AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Who needs boys when you have friends? (Astren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Mar 24 Mai 2016 - 13:28

Aspen avait pris le temps d’aller saluer les infirmières avant de se diriger vers la maternité de l’hôpital. Elle était bien contente de ne pas avoir à se déplacer dans les couloirs en chaise roulante, cette fois ci. Elle était sortie de sa propre chambre, dans une autre aile du bâtiment, quelques jours plus tôt en béquilles, et maintenant elle pouvait marcher sans trop de problème, dans qu’elle restait en chaussures plates et ne s’amusait pas à courir le marathon. Comme si elle avait pu en avoir envie. Cela faisait plusieurs fois qu’elle proposait à Astrid de passer la voir, mais leurs emplois du temps respectifs ne collant pas, cela faisait déjà bien une semaine que la petite était née et qu’elles n’avaient pas trouvé de date qui collaient : Aspen était en plein déménagement, et Astrid … Pouponnait, coincée à la maternité pour quelques examens de routine, apparemment. Et comme elle devait salement s’ennuyer quand sa poupette dormait, Aspen avait décidé de venir lui changer les idées, et changer les siennes par la même occasion.
Elle n’eut pas beaucoup de mal à trouver la porte de la chambre d’Astrid, reconnaissant le petit dessin sur la porte, qu’elle avait repéré sur un des selfies de Marius. Elle toqua à la porte, doucement, avant de passer juste la tête dans l’encadrement pour murmurer, toute sourire :

- Heyyyy mais ça ne serait pas la plus sexy des mamans de la terre ?

Elle avança sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller la minuscule petite fille qui dormait dans les bras de sa mère, Alors qu’elle s’asseyait à coté du lit pour faire la bise à son amie, lui agitant deux gros paquets à bout de bras :

- J’ai ramené de quoi te faire survivre malgré la nourriture infâme que l’on nous sert ici. Je compatis largement à ta souffrance, j’ai perdu presque autant de poids dans le coma qu’à manger la nourriture de l’hosto.

Elle savait qu’elle se ferait probablement réprimander à parler de son propre cas avec autant de légèreté, mais tant pis. Elle avait décidé de ne pas se positionner en victime de ce qui lui était arrivé, et refusait que l’on se sente désolée pour elle : elle avait survécu et aujourd’hui, elle était vivante et bien vivante, alors plus besoin d’en faire tout un plat. Elle se pencha pour faire la bise à Astrid, avant de poser –enfin !- les yeux sur le bébé

- Coucou toi, qu’est ce que tu es joliiiiiie … Bon, pas très bien réveillée, mais mignonne comme tout… On sent que tu as plus pris de maman que de papa, chanceuse !

Elle adressa un clin d’œil à son amie puis, consciente qu’Astrid avait les mains prises, lui montra ses cadeaux, dévoilant d’abord l’énorme boite de chocolat belge : elle savait que cette dernière raffolait de ça, et il lui faudrait bien de l’énergie pour s’occuper de sa petite, surtout si elle devait le faire toute seule. Et puis de toute façon, il n’y avait pas besoin d’excuse pour manger du bon chocolat :

- Chocolat belge pour madame, plein de beurre de cacao, de ganache et avec je crois huit saveurs différentes ! ça te changera de la mélasse qu’ils nous servent en dessert et qu’ils osent appeler yaourt ! Et ce n’est pas fini !

Elle posa sur les genoux d’Astrid une boite à chaussure d’une grande marque, qu’elle pouvait ainsi ouvrir sans avoir à lâcher sa fille une seconde : à l’intérieur se trouvait une superbe paire d’escarpins noirs, ni trop hauts ni trop petits, du genre qui vous fait des jambes magnifiques tout en étant plus confortable qu’une paire de chaussons. Aspen avait un peu craqué en achetant des beautés pareilles, mais vu les derniers mois totalement chaotiques de la grossesse de son amie, elle le méritait largement.

- Ça, c’est juste pour que tu te souviennes que tu n’es pas juste une maman, mais aussi une fille géniale et une femme sublime qui mérite de prendre soin d’elle et qu’on prenne soin d’elle… Des pieds jusqu’aux chaussures, parfaitement madame.

Elle faillit lui demander si Marius avait fini par lui offrir sa séance de SPA, vu qu’elle n’avait pas eu de nouvelles sur le sujet depuis qu’elle avait lancé l’idée. Mais n’était pas au fait de la relation que ces deux là entretenaient en ce moment, elle préférait éviter les bourdes …
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Sam 17 Sep 2016 - 0:16

Who needs boys when you have friends?
aspen wolstenholme & astrid blake

Je suis purement tombée amoureuse d'Adaline à l'instant où j'ai posé les yeux sur elle. Ses petits cheveux bruns indiquent qu'elle aura probablement plus des traits ressemblant aux miens que ceux de Marius. Mais quand elle ouvre ses grands yeux, j'y vois ceux du jeune homme. D'un côté, je suis triste que ma fille puisse grandir avec des parents séparés mais de l'autre, je me dis que c'est probablement mieux. Pour le moment, ce qui m'importe c'est de m'assurer que je puisse bien prendre soin d'elle. La poupouner, la choyer et la garder en santé malgré son coeur. Les médecins m'assurent qu'elle va bien malgré les nombreux tests qu'ils font sur elle et ça me fait peur. Bien sûr, je me tais, je les laise faire leur travail mais dès qu'on me la prend, je pince les lèvres avec inquiétude. Aujourd'hui, elle est enfin dans mes bras depuis des heures et je ne veux pas la lâcher. Ce sont des petits coups à la porte qui me font lever le nez de ma petite perle. Je vois alors entrer la boule de feu dans ma chambre. Aspen est tellement d'un grand soutien que je ne peux qu'être contente de la voir. Elle et sa chevelure flamboyante qui ne passe pas inaperçu. Il paraît qu'elle a été attaqué et je ne comprends pas comment quiconque voudrait lui faire du mal. Ses compliments et ses cadeaux me font sourire bêtement. Je ne me considère vraiment pas comme la plus sexy maman du monde avec l'horrible sareau d'hôpital que je porte depuis des jours.

- Merci beaucoup. Aspy. Je me rappelle pas c'est quand la dernière fois que j'ai porté des talons.

À part pour séduire Marius et lui faire tourner la tête jusqu'à se casser le cou avec mes jambes qui n'en finissent plus lorsque je porte ce genre de chaussures. Mais ça fait tellement longtemps que je ne peux même plus m'en souvenir. À présent, le cadeau d'Aspen me servira peut-être à essayer de casser le cou de d'autres jeunes hommes. Je ne suis pas certaine que j'en ai envie, pas avec Adaline dont je dois prendre soin mais je ne peux m'empêcher d'apprécier la pensée de mon amie. Elle veut bien faire, elle veut que je puisse me sentir séduisante à nouveau. Ce qui me plaît le plus, ce sont les chocolats que je dévore déjà. Je ne peux pas me passer de cette friandise et dès que j'en goutte le sucre, je ne peux m'empêcher de sourire. Le chocolat me permet toujours d'oublier les emmerdes qui m'entourent.

- HMMM c'est délicieux ! Merci, je t'adore !

Je lui souris, la bouche encore pleine de chocolat. C'est si bon... Je sens soudain Adaline qui grouille dans mes bras et qui ouvre des yeux curieux sur les deux amies. Je ne peux m'empêcher de sourire à la petite blottie dans mes bras et je lève ensuite la tête vers Aspen.

- Tu veux la prendre dans tes bras ? Elle est légère comme une plume.

Normal pour un bébé étant né si petit. Plus que la normale même, à cause de son coeur qu'on me dit. Heureusement, elle va bien et d'un signe de tête, j'invite la rousse à tendre les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Mar 27 Sep 2016 - 21:37

Aspen avait rencontré Astrid par l’intermédiaire de Marius, voilà plus d’un an, quand ils s’étaient mis ensemble la première fois. Aspen avait immédiatement accrochée avec la première rousse de la vie de son meilleur ami, même si cette dernière s’était montrée un tout petit peu méfiante, au début. C’était compréhensible, dès lors que le blondinet avait eu la délicatesse d’annoncer de but en blanc à sa petite copine qu’Aspen était une de ses ex, et parmi ses préférées en plus. Forcément, ça jetait un froid entre les demoiselles, ce genre de révélations. Heureusement, Astrid était une fille intelligente, et Aspen avait mis un point d’honneur à la rassurer sur sa nouvelle relation purement amicale avec le Caesar. Avec le temps, les deux demoiselles s’étaient véritablement liées d’amitié, une amitié qui avait survécu aux multiples ruptures du couple terrible. Mieux encore, Aspen avait réussi à rester fidèle à chacun d’entre eux, sans avoir à trop se mouiller dans leurs histoires sentimentales. Elle avait déjà bien du mal avec les siennes, si en plus elle devait gérer celles des copains….
Elle serra rapidement Astrid contre elle, prenant garde de ne pas lui faire mal, un petit sourire sur les lèvres.

- Justement, j’avais peur que tu perdes un peu l’habitude. Tu verras, elles sont hyper confortables, pile à la bonne hauteur.

Elle s’assit dans le fauteuil à coté de la jeune maman, l’observant dévorer sa boite de chocolat avec entrain : forcément, ce n’était pas ave les plateaux repas de l’hôpital qu’elle allait prendre du plaisir. Aspen nota qu’elle devrait lui en faire livrer d’autres, histoire qu’elle ne finisse totalement amaigrie et déprimée. Hors de question qu’une rouquine en laisse une autre dépérir, il y avait une certaine forme de solidarité entre elles !

- Derien choupette, reprendre des forces c’est important ! surtout que là tu t’es quand même lancée dans un sacré marathon avec l’arrivée de ta petite crevette ! d’ailleurs si tu as besoin de quelqu’un pour faire ton shopping pour la petite, je me porte totalement volontaire !

Il fallait dit qu’elle avait déjà commencé à se faire la main avec le premier né de Marius, mais une petite fille, c’était le rêve pour une reine du shopping comme Aspen. Elle avait un million d’idées sur toutes les petites choses adorables qu’elle pourrait offrir pour le nourrisson. Qu’on lui ôte sa carte bleu si elle passe la porte d’un magasin pour enfants, sinon elle allait rendre folle sa banquière. Elle pencha un peu la tête quand Astrid lui demanda si elle voulait prendre la petit Adaline dans ses bras : elle n’était pas vraiment habituée aux bébés, et elle appréhendait un peu de la tenir contre elle, probablement de peur de la blesser :

- Euh, ok … Mais pas longtemps, si elle se met à pleurer, je vais paniquer, ahah.

Elle tendit les bras un peu maladroitement, mais la petite semblait de bonne composition, se blottissant contre la poitrine d’Aspen dans un petit couinement adorable. La Wol se mit à rougir, sans trop savoir pourquoi, effleurant la tête du bébé du bout des doigts, l’air absorbé par le toucher, l’odeur, la chaleur de ce minuscule petit être.

- Waouh, ça fait bizarre … Mais elle est magnifique, Astrid, vraiment magnifique… Je comprend pourquoi tu ne peux pas la quitter des yeux ta petite merveille …
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Lun 31 Oct 2016 - 19:47

Who needs boys when you have friends?
aspen wolstenholme & astrid blake

Je ne sais pas pourquoi mais je sens toujous une bouffée de fierté quand je pose les yeux sur Ada. Elle ressemble à son père, même à cet âge mais je ne peux que l'aimer davantage. C'est à croire que tout ce qu'elle a hérité de moi, c'est mon petit nez. Son coeur est celui de son père, son visage aussi. C'est ma petite fille et je l'aime de tout mon être depuis la seconde où je l'ai entendu hurler à plein poumons pour la première fois. Son cadeau me fait un plaisir fou. C'est bien mieux que tous les cadeaux pour bébés que je reçois depuis des semaines. Aspen a pensé à moi et je suis peut-être égoïste mais j'en suis touchée. La rousse a un don pour me remonter le moral même si au début, notre relation était plus que tendue. Quelle ironie.

- J'en doute pas. Venant de toi, je suis certaine de faire tourner bien des regards.

Je lui fais un clin d'oeil. Ça fait du bien d'avoir une copine avec qui discuter. Certes, y'a aussi Isolde que je viens de rencontrer mais Aspen connaît très bien Marius donc elle sait exactement toute la merde dans laquelle on est plongé tous les deux. Aspen est un peu témoin de tout cela et bien qu'on en parle jamais, j'ai l'impression que j'ai pas besoin de rien dire qu'elle sait déjà comment je me sens.Du coup, j'aime mieux lui avouer (bien que de façon détournée) que j'ai pas l'intention d'être la fille idiote qui attend à la maison avec un bébé sur les bras pour que le père ouvre les yeux. Je suis encore jeune, j'ai toujours été fière de mon apparence. Quel est le mal ? Bon... si j'étais pour sortir avec de tels talons pour séduire, ce serait surtout pour rendre jaloux Marius mais ça, pas obliger de me l'avouer. Mais bon, un tel plan n'est pas possible tant que j'ai mon rôle de mère célbataire. Aspen le pointe d'ailleurs. Si j'ai besoin d'aide avec la petite... elle se propose pour faire du shopping, ce qui me tire un sourire délicat sur les lèvres.

- C'est gentil, Aspy. Mais si tu vas magasiner pour elle, évite de lui acheter des talons comme ceux-là je risque de faire une crise cardiaque.

Je pouffe de rire. Je sais très bien qu'elle serait bien plus du genre à acheter des petites chaussettes toutes mignonnes mais j'ai besoin de rigoler un peu. De rendre ma situation plus amusante qu'elle ne l'est vraiment. Ces plaisanteries ne font qu'essayer de cacher la peur que j'ai dans le ventre. Celle de m'occuper seule de la petite. Mes parents ont proposé de m'aider et ils vont le faire. Je leur suis reconnaissante mais ça fait de moi une mère célibataire quand même et c'est frustrant. Sur ce, je pose la petite dans les bras de la rousse et les regards avec un sourire niais sur le visage.

- Je suis trop heureuse. J'ai jamais voulu être mère avant et j'ai paniqué quand j'ai appris être enceinte mais maintenant... maintenant je me vois plus vivre autrement.

Même sans Marius, je me sens tellement bien d'être la fière maman d'Ada. J'aurais jamais imaginé qu'un jour je puisse être mère si jeune mais pourtant, ça me vient tout naturellement. Après la panique initiale, évidemment. Aujourd'hui, j'ai presque oublié tout cela et quand je regarde ma fille, je ne peux m'empêcher de sourire.

- Peut-être que ce sera ton tour bientôt ?
Elle lui sourit, taquine et ajoute : Assez parlé de moi ! Comment tu vas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Lun 14 Nov 2016 - 18:36

Installée sur le rebord du lit, Aspen songeait qu’Astrid faisait quand même une maman rayonnante, plus que la plupart de ses amies à qui elle était venue rendre visite post accouchement. Depuis maintenant quelques années, elle découvrait la maternité au travers celles de ses copines, souvent échevelées, pâles et épuisées, mais toujours heureuses. Astrid elle, n’avait même pas l’air d’avoir souffert du fait d’avoir sorti pres de trois kilos de la chair de sa chair pendant plusieurs heures de dur labeur. Non, vraiment, il y avait des femmes qui portaient bien la maternité, et Astrid en faisait partie. D’ailleurs, elle trouvait même qu’Ada était particulièrement gracieusement pour un bébé si jeune : d’ordinaire, les nouveaux nés sont fripés, un peu grognons, et ne réagissent pas vraiment à autre chose qu’au sein de leur mère. Ada elle avait les yeux bien grands ouverts, et semblait curieuse d’absolument tout. Surement un trait de caractère qu’elle tenait de son paternel.

- Mais j’y compte bien ma grande, dès que tu sors, on trouve une nounou pour la petite et on se fait une soirée entre filles, histoire que tu n’oublies pas trop vite que tu es jeune et belle, même si maintenant tu es maman en plus.

En tant que bonne amie, Aspen mettrait un point d’honneur pour sortir un maximum Astrid de sa future routine. Le baby blues, ça aussi elle le connaissait bien, mais surtout l’absence du père de la petite à ses cotés rendrait probablement les premiers mois un peu plus délicats. Astrid n’avait pas de famille dans le coin, alors elle devrait probablement compter uniquement sur ses amis pour gérer la petite et sa vie personnelle en général. Aspen ne connaissait pas tous les proches d’Astrid, mais elle se disait qu’elle devrait être présente pour cette dernière, au cas où Marius se pique de l’idée stupide d’être totalement absent. Ou bien trop présent. Elle le connaissait son Rius, et cela serait probablement l’un de ces deux excès là. Dans tous les cas, cela chamboulerait surement la jeune mère, et un peu de solidarité féminine ne ferait pas de mal …

- Non mais tu me prends pour une presque tata indigne ? Rien d’autre que des petites robes toutes mignonnes, des bandeaux trop choux et des socquettes adorables ! les talons et le rouge à lèvres ça reste pour Maman !

Elle hoche la tête doucement en prenant la petite délicatement dans ses bras, celle-ci s’agrippant instinctivement à la peau chaude de son biceps. La petite tira à Aspen un petit sourire attendri, avant que la reflexion de la maman fit se raidir Aspen presque instantanément :

- Ahaha, ouais, non pour que ce soit mon tour, il faudrait qu’il y ait un homme dans ma vie, enfin, ne serait ce qu’au moins dans mon lit, et ça, c’est pas foncièrement d’actualité …

Qu’elle grommelle, préférant se concentrer sur les babillements de la petite qui lui bavait dessus, avant de reprendre :

- Ecoute moi ça va, pas grand-chose de nouveau depuis que je suis sortie moi-même de l’hôpital… Enfin, si, je travaille beaucoup avec New York, je passe pas mal de temps là bas, et donc voilà, rien de fou… tu sais quand est ce que tu vas pouvoir sortir de l’hopital, du coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Lun 13 Fév 2017 - 22:54

Who needs boys when you have friends?
aspen wolstenholme & astrid blake

Je ne sais pas du tout qu'est-ce que c'est d'être maman. Encore moins une mère célibataire mais je le suis. Je dois m'y faire et m'habituer. Au moins j'ai le premier critère ; j'adore Adaline depuis la seconde que j'ai posé les yeux sur elle. Elle est mignonne dans sa petite couverte et d'un calme surprenant pour un nouveau-né. Vraiment, je suis la plus heureuse des mamans et c'est un sentiment merveilleux. Je n'en ai pas assez de ma petite fille. Cependant, je ne suis pas de celles qui deviennent possessives et j'ai aucun mal à laisser Aspen la prendre. Certes, elle me manque déjà, mais c'est un détail.

- D'accord, je te fais confiance.

Je ne quitte pas ma fille des yeux, complètement hypnotisée par son petit corps. Elle est minuscule dans les bras d'Aspen et je profite d'être une seconde libre pour observer les cadeaux qu'elle m'a donné. Je suis heureuse, je ne peux pas le nier. Malgré tout ce qui se passe avec Marius, Ada compense pour absolument tout. Et discuter avec Aspen me change les idées. Celle-ci paraît d'ailleurs tout de suite mal à l'aise à cause de ma remarque et ça me fait bien rire. Si bien que j'éclate de rire et je plaque ma main sur ma bouche pour ne pas réveiller Ada qui est en train de somnoler dans les bras de la rousse.

- Bah j'espère que tu viendras m'en parler quand y'aura un mec dans ta vie. Je veux connaître tous les détails. Parce que moi... disons que j'ai pas trop l'occasion de m'amuser depuis quelques mois et ça ne risque pas de changer.

Je suis loin de m'en plaindre. Je suis heureuse d'avoir Ada dans ma vie et fréquenter des hommes inconnus ne m'intéresse pas. Je serais bien plus heureuse si Marius arrêtait d'essayer de me sortir de sa vie. Je serais heureuse qu'on puisse former une petite famille rien que nous trois. Mais la vie n'est pas aussi simple que cela. Il a un fils avec une autre, je ne dois pas l'oublier. Mais en plus il me repousse pour une raison que j'ignore car il finit toujours par revenir.

- Oh je vois, j'espère que c'est bien New York quand même ?

Je la regarde avec curiosité et en profite pour me lever et m'étirer. Je suis fatiguée de rester au lit toute la journée. Il faut dire qu'il n'y a pas grand chose à faire dans un hôpital. Je prends quelques secondes pour marcher dans la chambre puis je viens m'appuyoeu sur le lit à côté d'Aspen et Ada.

- Techniquement je pourrais sortir tout de suite mais ils préfèrent observer Ada encore quelques temps. Avec son coeur, tout ça. Donc je reste le temps d'avoir leur ok.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   Lun 20 Fév 2017 - 22:14

Quand elle voit son amie avec sa petite dans la bras, Aspen songe que malgré tout, Adaline est plutôt bien tombée : Astrid a l'air d'être faite pour être maman, malgré son jeune âge et sa situation compliquée vis à vis de Marius. La façon dont elle couve le tout petit nourrisson du regard, avec tant d'amour, tant de dévotion déjà malgré la fatigue, touche Aspen en plein cœur. Serait elle un jour capable de regarder un petit être de cette façon ? Elle ne savait pas, et elle ne voulait pas vraiment y penser tout de suite. Après tout, ce n'était pas d'actualité pour le moment, et cela ne le serait probablement pas avant un bon moment. Aussi, elle profite largement du contact de la petite demoiselle contre elle, le nourrisson se blottissant contre la peau de son buste avec sérénité. Pas étonnant que les gens s'endorment aussi facilement avec un tout petit dans les bras, elle même n'avait pas envie de bouger d'un pouce :

- Ne t'inquiète pas va, tu seras surement l'une des premières à savoir ce qu'il se passe. Et puis si un week end tu arrives à confier Ada à quelqu'un, je t'amènerai visiter la grande ville, et te requinquer un peu. Façon pretty woman, mais avec juste un peu moins d'argent, mais plus de cosmopolitan !

Après tout, Astrid était encore une belle et pétillante jeune femme, hors de question de la laisser oublier qu'elle a le droit de profiter de sa jeunesse. En tant qu'amie, ce serait son job de le lui rappeler, de temps en temps. Aspen repositionna Ada contre elle, alors que la petite enroulait ses petits doigts autour du pouce de la rousse, comme un doudou.

- ne t'inquiète pas pour moi, vivre à moitié ici et ailleurs me fait le plus grand bien. Ça me permet de prendre un peu de recul sur tout ce qu'il se passe ici, mes relations antérieurs etc... j'en avais besoin, je crois.

Elle en était même sure. Elle observa Astrid qui tentait de faire quelques pas dans la chambre, s'étirant un peu, et elle se félicita de la voir si rapidement sur pieds, malgré la fatigue. Certaines de ses amies restaient au lit pendant près d'une semaine, alors la vitalité d'Astrid avait quelque chose d'impressionnant.

- Je vois, on n'est jamais trop prudente, tu as raison. Et, hum, tu as eu de la visite de ta famille ? De Marius, aussi ?

Si ce n'était pas le cas, la rousse emmènerait le Blondinet de force, à coup de pied au cul si il le faut. Ce serait quand même un comble que le père joue les fantomes, et Aspen ne le tolèrerait pas. Au dessus d'elles, l'horloge sonnait la fin des visites. Elles avaient discuté plus longtemps qu'elles ne l'avaient prévu, et Aspen n’allait pas tarder à être gentiment mise dehors par les infirmières... Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Who needs boys when you have friends? (Astren)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who needs boys when you have friends? (Astren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» QUIZZ FRIENDS N° 2
» QUIZZ FRIENDS N°3 : les règles du jeux.
» QUIZZ FRIENDS !!!!!!
» QUIZZ FRIENDS N°3 : le quizz !!!!
» Et plus si affinités (Friends with Benefits)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: