer. Ce soir, le Segelbacher se sent l'homme le plus chanceux du monde, et ce n'est qu'un euphémisme. Reposant sa main sur la hanche de la Kovalainen, le policier revient embrasser ces lèvres dont le contact intime lui manque déjà. D'abord doucement, avant que l'échange ne redevienne plus passionné. Sa main caresse la peau d'Alana dans le même temps, jusqu'à atteindre son intimité, à travers son sous-vêtement.

Le policier vient cacher son visage dans le cou de sa meilleure amie (l'est-elle encore ?), pour éviter qu'elle ne rigole de ce rouge qui lui monte aux joues. Si un jour on avait dit à Darian qu'il serait aussi proche d'Alana, il n'y aurait pas cru. Son souffle vient s'échouer contre sa peau, ses lèvres déposent de légers baisers ici et là, dans son cou, sur son lobe, dans ses cheveux. Il réduit peu à peu la proximité déjà moindre entre leurs deux corps, tandis que le mouvement qu'il initie plus bas est encore timide, la crainte de voir Alana regretter ce qu'ils sont en train de faire refaisant surface dans un coin de son esprit. Pour l'oublier, le policier continue de se rassasier de cette présence qui pourrait lui être arrachée trop tôt. Il écoute avec attention ce souffle qui s'échauffe en quinconce du sien, il observe ces yeux magnifiques qui se perdent parfois dans sa direction, il embrasse dès qu'il le peut ces lèvres qui lui sont offertes. Darian espère ne pas perdre des années, et redevenir l'adolescent qu'il était, encore plus réservé que l'adulte aujourd'hui, mais il espère surtout qu'ils pourront rattraper le temps perdu, après cette nuit. Il espère qu'Alana ne partira pas demain matin, il espère qu'il pourra lui prouver qu'il l'aime encore comme un malade, comme au premier jour, qu'il ne peut pas vivre sans elle, peut-être  aussi lui démontrer aussi qu'elle ne peut pas vivre sans lui non plus. Alors que ses baisers se font encore un peu plus fiévreux, alors que ses mouvements s'accordent toujours plus à ceux de la jolie Kovalainen, le policier laisse, sans le vouloir, échapper quelques mots, dans un murmure bourré d'un espoir sans fin : - Ne me quitte plus. Et il n'aura même pas fallu une soirée entière pour que Darian retombe sans détour dans les filets d'Alana, qu'il n'a peut-être, au final, jamais quitté.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
 

(alarian // hot) I turn away and pretend that I'm doing just fine but you're inside my mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (alarian // hot) I turn away and pretend that I'm doing just fine but you're inside my mind
» here we are, don't turn away, now. (franklin)
» Mirage 2000D - Falcon BMS 4.32
» (ainsley) ∞ we could pretend for the weekend.
» turn the lights off (mordred)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: