AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✻ take me home where i belong (hawkman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: ✻ take me home where i belong (hawkman)   Mer 13 Juil 2016 - 4:35


Take me home where I belong
clark & cassandra
« I was painting a picture. The picture was a painting of you And for a moment I thought you were here. But then again, it wasn't true And all this time I have been lying. Oh, lying in secret to myself. I've been putting sorrow on the farest place on my shelf. »  w/ aurora.

✻✻✻

Elle s'allume sa cigarette et la pose entre ses lèvres. Installée dans les marches de l'université, certains étudiants la regarde de travers, comme s'ils savent ce qu'elle est. Un monstre, un animal. Une tueuse. Elle a pratiquement l'impression qu'ils la jugent et peuvent voir dans son âme jusqu'au plus profond d'elle. Certes, voir ses tatouages attire les regards mais souvent, elle s'imagine que c'est plus que cette simple apparence. Comme maintenant, alors qu'elle prend quelques bouffées de fumée pour essayer d'évacuer l'angoisse qui bouille dans ses veines. Elle a quelques tics nerveux, ses doigts venant se tortiller les uns dans les autres et son regard ne cesse d'observer partout autour d'elle. Elle sait qu'elle ne devrait pas être ici. C'est stupide, c'est irréel. Le futile espoir qu'elle a de revoir Clark cependant suffit à l'empêcher de s'enfuir. Parce que fuir, c'est tout ce qu'elle fait depuis qu'elle a dix ans. Depuis cet animal qu'elle est devenue. Il n'y a bien qu'avec le jeune professeur qu'elle arrive à être humaine. Sans lui, elle ne serait pas aussi bien installée en ville. Même si elle a trouvé une petite cabane en périphérie de la ville et s'y terre, cela ne change pas le fait que maintenant, elle sait cuisiner. Elle peut travailler... plutôt que de continuer à se terrer dans des ruelles sombres couverte de boue à fouiller dans les poubelles. Elle est une personne normale... Mais quelle femme normale abandonne l'homme parfait ainsi que son propre fils pour fuir et ne pas oser faire face à sa mutation ? Non, elle ne l'est pas, ne le sera jamais. Si elle est à l'université aujourd'hui c'est pour faire un premier pas dans l'espoir de corriger son erreur. Elle n'est vraiment pas douée avec ce qu'elle peut ressentir pour le beau brun. Elle est une horrible mère aussi. Elle le sait maintenant plus que jamais. Elle se déteste pour cette année passée loin des deux hommes de sa vie. C'est bien pour cette raison qu'elle tremble, semble nerveuse. Elle ne fait bientôt plus attention aux regards des étudiants tournés vers elle puisqu'elle jette bien vite un regard à sa montre. Presque l'heure du dîner. Elle sait que Clark ne tardera pas à gagner son bureau. Elle connaît son horaire habituel par coeur... puisque même si cela fait un an qu'elle est partie, elle n'a jamais cessé de jeter un oeil sur eux. De loin, que ce soit sous la forme d'un chat de gouttière ou de chien errant.

Elle finit par lever son derrière de la marche de pierre sur laquelle elle s'est installée depuis un bon moment et pénètre dans l'établissement du savoir après avoir écrasé son mégot par terre. Mains dans les poches de son jeans, elle parcourt les couloirs en évitant les gens le plus possible. Elle n'aime pas les foules, alors elle espère atteindre le bureau de Clark le plus rapidement possible. Quand elle arrive à destination, elle voit que la porte est déjà ouverte. Jetant un coup d'oeil rapide à l'intérieur, elle voit le jeune homme à son bureau. Et elle sent son coeur manquer un battement. Elle a soudain envie de tourner les talons. Elle craint déjà le regard glacé qu'il risque de faire couler sur elle puisqu'elle ne mérite que cela. Sa respiration se fait impossible, elle a l'impression de suffoquer. Qui a dit que ce serait si difficile de le revoir ainsi, à quelques mètres seulement de pouvoir l'aborder. Le regret la ronge aussitôt. Sa fuite, son abandon, elle ne mérite pas d'être avec lui. Pourtant, elle est là et ne s'enfuit pas comme toutes les fois d'avant. Prenant une profonde inspiration, elle fait un pas en avant et apparaît dans le cadre de porte, cognant du deux jointures le boîte. « Hey... » C'est tout ce qu'elle arrive à laisser tomber quand il lève les yeux vers elle. Ça lui semblait bien plus facile quelques instants plus tôt mais maintenant qu'elle se montre enfin, elle a l'impression que le plancher va s'ouvrir d'une seconde à l'autre pour l'avaler. « Je... Comment ça va ? J'espère que je ne te dérange pas. » Bien sûr qu'elle le dérange... elle est l'ingrate qui est partie sans donner d'explications ni d’au revoir. Il a tous les droits de la renvoyer, de ne pas vouloir d'elle ici. Mais elle espère tout de même que le fait qu'elle fasse un pas vers lui est un signe qu'elle se sent affreusement mal de ce qu'elle a fait. Un signe qu'elle tient à lui, à Ayden aussi. « Je peux entrer ? » Se mordant l'intérieur de la joue, elle prit le plus fort qu'elle peut qu'il accepte de lui parler, qu'il accepte de l'entendre. Elle ne sait toujours pas quoi lui dire, à part qu'elle est désolée. Elle fait tous les efforts du monde pour rester plantée devant la porte et ne pas fuir. Elle fait tout pour paraître forte, bien qu'avec Clark, elle ne peut qu'être faible...


Dernière édition par Cassandra Hawke le Dim 28 Aoû 2016 - 1:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ✻ take me home where i belong (hawkman)   Lun 18 Juil 2016 - 18:40

take me home where I belong.
my tears are always frozen, i can see the air i breathe. got my fingers painting pictures on the glass in front of me. lay me by the frozen river, where the boats have passed me by. all i need is to remember how it was to feel alive. silent days, violent shades we are dancing again, in a dream.

Dans l'amphithéâtre, le jeune professeur de littérature surveillait ses élèves, parfois à peine plus jeunes que lui, tandis que ces derniers travaillaient sur leur dernière dissertation portant sur l’œuvre de Shakespeare. Les bras croisés, appuyé sur le bureau de la pièce, Clark observait la foule d'étudiants d'un œil avisé, son regard portant tout particulièrement sur ceux qu'il savait avoir une tendance à la triche ou au "partage" de connaissances. Il ne leur restait plus qu'une demie heure pour terminer leur devoir avant qu'ils ne soient dans l'obligation de le rendre à leur professeur. Pour Clark, cela ferait une quarantaine de copies à corriger, de quoi occuper ses journées de congé et ses soirées. Les minutes s'écoulèrent lentement, et lorsqu'il regarda finalement sa montre, il ne restait plus que quelques minutes aux étudiants. « Vous avez cinq minutes », déclara-t-il alors, et certains protestèrent vivement avant de s'activer sur leurs copies pour y déposer leurs derniers mots. Quelques instants plus tard, Clark leur annonça que le temps qui leur était imparti était écoulé, et les étudiants se levèrent les uns après les autres et déposèrent leurs devoirs sur le bureau de leur professeur, certains avec des mines dépités, de toute évidence peu optimistes quant à leur note. L'amphithéâtre se vida peu et à peu, et une fois que Clark eut terminé de rassembler ses affaires, il quitta à son tour la salle. Son premier réflexe fut de jeter un coup d'œil à son téléphone – pas de messages. Comme à chaque fois qu'il laissait son fils à sa mère, il ne put s'empêcher de lui passer un rapide coup de fil pour s'assurer que tout allait bien avec Ayden, en bon père angoissé qu'il était. Une fois rassuré, Clark quitta les couloirs grouillants de monde et rejoignit son bureau, qui était loin de la foule, loin de l'agitation. Le jeune homme referma la porte derrière lui, et soupira.

Clark abandonna sa sacoche contre le bureau, et passa les mains dans ses boucles noires avant de se laisser tomber lourdement sur son fauteuil. La journée avait beau être déjà bien entamée, il avait hâte qu'elle se termine. Hâte de récupérer son fils et rentrer chez eux, et pouvoir prétendre que le reste du monde n'existait pas. C'était ce que Clark faisait de mieux depuis que Cassandra était partie du jour au lendemain, sans rien dire, sans prévenir et sans plus donner aucune nouvelle. Cela faisait un an, et aucune journée ne s'était écoulée sans qu'il ne se demande pourquoi elle les avait abandonnés tous les deux. Lui qui était pourtant persuadé que les choses se passaient pour le mieux entre eux, qu'il était parvenu à lui faire comprendre qu'elle n'était pas un danger pour eux... Et puis un jour, il s'était réveillé et elle n'était plus là. Il ne s'en était tout d'abord pas inquiété, il n'avait jamais été du genre collant, à vouloir être mis au fait de ses moindres faits et gestes... Mais elle n'était jamais rentrée. Et du haut de ses trois ans, Ayden n'avait pas compris pourquoi sa maman n'était plus là. Clark avait eu toutes les peines du monde à le calmer, à lui expliquer que ce n'était pas de sa faute si elle était partie. Mais comment aurait-il pu comprendre ? Ayden n'était qu'un enfant, un bambin qui commençait tout juste à bien s'exprimer et à comprendre le monde autour de lui. Alors Clark avait utilisé des mots qu'il comprenait, des mots d'enfant... Et surtout, il avait menti. Il lui avait promis que Cassandra finirait par revenir, alors qu'elle aurait tout simplement pu partir à l'autre bout du monde pour ne jamais avoir à les revoir.

Le jeune homme releva la tête lorsque l'on toqua à la porte, qui s'entrouvrit presque aussitôt. Il se força à sourire quand une collègue entra, pour l'inviter à aller dîner avec elle et les autres professeurs de lettres. Clark déclina poliment, prétextant avoir à s'occuper de son fils – ce qui n'était pas faux, quand bien même sa mère se serait occupée d'Ayden quelques heures de plus bien volontiers. Elle parut déçue mais n'insista pas, et quitta le bureau en omettant de refermer la porte derrière elle. Clark soupira mais ne quitta pas son siège, au lieu de cela il plongea le nez dans un paquet de copies qui trônaient presque royalement sur son bureau, lui rappelant qu'elles devaient être corrigées. Avec un manque de volonté flagrant, Clark en attrapa une première et dégaina le stylo rouge redouté par tous les étudiants. Mais il n'eut pas le temps de lire une ligne qu'une voix s'éleva, et lorsqu'il releva la tête il crut avoir perdu l'esprit, tant et si bien qu'il en lâcha son stylo. Cassandra, il la fixa comme un parfait imbécile pendant de longues secondes, comme s'il avait vu un fantôme. Comment ça allait ? Est-ce qu'elle le dérangeait ? Si elle pouvait entrer...? Un instant, Clark crut à une plaisanterie. Qu'elle débarque comme ça dans son bureau, après un an d'absence, comme s'ils s'étaient quitté la veille ? Un petit rire nerveux et incontrôlable lui échappa et il s'enfonça dans son siège en secouant la tête. « J'en sais rien... entrer pour repartir, c'est peut-être un peu con, non ? » Sa propre amertume le surprit. D'ordinaire, Clark était un jeune homme plutôt patient, plutôt tolérant. Mais là, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. « Comment est-qu'on va ? À ton avis, Cassie, comment est-ce qu'on va, notre fils et moi ? »

Brusquement, il était furieux. Furieux parce qu'il s'était forcé à rester debout pendant un an, parce qu'il avait dû tout assumer pendant un an, parce que... Parce qu'elle lui avait brisé le cœur. Il était tombé fou amoureux d'elle, il lui avait tout donné, et elle était partie. De nouveau, il secoua la tête, et quitta finalement son fauteuil. « Ayden a pleuré tous les soirs pendant plus d'un mois. Tu sais comment je l'ai fait arrêter ? Je lui ai menti. Je lui ai dit que tu reviendrais. Mais t'es jamais revenue. » Un an... C'était une éternité pour un bambin comme Ayden. Clark ferma les yeux, et prit une profonde inspiration. Ça ne lui ressemblait vraiment pas de perdre le contrôle de ses nerfs ainsi. Il fallait qu'il se calme, faute de quoi elle fuirait probablement et il e saurait pas pourquoi elle était venue. « Pourquoi t'es venue, Cassie ? Pourquoi maintenant ? »


Dernière édition par Clark Altman le Mar 25 Oct 2016 - 12:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ✻ take me home where i belong (hawkman)   Mer 14 Sep 2016 - 17:16

Dès qu'elle entre, elle sent que son coeur manque plusieurs battements. Elle sent la pression lui vider les poumons de toute leur air. Jamais elle ne s'est sentie aussi honteuse, aussi comprimée par le doute et le regret. Elle n'aurait jamais dû partir. C'est tellement plus simple de vivre dans la peau de la bête, d'un animal qui n'a pas à se soucier d'une peine d'amour ou d’interagir avec les sentiments des gens autour. L'animal, c'est la survie... Pas cette tendance qu'elle a de tout gâcher autour d'elle quand elle reprend sa forme humaine. Clark laisse tomber son crayon quand il pose son regard sur elle. Il paraît clairement surpris de la voir alors que cela fait un an presque exactement qu'elle n'a pas donné signe de vie. Pourtant, de nombreuses fois il a croisé son regard sans le savoir. Jetant un coup d'oeil au corbeau sur la clôture alors qu'en réalité, c'était elle qui gardait un oeil sur les deux hommes de sa vie. Il ne s'est pas passé ne semaine sans que la belle ne vienne vérifier qu'ils allaient bien. Clairement, elle est mal à l'aise. Elle ignore quoi dire... ou où mettre ses deux mains qu'elle enfouit aussitôt dans les poches de son jeans. « J'en sais rien... entrer pour repartir, c'est peut-être un peu con, non ? » Ses paroles la heurtent bien plus qu'une voiture roulant à milles à l'heure dans la rue. Puis, ce n'est rien à côté de ce qu'il ajoute. Des mots qui traduisent très bien comment ils vont. Elle peut s'imaginer qu'il doit la détester, elle n'était tout simplement pas préparer à ce que ce soit si vif... et si douloureux. Mais elle est obligée d'endurer la dureté de son ton et de son regard. Car elle le mérite... ou du moins, elle lui doit bien cela. De s'défouler sur elle après ce qu'elle a fait. Il a tous les droits, alors elle ne réplique rien. Elle le laisse faire couler l'amertume qui se voit dans son regard, dans chaque muscle de son corps qu'elle peut deviner se rétracter d'une fureur silencieuse.

Quand il parle d'Ayden, de ce qu'il a traversé à cause de son départ, Cassie baisse les yeux sur ses pieds. Elle se mord furieusement la lèvre alors que sa gorge se serre. Il n'a aucune idée comment elle n'a jamais cessé de penser à eux. Il ne comprend pas qu'elle en a déjà conscience. Elle sait qu'elle leur a brisé le coeur. Elle sait qu'Ayden ne savait pas ce qui se passait et devait ressentir l'absence de sa mère. Elle ne réalisait pas cependant que Clark devrait supporter non seulement sa propre peine mais aussi s'occuper de celle d'Ayden. Elle s'en veut. Elle se déteste. Elle est en colère contre elle-même d'avoir forcé Clark à mentir à leur fils. Mais maintenant... elle est là. Elle se tient devant lui, incapable de bouger ou même de le regarder. Même l'air semble avoir décidé de déserter ses poumons. « Pourquoi t'es venue, Cassie ? Pourquoi maintenant ? » La question lui fait aussi mal qu'un fer brûlant posé sur sa peau et sur son coeur et elle redresse la tête brusquement sans être capable de dire quoi que ce soit. Le silence s'impose lentement alors qu'il s'est levé, qu'il la confronte. Son instinct sauvage lui hurle de fuir, de grogner et tourner les talons. Qu'elle n'arrivera jamais à lui faire comprendre à quel point elle s'en veut. « Vous me manquez. » C'est la seule raison qu'elle arrive à articuler. C'est la seule qui est vraie. Elle déteste se sentir aussi démunie. Elle n'a jamais été douée avec les gens, encore moins avec ce sentiment qui fait battre son coeur trop rapidement pour être supportable. « Tu me manques. » Ses mains toujours dans ses poches, elle hausse les épaules.

Elle ne sait pas quoi ajouter d'autre. C'est pourtant elle qui est venue. Elle aurait dû préparer un long discours pour essayer de regagner son amour perdu. « Je sais qu'il est un peu tard pour venir... et te dire ça. Je sais... que tu me détestes et je ne te dérangeai pas longtemps. » C'est juste que... Elle n'arrive plus à se passer de lui, de leur fils. Elle veut retrouver cette vie de famille qu'il lui avait promis. Cette vie qu'elle avait eu si peur de connaître alors que son ventre devenait rond. Maintenant, elle donnerait tout pour retrouver cela. Arriver à oublier les peurs qui la ronge. Oublier les bêtes qui se cachent au fond d'elle. « Je suis désolée. Pour tout. Vous êtes mieux sans moi, j'en suis certaine. Mais si jamais... » Elle se prépare déjà à ce qu'il refuse ses excuses. Elle se sent vraiment gauche et maladroite. Son regard fuyant observe la pièce, réprimant le sourire qui cherche à y naître quand elle constate qu'il n'a pas peur ses habitudes. Son bureau est identique à toutes les fois qu'elle l'avait visité avant son lâche abandon. Plus que jamais, il lui manque... oh, comme il lui manque. Avec le NH24, elle sait qu'elle peut être en présence de Clark et Ayden sans craindre pour eux. Sa propre vie est en danger, certes... mais c'est un risque qu'elle est prête à prendre pour eux. Sa récente crise cardiaque ne fait que lui prouver qu'elle ne veut pas mourir seule... elle ne veut pas mourir sans eux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ✻ take me home where i belong (hawkman)   Dim 30 Oct 2016 - 15:39

take me home where I belong.
my tears are always frozen, i can see the air i breathe. got my fingers painting pictures on the glass in front of me. lay me by the frozen river, where the boats have passed me by. all i need is to remember how it was to feel alive. silent days, violent shades we are dancing again, in a dream.

Clark avait songé des dizaines de fois à ce qu'il pourrait dire à Cassandra le jour où elle réapparaîtrait dans leurs vies. Il s'était dit qu'il lui pardonnerait, qu'il la laisserait revenir chez eux sans même y réfléchir... Cela n'avait été qu'un rêve, un fantasme. Maintenant qu'elle était en face de lui, Clark réalisait seulement à quel point il lui en voulait, à quel point il était furieux. Elle était partie comme ça, du jour au lendemain, elle l'avait laissé seul avec leur fils et avec toutes les responsabilités que cela impliquait. Mais surtout, elle lui avait brisé le cœur. Il avait sincèrement cru qu'ils étaient parvenus à construire quelque chose tous les deux, quelque chose de durable. Il n'avait jamais eu la prétention d'être parvenu à dompter son côté animal, mais il pensait qu'elle avait suffisamment confiance en lui – en eux – pour leur donner une chance. Avait-il été naïf ? De tout évidence il était passé à côté de quelque chose, des signes avant-coureurs... Souffrir seul ne l'aurait pas dérangé plus que cela, peut-être même aurait-il tenté de retrouver Cassandra le premier. Mais seul, il ne l'était pas. Il y avait Ayden, qui n'avait certainement pas mérité d'être abandonné par sa mère. Il était encore trop jeune pour comprendre ce que cela impliquait réellement que d'être mutant, pour lui Cassandra était juste sa mère. Et elle était partie, et pas une journée ne s'était écoulée sans qu'il ne la réclame. Clark lui mentait encore et encore, pour ne pas avoir à lui avouer qu'elle les avait tout simplement abandonnés. Comment aurait-il pu être aussi cruel avec son enfant ? Il ne le pouvait pas, il préférait défendre une femme qui ne le méritait sans doute pas. Ses sentiments pour elle demeuraient inchangés, il l'aimait comme un fou – ou un idiot – mais cela n'excusait pas ses actes. L'amour, hélas, ne faisait pas tout. Elle était là, devant lui, mais tout ce qu'il était capable de se demander, c'était combien de temps cela durerait. Combien de temps resterait-elle, avant de disparaître à nouveau dans la nature, parce qu'elle jugeait que c'était mieux pour eux ?

Il avait l'impression d'être collé à son siège, l'apparition soudaine de Cassandra lui avait coupé les jambes. Immobile, il la fixait comme il aurait fixé un fantôme ; pendant une seconde il s'était même demandé s'il n'avait pas halluciné sa présence. Et puis elle reprit la parole, et ses mots lui percèrent le cœur. Ils lui manquaient ? Il grimaça, ne sachant quoi répondre à cet aveu. Il aurait pu lui dire qu'elle aussi, elle leur manquait, mais il n'en avait pas envie, pas encore du moins. C'était trop facile, de revenir comme ça, du jour au lendemain, et de lui dire de but en blanc qu'ils lui manquaient. À quoi s'était-elle attendue ? À ce qu'il lui tombe dans les bras, à ce que tout soit oublié et pardonné ? Cassandra n'était pas idiote, mais peut-être n'avait-elle pas imaginé qu'il puisse avoir une réaction aussi sèche. « Je ne te déteste pas, Cassandra. Et Ayden non plus. » Il prit une profonde inspiration et se pinça l'arête du nez ; il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était censé lui dire. Toutes ces choses auxquelles il avait pensé semblaient ne pas avoir leur place dans cette conversation. « Mais tu ne peux pas nous reprocher de t'en vouloir. Est-ce que tu imagines seulement l'effet que ta disparition a eu sur notre fils ? Les mensonges que je dois lui répéter tous les jours pour qu'il ne pense pas que tu es partie à cause de lui, ou parce que tu ne l'aimais plus ? » Lui parler d'Ayden, c'était plus simple que de parler de ses propres sentiments, de tout ce qu'il avait ressenti au cours de l'année écoulée. Elle était partie et avait emporté son cœur avec elle, et si elle le lui avait ramené, il n'était pas intact. Comment réparait-on les cœurs brisés ? C'était une question que Clark ne s'était jamais posé avant de rencontrer Cassandra, pour la simple et bonne raison qu'elle était la seule femme qu'il ait jamais aimée.

« Si tu es à ce point certaine qu'on est mieux sans toi, qu'est-ce que tu fais là, Cassie ? » Son ton s'était radouci, mais ses paroles n'étaient pas plus tendres pour autant. Il avait besoin de comprendre, et Cassandra lui devait des explications – tant pis si elles ne lui plaisaient pas. D'un geste nerveux, il pointa la chaise vide en face de lui. Qu'elle reste debout et plantée dans l'entrée ne faisait qu'accentuer le malaise qu'il y avait entre eux, et puisque Clark voulait qu'ils aient une vraie discussion, il fallait désamorcer la situation. « Tu es revenue parce que tu avais besoin de revenir. Je me trompe ? » Non. Il la connaissait, probablement mieux que personne. Quoi qu'elle puisse en penser, elle n'était pas un animal, mais un être humain. Et les hommes n'étaient pas faits pour vivre seuls, encore moins ceux qui comme eux possédaient une particularité. « Tu veux revenir... Mais est-ce que tu as pris le temps d'y réfléchir sérieusement ? » C'était difficile, mais il ne pouvait pas la laisser revenir chez eux s'il n'avait pas la certitude que cette fois, ce serait pour y rester. Lui, il pourrait supporter une seconde déception, mais il n'était pas certain qu'il en soit de même pour leur fils. Ayden était bien trop jeune pour subir ce genre de traumatisme, et s'il aimait Cassandra de tout son cœur, son fils restait sa priorité. Il avait le devoir de veiller sur lui et de le protéger, même contre sa mère s'il le fallait. « Pourquoi maintenant, après tout ce temps... ? Est-ce que... Est-ce qu'il t'est arrivé quelque chose ? » Il n'avait que des questions à lui poser. Il n'espérait pas obtenir toutes les réponses dont il avait besoin pour comprendre ce qui leur était arrivé ; tout ce qu'il voulait, c'était un début qui l'aiderait à y voir plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ✻ take me home where i belong (hawkman)   Jeu 19 Jan 2017 - 23:18

Les paroles de Clark ont l'effet d'un coup de poing dans le ventre, d'une flèche en plein coeur. Savoir qu'il doit mentir à Ayden pour ne pas que celui-ci pense qu'elle ne l'aime plus fait monter des larmes au coin de ses yeux. Elle n'a jamais voulu faire de la peine à son fils. Non, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Jamais elle n'a pensé que le gamin pourrait croire une chose pareille et que le jeune homme serait obligé de soulager sa peine. Si elle ne se sentait pas déjà ingrate, c'est pire maintenant qu'elle imagine à quel point la dernière année a dû être difficile pour Clark. Elle adore plus que sa propre vie... comment peut-il avoir des doutes sur cela et penser que sa mère est partie car elle se fiche de lui ? Elle peine à cacher son trouble à Clark, sentant un poids énorme s'affaisser sur ses épaules. « Je ne savais pas... Je... Je suis désolée. J'ai jamais voulu vous causer autant de peine. Être loin de vous me faisais mal aussi, t'as pas idée. » Y'a pas de mots pour traduire ce qu'elle ressent. En se réveillant ce matin-là, elle n'imaginait pas que ça ferait si mal de se retrouver devant Clark autant que ça lui fait du bien d'entendre sa voix, d'être si près de lui qu'elle pourrait le toucher. L'embrasser comme si rien de tout cela n'était arriver. Mais ça, ce ne sont que des songes qu'elle doit garder pour elle alors que le Altman lui demande pourquoi elle est ici après tout ce temps. Une question dont il semble déjà connaître la réponse. Il la connait trop bien. C'est à croire qu'il arrive à lire ses pensées avant même qu'elle ne puisse se défendre. Cependant, il ne peut pas se douter les vraies raisons de sa venue. Il ne peut pas se douter qu'elle détruit son coeur à coup de vaccin au même rythme qu'il dépérit quand elle est loin de lui et d'Ayden. « C'est dur à expliquer. J'ai... j'ai eu des problèmes de santé. » Elle sait qu'il a sûrement plus de questions qu'il n'en avait avant.

Avant qu'il ne puisse s'affoler ou la bombarder de plus d'interrogations, elle ajoute ; « J'avais peur de perdre encore le contrôle de mon pouvoir alors... je me suis mise à prendre du NH24. Et bah... À cause de ça, j'ai fait une crise cardiaque en juin. » Probablement qu'il s'en fiche, elle l'ignore. Il devrait en tout cas... après ce qu'elle lui a fait - leur a fait plutôt - il a tous les droits de la regarder avec indifférence. Mais bon, elle sait qu'il n'est pas aussi méchant et il doit probablement s'inquiéter de l'entendre dire des choses pareilles. Après tout, ce n'est pas quelqu'un de malveillant. Mais elle ne veut pas qu'il s’inquiète pour elle. Elle ne veut pas qu'il la pardonne. Elle n'a pas l'impression de le mériter. S'il le faut, elle passera le reste de sa vie à essayer de se racheter. Cependant, elle ne veut pas que tout soit effacé seulement à cause de ce qu'elle vient de lui dévoiler. Avoir passé si près de la mort a ouvert les yeux de la belle. Maintenant c'est clair ; elle ne peut pas vivre loin des deux hommes de sa vie. « Depuis c'temps, tout ce que j'arrive à penser c'est que si j'étais morte, ce ne serait qu'avec des regrets. » Le regret de ne pas avoir pu lui dire une dernière fois à quel point elle l'aime. À quel point il a changé sa vie. Elle aurait regretté de ne pas avoir pu serrer Ayden dans ses bras ou simplement de le voir sourire. Elle se retient d'éclater en sanglots, trop orgueilleuse pour montrer sa faiblesse. Elle espère aussi qu'il ne lui posera pas d'autres questions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ✻ take me home where i belong (hawkman)   

Revenir en haut Aller en bas
 

✻ take me home where i belong (hawkman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haute Fidélité et Home cinema
» HOME (film)
» Home déco
» HOME - un film de Yann Arthus-Bertrand (1:33:39)
» home déco pour un anniversaire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: