AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (fst) Alexander | That's not a funny situation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 1796
SUR TH DEPUIS : 26/05/2015
MessageSujet: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Mar 19 Juil 2016 - 23:09

That's not a funny situation
Hippolyte & Alexander



Il n'avait pas bronché.

Il avait appris plus tôt dans la journée que le monstre tout droit sorti de ses laboratoires avait été capturé, et était à présent retenu sous bonne garde. La créature avait fait bien des victimes, semé la terreur dans les rues et voilà qu'enfin, tout cela allait cessé. Mais pour combien de temps ?
Dirigeant de l'une des plus grosses entreprises pharmaceutiques du pays, les poches tellement remplies de billets qu'elles en vomissaient les visages des Pères Fondateurs du pays à longueur de journées, Hippolyte Caesar avait l'habitude que l'on parle de lui pour les multiples remèdes qui sortaient de son entreprise. Et pourtant cette fois, son nom n'était pas évoqué comme celui de l'altruiste pharmacien mais plutôt comme le scientifique complètement fou qui avait permis ce drame.

Nul ne savait qu'en réalité, il n'avait jamais signé le document qui avait permis à son employé de mener à bien ses expériences. A l'époque où tout s'était produit, il venait à peine de se réveiller à l'hôpital, affaiblit et amnésique qui plus est. Celui qui avait apposé sa signature sur ces documents, celui qui avait mis le feu aux poudres sans se douter un seul instant des conséquences de ses actes, c'était Marius. Hippolyte aurait pu l'accabler, tout lui mettre sur le dos et lui dire d'assumer les conséquences de ses actes. A une époque, il l'aurait sûrement fait.

Mais pas depuis qu'il s'était enfin décidé à tenter de se racheter, et surtout pas depuis que son abruti fini de fils avait tenté de mettre fin à ses jours avec une énième dose de vaccin. Si Marius n'avait plus que quelques mois à vivre, son père préférait qu'il les passe dehors plutôt qu'en prison. Alors, il s'était emparé de tous les documents concernant l'affaire, repéré ceux qui avaient été signés par Marius et les avait entièrement réimprimés et paraphé de sa main. Il avait ensuite détruit les anciens exemplaires, à tel point qu'il était impossible désormais de remonter jusqu'à Marius et de l'accuser de quoi que ce soit. Et tant pis s'il venait hurler et râler comme il en avait l'habitude. Lui accorder un peu plus de liberté valait bien tous les actes malhonnêtes au monde.

Aussi n'avait-il donc pas bronché, lorsqu'on les avait convoqué, lui et son avocat, au poste de police. Il le payait cher, ce magistrat, assez pour qu'il le tire de là d'une manière ou d'une autre, et Hippolyte aurait toujours pu graisser la patte des représentants de l'ordre mais... Ils finirent pas s'accorder sur quelque chose d'étonnamment honnête, quand on connaissait la fourberie naturelle du Caesar. Une mise au frais pour l'avoir à l’œil, en échange de quoi on le tiendrait au courant au sujet de la créature qui croupissait désormais il ne savait où. A vrai dire, il il aurait volontiers prêté ses services pour aider à l'élaboration d'un remède pour le pauvre homme à qui on avait injecté le sérum qui l'avait rendu fou mais pour l'heure, on avait plutôt tendance à se méfier de lui. Chaque chose en son temps, se disait le Caesar.

De mauvaise grâce, il s'était laissé passer les menottes et n'avait pas ouvert la bouche tandis qu'on le menait à la prison de Radcliff. Un édifice austère, dans lequel il aurait préféré ne jamais mettre les pieds. On lui confisqua ses effets personnels ainsi que son téléphone, après qu'il eut envoyé un message à Poppy pour l'informer des derniers événements. Il hésita un instant à prévenir Marius, et se fit la remarque qu'il préférait ne pas le voir débarquer avec une pioche et une pelle pour retourner la prison et le faire sortir de là.

A présent vêtu d'une horrible combinaison orange propre à tous les détenus, Hippolyte suivi le gardien, qui le mena directement à une sale commune où il l'abandonna là, sous le regard méfiants de ses nouveaux compagnons d'infortune. Il y avait là de quoi terrifier quiconque n'aurait jamais croisé un criminel de sa vie : des dealers, des meurtriers, des voleurs sans scrupules... Mais pas d'autre pharmacien accusé d'avoir relâché un monstre en ville. Les dardant tous d'un regard glacial, le nouveau venu se demandant s'il valait mieux aller s'asseoir seul dans un coin, ou tenter de se mettre dans la poche les quelques gros bras que comptait l'assistance.

Il fini par opter pour la première solution et s'avançant à la recherche d'une table libre et isolée, jusqu'à ce qu'il le remarque. L'autre prisonnier qui faisait tâche, celui qui aurait pu se trouver ailleurs sans qu'on le soupçonne une seule seconde d'être un criminel. Alexander Callahan. Enfin un visage connu et plus amical que les autres. S'approchant de lui, il posa une main sur la chaise libre qui lui faisait face.

« Je peux...? »

Après s'être assit, il tourna son regard vers les autres détenus, qui avaient repris leurs occupations.

« Vous êtes bien entouré, à ce que je vois... Ils sont du genre bêtes à manger du foin ou il y a encore de l'espoir pour eux ? »

Depuis combien de temps Alexander croupissait-il ici ? Un mois ? Deux mois ? Plus ? Hippolyte ne s'en rappelait plus, beaucoup de souvenirs lui échappaient encore. Une chose était certaine, il n'avait certainement pas besoin d'expliquer au Callahan pourquoi il se trouvait face à lui. Bien qu'enfermé, il devait probablement recevoir les nouvelles du monde extérieur. Dans le cas contraire et bien... Hippolyte se ferait un plaisir de lui raconter à quel point il était heureux de se mettre au régime gastronomique du pénitencier.
© Grey WIND.

_________________


Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1273
SUR TH DEPUIS : 06/09/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Mar 26 Juil 2016 - 17:19

war just moved up a gear.
— hippolyte caesar & alexander callahan —

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

A combien de hunters un peu trop sûrs d’eux est-ce qu’il avait évité la prison ? Alexander n’avait de cesse de se poser la question, depuis des semaines et des semaines. Les plus longues semaines de sa vie sans l’ombre d’un doute. Il était prudent, organisé, méthodique et il avait tiré un certain nombre de hunters de derrière les barreaux et tout ça pourquoi ? Pour que ce soit lui qui finisse par s’y retrouver. Y avait personne qui venait pour l’aider lui, à croire que tout ce qu’il avait fait pendant des années, ça ne méritait pas qu’on vienne à un moment lui rendre la pareille. Il aurait pu compter sur Adelaïde, mais il savait trop bien que s’il devait compter sur elle, en un rien de temps, leur famille serait beaucoup plus exposée et il ne pouvait pas laisser une telle chose arriver. Tout ce qu’il pouvait demander à son épouse, c’était de lui trouver un avocat en qui ils pourraient avoir complètement confiance. C’était pas facile, sans doute quand on s’appelait Callahan de trouver quelqu’un répondant à ses critères. Parce qu’Addie et lui, ils s’y connaissaient bien en droit, en justice et tout ce qui allait avec. Alors, ils avaient sans doute tendance à se méfier de tout le monde. Mais, Adelaïde, elle allait trouver quelqu’un pour le sortir de son trou, il le savait pertinemment. Il  avait confiance en elle plus qu’en n’importe qui. Il aurait pu la laisser gérer l’affaire et il serait sorti de prison depuis longtemps maintenant, mais c’était une stratégie qu’ils savaient l’un comme l’autre, beaucoup trop risquée.

Alors, depuis des semaines, il était enfermé dans cette fichue prison, bien loin du confort auquel il avait l’habitude, dans son grand manoir à Radcliff. Mais il n’était pas du genre à se plaindre, alors malgré l’inconfort, la compagnie insupportable, la bouffe dégueulasse et cette fichue tenue orange, il restait calme et patient, le type qui ne se faisait pas nécessairement remarquer. Il n’était pas assez stupide pour jouer les gros durs au beau milieu de cette prison et il n’avait pas envie de se mêler aux imbéciles qui l’entouraient, alors indéniablement, il était mieux dans son coin, à espérer que personne ne vienne le faire chier. Depuis sa plus tendre enfance, on lui avait appris à être calme en toute circonstance, mais il savait trop bien là, que ses nerfs le titilleraient trop vite pour qu’il reste longtemps calme si on venait l’emmerder. L’ambiance de cette prison ne l’aidait pas à rester pleinement calme. Sa faisait des semaines qu’il était là-dedans et sa vie lui manquait. Sa femme lui manquait, ses enfants aussi ; même les conneries de Noeh commençaient à lui manquer, c’était dire à quel point il commençait à être à bout à force de passer ses journées là-dedans. Mais il ne laisser rien paraitre. Il soupira, n’ayant pas envie de discuter avec qui que ce soit quand une voix était venue interrompre ses songes. Pourtant, il releva la tête et reconnu le visage de son interlocuteur. Hippolyte Caesar. On pouvait dire au moins que la blondinette qui servait de maire à Radcliff savait tenir ses promesses. Elle avait parlé de justice et voilà que les hunters commençaient à tomber les uns après les autres. Il acquiesça seulement à la question de son interlocuteur, le dévisageant alors qu’il s’installait en face de lui. Pour quelles raisons est-ce que Caesar pouvait bien être tombé ? « Bêtes à manger du foin. » Qu’il répondit à sa question. Pour ce qu’il avait pu en voir ces dernières semaines, les prisonniers autour d’eux n’en valaient pas vraiment la peine. Mais la présence de Caesar changeait soudainement la donne. « Alors, qu’est-ce qu’Hippolyte Caesar a bien pu faire pour se retrouver en prison ? » Ce n’était pas de l’imprudence dû à la chasse, ce n’était jamais ça qui condamnait les hunters. Ce n’était pas pour ça qu’il était tombé et il savait d’expérience que les hunters étaient trop méthodiques, trop expérimentés pour se faire avoir là-dessus, alors on avait dû le piéger sur autre chose, tout comme lui, il avait été accusé de frauder dans ses procès, corruption et compagnie et non pas d’avoir tué des dizaines de personnes, parce que ça personne ne pouvait le prouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 1796
SUR TH DEPUIS : 26/05/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Mer 3 Aoû 2016 - 22:27

That's not a funny situation
Hippolyte & Alexander



La prison, Hippolyte était parvenu à l'éviter plus d'une fois. Pour tous les meurtres qu'il avait commis, il aurait pu être condamné à un si grand nombre d'années de prison qu'il lui aurait fallu plus d'une vie pour toutes les purger. Seulement voilà. Jamais un chasseur de Radcliff n'avait été condamné pour avoir tué un mutant. Jamais un chasseur n'avait eu à se soucier de trouver un avocat pour le défendre au sujet de la chasse aux mutants. Jamais, car avec la politique de Lancaster, un chasseur pouvait agir en toute impunité. On le félicitait même, encourageant les jeunes héritiers des familles de hunter à rejoindre le mouvement. Mais Lancaster n'était plus maire, et la blondinette qui avait pris le relais semblait déterminée à faire tomber un à un les chasseurs au tableau de chasse un peu fourni. Combien de temps Wolstenholme, DeMaggio ou Griske pourraient arpenter les rues sans avoir à se demander s'ils n'allaient pas croisés une escouade de police pour les mener tout droit en prison ? Saddler était certes moins expérimentée que Lancaster, mais force était de constater qu'elle était futée, et qu'il valait mieux ne pas la sous estimer.

Voilà pourquoi Hippolyte et Alexander se retrouvaient en prison. Pour des raisons qui n'avaient rien à voir avec la chasse, mais tout aussi susceptibles de les maintenir derrière les barreaux un bon moment. Pourtant, le Caesar comptait bien ressortir dès que l'affaire de de la créature tout droit sortie de ses labos serait résolue. En montrant patte blanche, on le laisserait peut-être intervenir, histoire d'accélérer les choses et de pouvoir retourner à ses affaires. Savoir que son casier judiciaire se retrouvait souillé par une affaire dont il n'était pas responsable le rendait suffisamment malade comme ça, et la seule chose qui l'empêchait de hurler était de savoir qu'au final... C'était pour aider son grand crétin de fils. Hippolyte doutait d'ailleurs que le Callahan vive bien le fait d'être enfermé, entouré d'idiots, d'après ce qu'il disait. Côtoyer la bassesse humaine quand on avait deux sous de jugeote, c'était souvent une punition largement suffisante. Haussant les sourcils, Hippolyte s'étonna que son vis à vis n'ait pas entendu parler des récents événements qui agitaient Radcliff.

« Vous n'avez pas accès aux journaux ici ? » Demanda-t-il d'un air sincèrement étonné. « A vrai dire... J'ai simplement signé le mauvais document et autorisé la mauvaise personne à faire de mauvaises expériences... L'un des scientifiques de mes laboratoires travaillait sur un sérum susceptible de fournir des pouvoirs à quiconque l'absorberait... Et comme la génétique n'aime pas beaucoup les anomalies, il a échoué. L'homme a qui il a administré la dose test s'est changé en un véritable monstre qui a terrorisé la ville le mois dernier. »

Que ça lui coûtait d'admettre tout ça... Quiconque connaissait un tant soit peu ses opinions savait que jamais le Caesar n'aurait autorisé ce genre d'expérience. Parfois, en y repensant, il était pris de l'irrésistible envie de mettre trois paires de claques à Marius.

« Une affaire délicate, vous en conviendrez. Etant donné que le cinglé qui a mis tout ça au point est mort, ils ont préféré m'enfermer, parce qu'il leur faut bien un coupable... »

Un haussement d'épaules, il regarda à nouveau autour de lui, se demandant lesquels il pourrait amadouer suffisamment pour ne pas être ennuyé par les autres. Quelle tristesse, vraiment... Il se tourna à nouveau vers Alexander en soupirant.

« Et vous, alors ? Comment avance votre... Affaire ? Toujours pas de jugement en vue ? J'avoue être plus qu'étonné de vous voir toujours ici. »

Après tout, qui mieux qu'un avocat pouvait se sortir d'une prison ?
© Grey WIND.

_________________


Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1273
SUR TH DEPUIS : 06/09/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Sam 3 Sep 2016 - 14:21

war just moved up a gear.
— hippolyte caesar & alexander callahan —

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

La prison, Alexander avait toujours cru qu’il y échapperait, ne serait-ce que parce qu’il était prudent comme hunter, il savait être discret et stratégique, il avait été entrainé pendant des années et des années pour être un excellent hunter. Il en avait ôté des vies sans que jamais personne ne remonte à lui et maintenant pourtant, il se retrouvait derrière les barreaux. Même pas pour le sang qu’il avait sur les mains, mais parce qu’y avait quelqu’un quelque part qui avait réussi à prouver qu’il avait falsifié de nombreuses évidences lors des affaires qu’il avait traités, pour aider des hunters à éviter la prison. Qui est-ce qui avait réussi à les trouver ces preuves ? Il n’en savait rien. Mason Leinster peut-être ? C’était de lui que venait l’accusation de toute façon, mais l’agent du FBI n’avait voulu qu’une chose, le labo dans lequel sa fille était enfermée depuis des années. Son enquête avait été probablement plus centrée là-dessus que sur ses procès, parce que l’un n’avait pas de lien avec l’autre. Non, pour trouver ces quelques évidences, les rares évidences qui étaient conservées quelque part, il fallait quelqu’un qui savait déjà ce qu’il cherchait, quelqu’un qui avait l’habitude de côtoyer le monde des hunters. Alexander était presque certain qu’y avait eu plus que ce maudit agent du FBI pour le coincer, lui, il avait juste pris avantage de la situation. Y avait quelqu’un d’autre qui l’avait conduit à sa chute et il finirait bien par trouver qui l’avait trahi de la sorte. Quand il sortirait de son trou à rat bien entendu.

« Si, mais moins j’en sais sur ce qui se passe à l’intérieur, mieux je me porte. » On ne pourrait jamais l’accuser ainsi, d’avoir utilisé quoi que ce soit d’externe à sa cellule à son avantage et, ne rien savoir, ça l’empêchait aussi de vouloir griller les étapes pour sortir au plus vite de là, il était patient comme type, mais y avait des trucs qui pouvaient la lui faire perdre sa patience, là au moins, il ne prenait aucun risque de mal faire les choses. « C’est toujours plus simple d’accuser le patron d’une entreprise, comme s’il était au courant de tout ce qui se passait chez lui. » Ils auraient dû tout savoir, l’un comme l’autre, histoire d’éviter de se retrouver en prison, mais l’erreur était humaine. Pour ce qu’il en savait, la même chose était en train d’arriver au couple Holgersen, pour les expériences illégales qui avaient été effectuées dans leur laboratoire, ce qui les maintenait encore en dehors de la prison, c’était peut-être que leur nom n’était pas connu dans le monde de la chasse, comme celui de hunters, juste des alliés qui avaient voulu combattre la mutation par la science et pas en faisant couler le sang. Jamais ça n’avait été leur objectif à ceux-là, alors qu’un type comme Caesar, c’était beaucoup plus simple de l’accuser d’être entièrement responsable de la présence de cette bestiole en ville. « Ils ont besoin de coupable, pour montrer qu’aujourd’hui, Radcliff connait des jours meilleurs. Lancaster aurait dû prendre ces élections plus au sérieux. » Ce n’était pas faute de le lui avoir dit à Lancaster, d’avoir essayé de lui assurer une victoire en enlevant la fille qui s’était opposé à lui lors des dernières élections. Mais non, Lancaster avait fait comme il le sentait et ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il ne se retrouve en prison à leurs côtés. « Si je sors trop vite d’ici, on hésitera pas à accuser ma femme d’y être pour quelque chose. » Elle était procureur général, elle avait assez de pouvoir et de compétence pour lui assurer une sortie rapide de prison. « Il me semble plus juste de rester encore un peu ici, le temps de laver les soupçons sur le reste des Callahan. » Ils auraient été vite repérés si sa femme était venue s’occuper de l’affaire, tant qu’elle restait loin de tout ça, ça prenait un peu plus de temps, mais ça lui assurait d’être tenue loin des accusations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 1796
SUR TH DEPUIS : 26/05/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Mer 28 Sep 2016 - 10:54

That's not a funny situation
Hippolyte & Alexander



Ce qui agaçait le plus Hippolyte dans cette affaire, c'était le discrédit jeté sur son entreprise. Il avait sué sang et eau pour arriver au sommet, racheté une entreprise sur le déclin pour en faire l'un des plus importants laboratoires pharmaceutique au monde, ne comptait pas ses heures... Et il avait suffit d'une signature, un seul nom griffonné au bas d'un contrat pour qu'à présent, tout le monde remette en doute ses méthodes et la fiabilité des traitements qui sortaient de ses usines. Gravir les échelons demandait du temps, de la minutie et de l'acharnement, tandis qu'il suffisait d'une erreur pour les dégringoler et peiner à se relever. Quelque part, Hippolyte avait conscience depuis le jour où Victoire l'avait initié à la chasse qu'il finirait par se faire prendre et passerait quelques temps en prison. Il avait beau savoir effacer ses traces, il n'était pas dupe : tôt ou tard, il aurait fini par plonger pour tous les meurtres qu'il avait commis, si tant est qu'un mutant n'ait pas raison de lui avant. Mais qu'on l'enferme pour une sombre affaire de mutant trafiqué ? Ça jamais ! Pour l'heure, il s'était bien gardé de prendre contact avec Marius, préférant le laisser dans l'ignorance que d'appuyer le fait que c'était lui et non son père, qui était à l'origine de cette signature fâcheuse. Hochant la tête, il devait bien reconnaître que le Callahan se préservait en choisissant de ne pas trop se préoccuper de ce qui se passait à l'extérieur. A quoi bon pester sur ce qui se passait en ville ? Derrière les barreaux, il ne pouvait rien faire, de toute manière.

« Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, de ne pas savoir... Disons que si d'autres chasseurs devaient subir le même sort que nous, vous seriez rapidement mis au courant... »

Des chasseurs dont les activités étaient connues de tous, il y en avait pourtant un paquet en ville... Suffisait de creuser un peu du côte des Wolstenholme, des DeMaggio, de Griske... Mais si l'on commençait à enfermer tous les chasseurs avérés, il n'y aurait bientôt plus un cm² de libre dans la prison, et la ville ressemblerait à une ville fantôme. Ou bien les mutants feraient la fête en toute impunité, au choix. Soupirant, le chasseur se laissa glisser contre le dossier de la chaise branlante sur laquelle il s'était assit.

« Je ne vous le fais pas dire... Je ne peux pas surveiller les moindres faits et gestes de chacun de mes employés, ils sont trop nombreux... Et il suffit d'une brebis galeuse dans le lot pour que tout s'effondre. Malheureusement pour moi et heureusement pour lui, comme je vous le disais, il est mort et donc incapable de répondre de ses actes. »

Mort, enterré, probablement pleuré de toute sa famille... Mais avant tout responsable d'un carnage sans précédent. S'il approuvait l'idée selon laquelle la majorité avait besoin d'un coupable à lapider, il était en revanche moins partisan de Lancaster, depuis quelques temps.

« Je ne suis pas certain que Lancaster aurait pu faire quoi que ce soit... Si Saddler a été élue, je doute que ce soit en ayant fait les yeux doux à ses électeurs. Entre la mise en quarantaine, le Gunpowder Squad et la terreur qui régnait en ville, même le plus neutre des habitants aura vite fait son choix. Si Lancaster veut revenir sur le devant de la scène, il a intérêt à montrer patte blanche... »

Hippolyte faisait partie de ces sceptiques qui doutait que les méthodes de Lancaster puisse convaincre le plus grand nombre. Pour manipuler les gens, il fallait leur donner ce qu'ils souhaitaient, pas les traumatiser ! Alexander semblait plus futé que la moitié des moutons qui se contentaient de suivre le mouvement en ville, et sa décision d'épargner le discrédit à toute sa famille était louable, bon nombre de chasseurs emprisonnés n'auraient pas eu ce genre de scrupule. Après un bref moment de silence, Hippolyte repris.

« De vous à moi... Vous retrouver ici ne vous fait pas réfléchir sur certaines choses ? Je veux dire... Nous savons tous les deux que les raisons de notre emprisonnement arrangent bien les détracteurs de la cause des chasseurs. Vous ne pensez pas que ce serait peut-être l'occasion de... Changer ? »

Bien sûr qu'il ne sous entendait pas par là d'aller embrasser le premier mutant venu en lui proposant d'aller boire une bière. Mais depuis qu'il avait découvert la mutation de Marius, Hippolyte avait eu le temps de réfléchir à tout ce que cela impliquait. Pouvait-il se permettre de faire une exception pour son fils ? N'allait-il pas voir la déception de ce dernier dans le regard de tous les mutants qu'il traquerait plus tard ? Plus les jours passaient, plus il se demandait s'il n'aurait pas mieux fait de travailler d'arrache-pied à l'élaboration d'un vaccin plus efficace et moins nocif pour les mutant, dusse-t-il n'obtenir aucun résultat et y passer des années : essayer devait bien valoir le coup.
© Grey WIND.

_________________


Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1273
SUR TH DEPUIS : 06/09/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Ven 11 Nov 2016 - 22:26

war just moved up a gear.
— hippolyte caesar & alexander callahan —

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

La prison, c’était pas l’endroit rêvé, c’était certain et Alexander avait bien entendu envie de sortir de là le plus rapidement possible, mais c’était comme tout, il fallait savoir prendre son temps pour que les choses soient bien faites. Si ça avait été encore Lancaster le maire de la ville, ça aurait été bien plus facile. Après tout, c’était lui qui avait permis à Lecter de sortir de prison là où aucune démarche juridique n’avait jamais servi à quoi que ce soit. Lancaster, il avait eu du pouvoir, le problème c’était qu’il n’avait pas toujours su comment bien s’en servir et il s’était lui-même conduit à sa propre perte. Y avait des chances pour que bientôt, ce soit à son tour de venir rejoindre les bancs des détenus de la prison de Radcliff. Le Callahan, il savait qu’il ne pouvait pas compter sur ses alliés pour le sortir de là. Il avait complètement confiance en son épouse, il savait qu’elle aurait pu l’aider à sortir de là, mais c’était un choix qu’il ne pouvait pas se résoudre à faire. Adélaïde ne pouvait pas se faire remarquer à son tour, sinon, on s’intéresserait aussi à Matthias, puis à Salomé et Noeh et c’était absolument impensable pour Alexander. Mieux valait qu’il soit le seul de sa famille à pourrir dans l’une des cages de la prison de Radcliff. Il en sortirait bien assez tôt qu’il se disait. Une idée qui retombait bien vite dès lors qu’il se retrouvait en face de son avocate. La petite Byers, elle avait bien l’air de sortir tout droit de l’université et c’était à se demander si elle n’avait pas eu son diplôme dans une pochette surprise. Elle ne savait pas d’où elle sortait celle-là, mais de toute évidence, avec elle comme avocate, il avait du souci à se faire. Qu’importait, il pourrait toujours en demander un autre si ça n’allait pas, il en avait les moyens de toute évidence.

« J’en doute pas. C’est à se demander qui sera le prochain à tomber maintenant. » Et Callahan, il n’aurait pas parié sur Caesar. Y avait déjà la nièce DeMaggio qui avait été enfermée, ça n’aurait pas été impossible que l’oncle finisse par tomber à son tour. Ou le fils. Fallait croire qu’y avait assez de loyauté dans cette famille pour que la première à tomber ne cherche pas à marchander en balançant les autres. On pouvait au moins leur accorder ça aux hunters, ils savaient se montrer loyaux les uns aux autres, c’était déjà ça. « Ouais, je suis bien placé pour comprendre ça. Je sais pas lequel des miens est allé fouiner assez profondément pour trouver des preuves m’inculpant. » Quand il le saurait, il le lui ferait payé à cet employé en question. Il avait rapidement compris, bien avant d’être arrêté par la police, que quelqu’un avait trouvé des dossiers compromettant, y compris ce laboratoire dans lequel il avait plus ou moins gardé des transmutants. Willow et Bucky. Les deux étant dans un centre médical, avec des docteurs et les signatures de leurs parents, c’était pas si illégal que ça. L’une avait été plongée dans le coma artificiel parce que ses pouvoirs étaient incontrôlables, dangereux pour elle comme pour son entourage et l’autre avait viré fou après avoir été vacciné au NH25. Mais dans les faits, Alexander, il pouvait bien prétendre n’avoir fait qu’aider les autres et il dirait bien volontiers ne pas avoir été au courant de ce que les médecins avaient fait, dans son dos. Mentir, c’était un art chez lui, il était avocat après tout. Il laissa échapper un soupire, alors qu’il était question de Lancaster. « Non, c’est vrai. Lancaster pensait pouvoir faire tout ce qu’il voulait sans que personne ne lui mette des bâtons dans les roues et il n’a jamais assez pris le temps considérer l’avis de son entourage. » Il avait travaillé pour Lancaster en tant qu’avocat et franchement, ce type avait un genre d’ego surdimensionné qui donnait l’impression qu’il n’avait besoin de personne et pourtant, sa défaite aux élections avait été écrasante. La question de son interlocuteur lui fit arquer un sourcil. « Qu’est-ce que vous voudriez changer, Caesar ? » Arrêter la chasse ? Partir tranquillement faire sa vie loin de tout se merdier ? Non, clairement, lui, ce n’était pas des trucs qu’il était capable d’imaginer. Il réfléchissait, il cherchait des moyens de faire les choses mieux, mais au point de parler de changement, sans doute pas. La chasse de toute façon, elle coulait dans son sang et c’était l’héritage de sa famille, il n’était pas question de s’en défaire, il savait trop bien ce que ça pourrait lui coûter, il l’avait déjà expérimenté.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 1796
SUR TH DEPUIS : 26/05/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Jeu 29 Déc 2016 - 22:27

That's not a funny situation
Hippolyte & Alexander



Hippolyte n'avait jamais beaucoup aimé la justice, les avocats et tous ces rats de cour de justice avides d'argent. A vrai dire, il avait une tripotée d'avocats qu'il payait grassement uniquement pour qu'ils l'aident à se sortir de ce genre d'endroits, et ce même s'il fallait pour cela exploiter des failles juridiques et l'emporter sur de pauvres victimes moins chanceuses que lui. Malgré tout, il détestait la paperasse, tout comme il exécrait les interminables discussions avec ses avocats, les intrusions dans sa vie privée et le temps effroyables qu'ils prenaient pour s'assurer un paiement à la hauteur de leur travail à la fin. En ce moment même, nul doute qu'ils devaient être en train de se frotter les mains en épluchant la correspondance et les dossiers du PDG, et la seule qui le rassurait était de savoir que personne ne pourrait remonter jusqu'à Marius, sauf si ce grand imbécile décidait d'aller tout raconter à la police. Il pouvait être nigaud mais pas à ce point, n'est-ce pas ? Etrangement, il n'en était pas convaincu. Un soupir, il se passa la main dans les cheveux. Se retrouver face à Callahan dans un tel endroit, c'était tout de même risible, d'autant plus qu'ils faisaient désormais partie des pensionnaires, et ce jusqu'à ce qu'on leur accorde un procès. Avec un haussement d'épaules, Hippolyte esquissa un sourire peu convaincant.

« Le prochain à tomber ? A ce rythme-là, ils vont renvoyer Lecter en prison et Wolstenholme ne tardera pas à suivre... Je suis même étonné de voir que ce fanfaron de DeMaggio n'est pas encore derrière les barreaux. »

D'eux tous, c'était pourtant le moins discret, mais il fallait croire qu'il était plus doué pour se faufiler entre les mailles pourtant bien serrées de la justice américaine. Toujours est-il que les grandes familles de chasseurs de la région avait eu leur heure de gloire, jusqu'à ce que les mutants se rebellent... Et surtout depuis l'arrivée de Saddler à la tête de la mairie. Moren était mort, on enfermait les autres. La prochaine étape, ce serait quoi ? Le pilori pour tous les chasseurs et un lancé de tomates de la part de ces monstres dégénérés ?

« Tout le problème est là... A qui pouvons-nous réellement faire confiance ? Si nous devons commencer à nous méfier de tout le monde, on est pas sortis ! »

Il fallait tout de même avoir un sacré courage pour être prêt à se mettre Hippolyte ou Alexander à dos, ou encore avoir de sacrés idéaux en béton armé. Ce qui était certain, c'est qu'une fois les deux chasseurs sortis, ils ne laisseraient pas cette affaire impunie. Pour l'heure, il fallait prendre son mal en patience et résister à l'envie de prendre un des abrutis qui les observaient derrière eux pour frapper les autres.

« Le plus grand péché de Lancaster est depuis toujours l'orgueil... Il a cru pouvoir diriger cette ville et se faire passer pour l'ami de tout le monde, mais sa horde de chasseurs lâchés en pleine nature et son couvre-feu ont été les actions de trop. J'imagine que vous lui avez répété plusieurs fois qu'il allait trop loin ? Si seulement il écoutait... »

Voilà où ils étaient, maintenant. Les rôles s'étaient inversés, une créature génétiquement modifiée hantait les rues, et tout ce qu'on faisait pour lutter contre ça, c'était enfermer des chasseurs présumés. Relevant les yeux, Hippolyte resta un long moment silencieux. Ce qu'il avait envie de changer ? Tout. Cette putain de mission qu'ils s'étaient tous donné pour sauver l'humanité, les excuses qu'ils servaient, les méthodes, l'écoute... Tout était à revoir, et le français avait l'avantage de n'avoir pas baigné dans la chasse dès l'enfance. Contrairement à Callahan ou Victoire, son épouse, il avait passé 25 années dans une douce ignorance, celle d'une humain lambda n'ayant pas conscience de l'existence des mutants. Alors forcément, malgré 30 années de chasse et d'allégeance renouvelée à leur cause, il était bien plus dubitatif que ses collègues.

« Par quoi voulez-vous que je commence ? Le mode opératoire ? La rage meurtrière de certains, qui nous décrédibilise tous ? La terreur qui règne dans les rues ? J'ai l'impression que pour certains, cette chasse est une simple excuse pour se défouler. Nous étions supposés défendre notre espèce, mais j'ai plus l'impression que tout ceci devient un règlement de comptes bête et méchant. Nous tuons un mutant, ils se vengent et tuent l'un des nôtre, et c'est au final un véritable cercle vicieux. »

Il était sûr de lui, le Caesar, lorsqu'il affirmait tout ça. Il était d'autant plus sûr de lui qu'il n'avait jamais souhaité une guerre ouverte, simplement la préservation de l'humanité. S'il avait tué, c'était pour offrir à ses enfants un avenir dépourvu de ces horreurs qu'étaient les mutations génétiques. Ironie du sort ou simple malchance, Marius subissait à la fois une mutation qu'il ne semblait pas aimer et une chose qui l'empêchait d'enchaîner les arrêts cardiaques.

« Je pense que nous devrions revoir nos méthodes, ne plus nous présenter comme les ennemis des mutants mais plutôt des gens soucieux de les aider. Apportons-leur un vaccin plus efficace, neutralisons les sceptiques et les plus dangereux, et on nous acclamera au lieu de nous blâmer et nous enfermer comme des rats ici. »

Enfin ça, c'était plus facile à dire qu'à faire. Seulement, ce n'était pas des paroles dans le vent, loin de là. Il travaillait depuis déjà quelques temps à comprendre ce qui n'allait pas dans les formules des vaccins qu'on leur avait fournis, et s'il n'était pour l'instant pas parvenu à quoi que ce soit de concluant, il ne désespérait pas. Il finirait par trouver.

« N'allez pas croire que je veux me ranger de leur côté, simplement... Vous ne croyez pas qu'il serait temps de changer une méthode archaïque qui nous a montrée maintes fois son inefficacité ? »


© Grey WIND.



Spoiler:
 

_________________


Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1273
SUR TH DEPUIS : 06/09/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Dim 5 Fév 2017 - 14:51

war just moved up a gear.
— hippolyte caesar & alexander callahan —

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Il avait fait des études de droit, Alexander, il était avocat désormais, alors il était bien placé pour savoir que pour bien des raisons, il méritait sa place en prison. Il savait qu’il avait commis des crimes qui pouvaient justifier ce qui lui arrivait. Il était un hunter après tout, de ceux qui avaient bien conscience, qu’à chaque transmutant éliminé, c’était une vie ôtée. Mais, ce dont il était persuadé, encore aujourd’hui, même ici au fond de sa cellule, c’était que c’était nécessaire. Il était prêt à porter le poids de ses actions, la culpabilité et le sang sur ses mains, pour offrir à ce monde un peu de paix. C’était ce qu’on lui avait appris, plus qu’un fardeau, la chasse était un devoir, une responsabilité qu’il se devait d’assumer pour épargner aux autres la peur, l’horreur, que les transmutants pourraient bien faire subir à ce monde. Il croyait en ce qu’il faisait et à raison sans doute, alors que les transmutants avaient tués sa première épouse et avaient manqué de lui arracher son fils cadet. Peut-être qu’il était à sa place en prison, pour ce qu’il avait fait, mais il ne pouvait pas simplement se dire qu’alors, il fallait qu’il reste ici. Son devoir n’était pas encore terminé, il avait encore des transmutants à éliminer, un mal à détruire et une famille à protéger. Fallait juste être plus prudent maintenant que les hunters semblaient tous sur la ligne de mire. « Lecter est dans coma, agressé par des transmutants. Les autres s’ils sont un peu malins, ils feront profil bas, en voyant qu’on a été arrêté. » Le patriarche Lecter était encore une preuve de ce qu’ils avançaient les hunters, ce qui lui était arrivé montré qu’ils pouvaient être dangereux. Les autres, quant à eux, s’ils tenaient à leurs fesses, ils feraient mieux de faire attention, maintenant que la mairie avait changé de mains.

Si DeMaggio devait tomber, ce serait pour trafic d’armes, sans doute, plus que pour meurtre. Après tout, ni Alexander, ni Hippolyte n’étaient tombés à cause du sang qu’ils avaient sur les mains. Ça voulait au moins dire qu’ils étaient assez doués en tant que chasseurs pour éviter de laisser des traces derrière aux. « Faut redoubler de prudence, pas laisser n’importe qui entrer dans nos rangs. » Chez les hunters, comme au sein des entreprises qui leur servait de couvertures. Lui, il aurait facilement tendance à penser qu’ils ne pouvaient faire confiance à personne d’autres qu’à leur famille. Pour lui, c’était déjà un peu le cas, il avait plus de méfiance pour n’importe qui ne portant pas le nom de Callahan. Peut-être qu’il n’en avait juste pas eu assez, puisqu’il était là aujourd’hui, dans cette maudite prison. « Il ne pensait pas pouvoir se faire détrôner par la petite blonde du coin. Croyez-moi, c’est pas faute de l’avoir prévenu. Je pense que tout le monde lui a dit qu’il allait trop loin. » Mais Lancaster, il n’avait écouté que lui-même, il avait fini par s’en brûler les ailes, le problème sans doute c’est qu’il avait entrainé les autres dans sa chute. Peut-être qu’ils n’avaient jamais fait les choses correctement, Hippolyte avait raison dans le fond, si bien que ses propos arrachèrent un soupire au Callahan. « C’est sûr. Brûler une famille d’innocents pour pouvoir tirer une balle dans la tête d’une transmutante en pleine place public, ça n’a pas aidé notre cause. Encore un truc qu’on doit à Lancaster. » Une idée qu’il avait eue et qui avait commencée à tout foutre en l’air. Quelques temps plus tard, y avait eu Uprising, puis Insurgency et les bombes, la peur, la rage et un combat qui semblait aller trop loin. « Les Holgersen aussi, ont fait n’importe quoi avec leur vaccin. Ils ont vu le profit avant tout et ils sont balancé un vaccin qui ressemble plus à un problème qu’autre chose. » Le NH24 ne durait qu’une poignée de semaine et le NH25 arrivait avec des effets secondaires conséquents, il se souvenait bien de Bucky lui, ce gamin qui s’était transformé en psychopathe à cause de ce vaccin. « Si on avait un truc plus efficace, on pourrait régler le problème sans que personne n’ait à mourir. » Ce serait mieux, sans doute, mais pour l’instant, la méthode la plus efficace, c’était celle qu’ils connaissaient tous les deux, celle qu’ils avaient appris pendant des années et des années. « Je suppose que vous avez raison. Reste juste à trouver qui révolutionnera le monde de la chasse. » Il laissa échapper un léger ricanement, plus ironique d’autre chose, parce que pour le moment, les choses ne changeaient pas, ou pas en leur faveur en tout cas. Il savait bien Alexander, qu’il serait prêt à revoir ses méthodes si on lui assurait qu’il n’allait pas créer encore un monstre en utilisant un vaccin plutôt qu’une balle en pleine tête. « Ce sera pas nous, de toute évidence. » L’ironie était encore palpable dans sa voix, alors que du regard il balayait la pièce, cette salle au beau milieu de la prison de Radcliff. Ils étaient coincés là-dedans à présent, ils n’allaient pas changer le monde depuis leur cellule, c’était certain ça.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 1796
SUR TH DEPUIS : 26/05/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Dim 14 Mai 2017 - 19:12

That's not a funny situation
Hippolyte & Alexander



Hippolyte avait toujours su qu'il n'était pas fait pour la prison. Il s'était toujours arrangé pour se tirer d'affaire à l'aide d'une armée de brillants avocats, et même s'il avait sur le mains le sang de nombreuses victimes et l'encre de contrats frauduleux, il avait toujours su blanchir sa propre réputation. Cette fois, tout était différent car il n'était pas le seul impliqué. Cette fois, il n'avait pas eu le choix pour la simple et bonne raison que sa présence en prison garantissait à Marius de rester dehors. Pour combien de temps, ça c'était une autre question. Hippolyte avait pourtant toujours su qu'un jour, il devrait répondre de ses actes. Tuer impunément n'était pas dans sa nature, mais il estimait qu'un mutant dangereux était bien mieux six pieds sous terre qu'en liberté. Pourtant, il restait un homme de science et un chercheur qui avait mis ses connaissances au service d'une humanité plus grande, mieux portante et en bonne santé. Son obsession pour les vaccins et les mutants l'avait de nouveau poussé à commettre une erreur, et même s'il n'avait pas signé le document qui avait permis à la créature de s'échapper de son laboratoire, il restait à l'origine du projet. Plus les jours passaient, moins il doutait de sa capacité à parvenir un jour à trouver une formule plus stable et efficace au NH25. A croire que l'actuelle version était la seule alternative au meurtre et ça, c'était une réponse qui ne lui convenait pas. Tout comme Callahan, le Caesar était un chasseur convaincu, à ceci près qu'il était de plus en plus hésitant depuis qu'il avait découvert la mutation de son propre fils. La révélation d'Alexander fit pourtant tiquer Hippolyte. Lecter était dans le coma, toute la famille n'allait pas tarder à crier vengeance et ce serait au final un cercle vicieux, comme d'habitude.

« J'espère pour eux qu'ils ne vont pas trop faire parler d'eux pour le moment... Dans notre propre intérêt, mieux vaut qu'aucun autre chasseur ne se retrouve ici. »

Moins l'affaire serait ébruitée, plus ils auraient de chance de sortir rapidement. Alors qu'avec tous les représentants des familles de chasseurs derrière les barreaux, les choses se corseraient indubitablement. C'était tout de même ironique de voir qu'aucun d'eux ne pouvait tomber pour meurtre mais plutôt pour des affaires moindres, si l'on pouvait appeler ça comme ça. Si des preuves ressortaient sur les meurtres qu'ils avaient commis, on enverrait tant de gens dans le couloir de la mort que la ville s'en retrouverait soudainement dépeuplée. Le regard dans le vague, le Caesar hocha la tête. Redoubler de prudence et de vigilance, c'était évident, se méfier de tout le monde également.

« Vous craignez que des mutants intègrent nos rangs ? Avec la campagne de dépistage qui se renforce, ce problème-là devrait vite être réglé. En revanche pour les traîtres qui n'ont rien de mutant, je vous le concède, ça risque d'être compliqué. »

Hippolyte soupira, déjà lassé de l'enfermement et de cette infâme combinaison orange. Ils avaient tous commis des erreurs, et parce qu'il fallait un jour en payer le prix, ils se retrouvaient là, comme deux cons, à écoper d'une peine qu'ils espéraient courte. Quand à Lancaster, on ne pouvait qu'espérer qu'il purge une longue peine de prison, voire qu'il ne remette jamais les pieds à Radcliff. A trop fanfaronner et se croire tout puissant, il avait fini par se faire détrôner par une toute jeune candidate qui avait avec elle la fougue de la jeunesse et surtout des idées beaucoup moins barbares. Soupirant, le chasseur se passa une main sur le visage.

« Lancaster est buté, il n'écoute ni ses alliés, ni ses ennemis. Il aurait mis cette ville à feu et à sang pour rapporter la tête de Saddler sur une pique, c'est certain. Radcliff n'a pas besoin d'une politique de la terreur comme la sienne, et ses propositions ont largement convaincu l'électorat d'aller voir ailleurs. »

Puis il fut question du vaccin et à cette évocation, Hippolyte grimaça. Les Holgersen avait commis la même erreur que lui quinze ans plus tôt mais eux continuaient à en payer le prix, car contrairement au désastreux vaccin contre la malaria produit par les laboratoires Caesar, le NH24 et le NH25 étaient toujours commercialisés. Combien de mutants inconscient des risques s'étaient retrouvés affublés d'une autre mutation incontrôlable ou avait perdu l'usage d'un sens à cause de ce sérum défectueux ?

« A vrai dire, et même si c'est en partie pour cela que je me retrouve ici, je travaille sur une nouvelle formule du vaccin. Quelque chose de plus stable, de moins risqué et qui puisse permettre aussi bien aux mutant qu'aux chasseurs d'apaiser les tensions. Mais je me heurte à des problèmes génétiques. Chaque individu est différent, chaque mutation également, et si le gène mutant est le même chez n'importe qui, il n'évolue pas de la même manière puisqu'il ne touche pas son porteur de la même manière. Vous me suivez ? »

C'était une impasse qu'Hippolyte entendait bien creuser pour y aménager une sortie. Un pyrurgiste et télékinésiste voyaient leur corps agir différemment, et le Caesar ne voyait pour le moment qu'une solution : adapter une nouvelle formule de vaccin sur mesure, pour chaque mutant. En théorie c'était une belle idée, en pratique c'était une utopie. Un sourire amer s'étira sur ses lèvres tandis qu'il relevait les yeux vers son interlocuteur.

« Révolutionner le monde de la chasse ? Je vous souhaite bon courage. Tant qu'il y aura des mutants, il y a des chasseurs, et à moins de stériliser la planète entière, on n'en verra pas le bout. »

Hippolyte était défaitiste mais sa situation le rendait plus amer que d'habitude, moins enclin à voir une zone de lumière dans tout le merdier dans lequel il s'était fourré.

« Hin... Ça ne sera pas nous ? Parce que vous êtes déjà résignés à passer le restant de vos jours ici ? Allons, Callahan, nous avons l'air de deux vieux idiots pessimistes. Attendez donc de mettre le nez dehors avant de vous avouer vaincu. »

Se redressant, Hippolyte se laissa aller contre le dossier de sa chaise.

« Entre nous... Vous avez une idée de ce qui pourrait vraiment faire changer les choses ? »

Une guerre aussi longue était bien trop stérile pour apporter quoi que ce soit de bon, de toute manière.
© Grey WIND.


Spoiler:
 

_________________


Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1273
SUR TH DEPUIS : 06/09/2015
MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   Sam 20 Mai 2017 - 18:43

Se retrouver en prison, ça n’avait jamais été dans les grands projets d’Alexander, bien évidemment. Il avait toujours pensé qu’il arriverait à y échapper, d’une façon ou d’une autre, parce qu’il connaissait bien le système judiciaire, parce qu’il savait ce qu’il faisait. Il avait eu un tas de bonnes raisons pour justifier qu’il s’en sortirait toujours et pourtant maintenant, il était là en prison et ce n’était évidemment pas une véritable partie de plaisir. Il avait envie de sortir de là. Mais il savait que s’il avait été enfermé, si Caesar l’était également, c’était que les assurances qui avaient dirigées le monde de la chasse pendant des années étaient désormais mise à mal. Avec Lancaster, ils avaient eu trop de liberté, trop de droits et certains en avaient largement abusés, Lancaster en premier. Maintenant, il fallait bien que les choses changent. Ce n’était pas surprenant dans le fond. Il avait toujours su, Alexander, qu’à force de se croire tout puissant, Lancaster finirait par tomber et que les choses viendraient à se compliquer. Mais, Thaddeus, il n’en avait fait qu’à sa tête, maintenant Radcliff commençait à changer et bientôt, ce serait le pays lui-même qui connaitrait un changement de situation. C’était probablement normal, après tout ce qui se passait, ici et là à travers le pays. Alexander, malgré tout ça, il restait au moins convaincu que la cause que défendaient les hunters était importante, primordiale même et qu’elle n’allait pas tout simplement s’effondrer parce que les choses commençaient à changer.

« Je pense que notre sort devrait leur servir de leçon. » Ils étaient en prison tous les deux, deux grands noms chez les hunters, alors il avait encore l’espoir de se dire que les autres, Lecter y compris seraient assez malins pour faire profil bas en attendant que les choses se calment. Si tous le gratin des hunters finissait derrière les barreaux, il ne savait pas ce qui adviendrait du monde dehors. C’était probablement ce que le nouveau gouvernement de Radcliff voulait, foutre le plus de hunters en prison. Alors être prudent et méfiant, parce qu’on ne savait jamais d’où pouvait venir la trahison. Il ne savait pas franchement Alexander qui avait eu assez de preuves sur lui pour qu’il se retrouve en prison. « Pas forcément des mutants, juste des personnes mal intentionnées. Insurgency, Uprising. » Il haussa les épaules, les deux groupes n’étaient pas uniquement composés de mutants et ils avaient tendance à faire parler d’eux. Les membres de ces groupes, étaient ceux dont il fallait se méfier et ils étaient pourtant bien difficile à retrouver. Si les groupes tenaient encore debout, c’était bien parce que personne parmi les hunters n’avaient trouvé le bon moyen de les démanteler. Ils tenaient bon envers et contre tout ces groupes, ils étaient ceux dont il fallait se méfier. Encore un truc que Lancaster avait oublié. Il avait été tellement arrogant, tellement sûr de lui qu’il avait fini par le payer et quand bien même le changement de maire n’arrangeait pas beaucoup Alexander, au même titre que les autres hunters, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’au moins, la claque que Lancaster s’était prise dans la gueule allait peut-être l’aider à remettre les pieds sur terre, ça ne pouvait définitivement pas lui faire de mal à celui-là. « Ouais et finalement, elle ne fait même pas partie des gens qu’il a tués en faisant sauter la mairie. » Une évidence, alors que la blonde était encore là et bien déterminée à faire régner la paix et la justice à Radcliff, ça semblait un peu utopique mais puisqu’il était là en compagnie de Caesar, il était prêt à admettre que même si elle avait l’air d’une gamine, la petite Saddler, elle avait pas mal réussi son coup. « C’est, en effet, pas surprenant que les gens soient allés voir ailleurs. » Même les personnes qui n’étaient pas forcément fan des mutants, avaient dû se dire que ce serait toujours mieux de d’avoir Saddler plutôt que Lancaster à la tête de la ville. C’était à se demander si même les plus gros cons misogynes à l’extrême, n’avaient pas préféré voter pour une femme plutôt que pour un type comme Lancaster qui les avait gardés prisonnier au sein de la ville pendant trop longtemps, avec sa fichue quarantaine. Il arqua un sourcil, aux propos d’Hyppolyte, alors qu’il était question du vaccin. Apparemment, il continuait de travailler là-dessus. C’était peut-être pas une mauvaise chose. Il haussa les épaules à la suite des mots du hunter. « J’y connais pas grand-chose en génétique. » Fallait pas se mentir, il était avocat lui, pas scientifique et encore moins généticien, alors c’était un domaine qui l’intéressait, il lisait beaucoup d’article scientifiques là-dessus, mais il n’était sans doute pas d’une grande aide. « Alors je ne pense pas être la personne la plus à même de vous aider avec ça, mais c’est un projet qui se semble important, vous avez tout mon soutien. » Ça voulait dire que dès qu’ils seraient sortis de là, il serait prêt à aider comme il le pourrait. Pas avec la science c’était certain, mais il avait de l’argent, des contacts et il était bon avocat – quand il n’était pas en prison – alors, au besoin, il pourrait aider. « Je suppose que vous avez raison. » Il en laissa échapper un soupire. Les hunters, les transmutants, c’était un cercle vicieux dont personne ne sortirait jamais, certainement pas lui, alors que, quoi qu’il puisse arriver, il continuerait de défendre l’humanité contre les transmutants, probablement que, de la même façon que les transmutants étaient ce qu’ils étaient à cause de leurs gènes, lui, il était un hunter à cause des siens et à cinquante ans maintenant, ça n’allait pas changer. Il lâcha un léger rire à la réplique de son vis-à-vis. « Non, j’ai pas l’intention de rester ici. Disons alors que ce sera pas nous parce qu’on commence à être trop vieux pour ça. » Il n’était pas du genre à se trouver particulièrement vieux ou à se plaindre de ses rides, de ses cheveux blancs, mais fallait bien admettre qu’ils avaient passé l’âge d’innover quoi que ce soit, ils faisaient partie de la vieille école eux deux. « J’en sais rien, un gouvernement plus impliqué, des prisons plus efficaces et des forces de polices sachant gérer les transmutants, peut-être. » Il haussa les épaules, ça voudrait dire la fin des hunters sans doute mais d’un point de vue équilibre judiciaire, il se disait que si le gouvernement décidé d’agir pour empêcher les transmutants de commettre le pire avec leurs pouvoirs, le monde n’aurait pas besoin des hunters. Si on avait la certitude qu’un transmutant dangereux pouvait passer le restant de ses jours en prison et que les autres, ceux n’étant pas considérés comme dangereux étaient assez bien contrôlés pour ne pas qu’ils le deviennent, les choses pourraient être complètement différentes. Y aurait toujours des morts, après tout, y avait des meurtres bien au-delà du conflit hunters-transmutants, mais peut-être qu’ils y en auraient moins. C’était beaucoup trop utopique pourtant.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (fst) Alexander | That's not a funny situation   

Revenir en haut Aller en bas
 

(fst) Alexander | That's not a funny situation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» la situation économique de la vallée de l'Andelle
» Double changement de situation
» La situation de l'est de la RDC abordée à Luanda
» Sangaris : point de situation du 20 novembre 2014
» Chammal : point de situation du 5 février 2015
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: aux alentours :: around radcliff-
Sauter vers: