AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)   Lun 24 Oct 2016 - 19:39

you gonna find hell with me
— parrish & sorcha —

go back ? i don’t know. i think hell is something you carry around with you. not somewhere you go. they’re doing the same things they always did. they’re doing it to themselves. that’s hell. — tlou main theme

La chasse, c'est tout ce qui résume sa vie à présent. Elle n'arrive pas à croire que dans le passé, elle ait pensé une seule seconde que ce n'était pas son destin. Qu'elle n'est pas née avec cela dans le sang. Elle se dégoûte d'avoir un jour épargné ses monstres qui finissent toujours par la trahir et lui échapper. À force d'être déçue par tout ceux qui l'entourent, elle préfère maintenant travailler seule. Elle ne parle que très peu aux autres chasseurs et quand elle le fait, c'est seulement pour proposer un plan pour piéger des dégénérés. Pour beaucoup, elle est encore cette étrangère tout juste débarqué dont ne sait où. Cette fille qui glace le sang par son silence et ses regards froids. On ne peut pas dire qu'elle laisse les gens approcher, sans parler qu'elle préfère rester dans l'ombre. Ne pas attirer les regards sur elle. Certains chasseurs de Radcliff la connaissent encore de l'époque où elle était jeune et elle-même gamine originaire de ce trou perdu. Ils connaissent la famille Barnes, dont la jeune fille qui faisait le bonheur de ses parents. Tous les chasseurs ayant atteint un âge avancé peuvent facilement la reconnaître à un détail près ; elle est restée aussi jeune que la dernière fois qu'on a pu la voir dans les environs. Certains d'entre eux sont déjà grand-parents et elle devrait l'être aussi... mais elle semble avoir l'âge d'être leur fille. À chaque fois qu'elle se regarde dans le miroir, elle se dégoûte malgré la beauté divine de ses traits. Elle ne veut même pas imaginer ce que ce serait si un des vétéran hunter de la région la reconnaissait. Alors, elle préfère s'entourer des nouveaux. Ceux qui pensent qu'elle est du même âge qu'eux. Ceux qui ne l'ont jamais vue avant. Il y a moins de risque qu'on lui rappelle qu'elle n'est pas normale et que sa jeunesse éternelle ressemble beaucoup trop à une mutation pour mériter d'être chasseuse. Parmi eux, y'a Parrish. Contrairement à bien d'autres, il semble avoir les mêmes idées qu'elle.

Les mutants doivent être tuer. Pas vaccinés. Et bien qu'elle préfère chasser seule, elle sait qu'à deux, c'est toujours mieux. Il a su gagner le respect de la blonde - chose pas particulièrement facile à accomplir. Alors, pour le moment, il est le seul qu'elle considère comme partenaire de chasse. Ce qu'elle aime bien de cet homme, c'est aussi le fait qu'il ne lui pose pas de questions. Il lui fout la paix, et Sorcha ne voudrait pas que les choses soient autrement. Aujourd'hui, c'est une nouvelle chasse comme les autres. Elle a appris qu'il comptait suivre une piste et elle a fini par accepter de le suivre. Mettant ses dons de mercenaire et pisteuse à bon escient, la belle finit par trouver la trace d'un mutant censé contrôler la nature en direction de la forêt. C'est brillant pour un animal... s'entourer de ce qui lui est familier. Mais à deux, la Barnes est convaincue qu'ils pourront l'achever. Alors, c'est dans un silence complet qu'elle se faufile entre les arbres, Parrish sur ses talons. Elle reste aux aguets et tente de percevoir des sons suspects mais les alentours sont complètement silencieux. Beaucoup trop silencieux à son avis. D'un geste de la main, elle s'arrête et incite son partenaire de chasse à faire de même. Elle s'accroupit derrière un arbre pour lui faire face et rester loin du regard d'un quelconque intrus. « Je crois que le mutant a une vingtaine de mètres d'avance sur nous. » Le ton de sa voix est bas, pour que lui seul puisse l'entendre. La chasseuse a un très mauvais pressentiment. Tout cela lui semble trop facile... comme si le mutant voulait qu'on le suit. Maintenant qu'elle y repense, il n'a pas été très subtile... Est-ce voulu ? « Faut être prudents, j'sens que quelque chose cloche. » Elle enfouie sa main dans son veston noir et pose ses doigts sur le manche rassurant de son pistolet. En même temps... qui serait assez fou pour tendre un piège à deux chasseurs expérimentés ? C'est probablement son cerveau qui lui joue des tours... ça ne peut être que la seule explication. Elle ne veut pas croire qu'ils viennent de marcher directement dans la gueule du loup.


Dernière édition par Sorcha Barnes le Mer 9 Nov 2016 - 21:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)   Dim 30 Oct 2016 - 15:28


you gonna find hell with me
parrish & sorcha
Go back ? I don’t know. I think hell is something you carry around with you. Not somewhere you go. They’re doing the same things they always did. They’re doing it to themselves. That’s hell. — tlou main theme.

Depuis qu’il avait laissé un mutant se carapater avec des doses de NH25 lors d’une transaction quelques semaines plus tôt, Parrish n’était plus vraiment en odeur de sainteté auprès des huiles hunters de la ville, mais pour tout dire, il s’en foutait un peu. D’abord, parce qu’il s’était largement vengé de ce petit con d’Oswald en maltraitant quelques-uns de ces petits camarades par la suite, et parce que de toutes façons, il n’était pas du genre chiens de garde des gros richards de la région. Si il avait envie de chasser, il ne demandait pas son avis aux Callahan, aux Wolstenholme et autres Caesar : il y allait, il faisait son office et basta, sans distinction ni favoritisme. Si ils n’étaient pas contents, ils pouvaient bien aller se faire foutre, il n’en avait pas grand-chose à carrer. Il n’était pas forcément contre la chasse en groupe, simplement il n’appréciait pas d’être conduit par des aristos qui choisissaient leurs mutants comme du gibier de qualité : un bon mutant était un mutant mort, et peu lui importait qu’il eut une mutation vraiment dangereuse ou non, c’était bon pour les fines bouches ça. Alors globalement, il avait ses préférences s’agissant des chasses avec certains de ces collègues : il privilégiait l’efficacité à la finesse et à la subtilité. Il ne ressentait pas nécessairement le besoin de torturer ces dégénérés, une balle dans le crâne lui suffisait largement, avec le moins de chichi possible. C’était notamment pour cela qu’il appréciait de les traques en compagnie de Sorcha : cette dernière était comme lui, à savoir sans concession, contrairement à ces chochottes qui faisaient la fine bouche à tuer des femmes ou des gamins. Il n’y avait rien de pire que ces pseudos hunters qui se refusaient à tuer tout en jurant tous les dieux qu’ils partageaient les mêmes convictions. Convictions peut être, mais les mêmes couilles certainement pas.

Cela faisait maintenant plusieurs minutes qu’ils s’enfonçaient dans la forêt sombre qui longeait la ville : Ils s’étaient rejoints à la sortie de la ville à la recherche d’un mutant qu’il suivait depuis plusieurs jours dans l’ombre. Ce dernier avait finalement décidé de sortir de la ville et de se mettre à découvert ce soir en sortant de la civilisation pour retrouver son milieu naturel. Les chasseurs avançaient à pas de loup sur les traces du dégénéré, qui ne prenait même pas la peine de dissimuler ses traces, visiblement pressé de se rendre quelque part, mais où ? Pourquoi faire ? Parrish n’en avait aucune idée, mais il ne doutait pas que cette hâte avait quelque chose à voir avec le mauvais pressentiment qui lui plombait le bide. Il ne pouvait qu’être d’accord avec Sorcha qui, ouvrant la marche, lui conseillait d’ouvrir l’œil, l’air sur les dents. Elle avait du flair, la Barnes, et doublez ça de son propre instinct, et il lui était à présent à peu près sur qu’ils étaient en train de se ruer vers les embrouilles. D’ailleurs, il avait déjà ôté le cran de sécurité de son arme, un couteau de défense dans l’autre main, alors qu’il jetait rapidement un coup d’œil sur leurs arrières : être pris à revers serait une véritable erreur du débutant :

- Ouais, toi fais gaffe à tes pieds. Si ce putain d’dégénéré fait mumuse avec les arbres, c’est un coup à se prendre un coup de racine ou de branche dans la gueule …

Il avait tout juste eu le temps de finir sa phrase qu’il avait esquivé une espèce de liane de lierre qui était tombé d’un arbre, à quelques centimètres de son cou. Fine comme un fouet, elle aurait pu lui lacérer la gorge, voire atteindre les jugulaires. Il jura dans sa barbe mal rasée, avant de lever le nez vers sa droite : il était pourtant sur que le mutant était directement devant eux, et pourtant il avait entendu des pas dans cette direction. Ce n’était pas bon signe, vraiment pas.

- J’veux pas être de mauvaises augures Sorcha Trésor, mais j’crois qu’on a de la compagnie… Y a p’t’être même moyen qu’on se soit fait baiser avec celui là.

Gérer un mutant, c’était déjà potentiellement délicat. Se faire encercler par une bande d’entre eux, pour peu qu’ils soient un peu organisés, c’était clairement la merde. Parrish avait resserré l’emprise sur ses armes, avant de se positionner dos à dos avec la jeune femme. Il ne fallait pas qu’ils subissent le moindre angle mort, sinon ils étaient mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)   Sam 14 Jan 2017 - 18:20

Partir en chasse ainsi permet à la Barnes d'oublier tous les doutes qu'il y a dans sa tête. Elle a beau montrer une façade rigide, et froide, il n'en reste pas moins que sa vie plus longue que la normale est très étrange. Ça ressemble bien trop à un don de mutant pour qu'elle se sente à l'aise. Et comme elle a refusé de voir son test de dépistage, elle reste toujours dans l'incompréhension d'avoir une si longue vie. C'est peut-être juste l'évolution et tous les humains finiront par vivre cent ans plutôt que les quatre-vingt ans de moyenne. C'est la seule explication qu'elle se permet, inconsciente de tout le pouvoir qui grouille sous sa peau. Si elle savait, probablement qu'elle ne craindrait pas autant de se retrouver dans une impasse comme à présent. Et Parrish le lui fait bien remarquer. Ils se sont fait baiser, en effet. Elle a vu la liane pratiquement couper la gorge de son partenaire et aussitôt, ses muscles se crispent et elle sort son arme pour la pointer vers le sol, devant elle. Pas la peine de viser dans le vide, elle ne voit absolument rien à travers les arbres. La végétation rend les alentours étrangement sombres... à moins que ce soit un mutant qui s'amuse à les piéger dans une illusion. Elle se contente de grogner, agacée de s'être fait avoir aussi facilement. Cependant, elle ne compte pas donner la chance aux mutants de l'achever, ni Parrish. Ce serait une insulte.

La blonde observe les alentours, pour éviter qu'une autre liane ne finisse le travail et leur tranche la peau. En tendant l'oreille, elle finit par entendre des branches craquer tout autour d'eux. Son collègue à raison, ils sont encerclés. Son corps entier se met à fourmiller, son instinct de survie faisant appel à son pouvoir mais elle méprend cette sensation pour l'adrénaline. Ne quittant pas le sol des yeux, elle remarque quelques traces de pas. Un, deux... Trois. Il y a trop mutants... ou du moins, trois prédateurs qui les attendant au sein de cette forêt. Avec certains humains qui prennent la défense des mutants, les hunters ne peuvent plus vraiment savoir s'il y a des dégénérés devant eux ou leurs alliés sans pouvoirs. Sans quitter la forêt des yeux, elle laisse tomber tout bas mais assez fort pour que Parrish l'entende. « Je vois trois empruntes de pas. Ils ont clairement préparé une embuscade ici. On ferait mieux de retourner sur nos pas avant qu'il soit trop tard. » À ce moment, elle voit une silhouette apparaître d'entre les arbres. Une silhouette qui lève soudain le bras vers eux et Sorcha comprend que l'inconnu se prépare à les attaquer d'un pouvoir dont elle ignore la nature. Et Sorcha, elle déteste nager dans le noir. Voyant la végétation s'animer, elle écarte les yeux. En une fraction de seconde, elle attrape Parrish par le bras et se met à courir dans la direction par laquelle ils sont venus. « Cours ! » Cependant, le duo n'a pas le temps de faire deux pas qu'un mutant apparaît par magie devant eux. Un putain de téléporteur. Une des pires sortes de vermine. Sorcha lève son arme et tire dans sa direction mais la balle n'atteint qu'un arbre, le mutant ayant disparu de nouveau. Les deux chasseurs se remettent à courir mais la seconde qu'ils ont pris pour s'arrêter était de trop. Soudain, la Barnes a le souffle coupé puisqu'une liane vient de s'enrouler autour de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)   Mar 24 Jan 2017 - 22:05


you gonna find hell with me
parrish & sorcha
Go back ? I don’t know. I think hell is something you carry around with you. Not somewhere you go. They’re doing the same things they always did. They’re doing it to themselves. That’s hell. — tlou main theme.

Merde, putain de bordel de merde même, c'était les poésies qui auraient pu sortir de la gorge de Parrish s'il n'était pas si occupé, en réalité, à se débattre comme un beau diable avec les pensées sombres qui l'assaillaient : ils étaient en infériorité numérique, sans le moindre doute, et il n'était pas sur de pouvoir distinguer l'ami de l'ennemi dans un environnement aussi hostile. Il ne fallait pas qu'il perde Sorcha de vue, sans quoi il risquait de lui tirer dessus dans la mêlée, il en était même sur. Après tout, ce n'était qu'une stratégie comme une autre, créer la confusion pour pousser les alliés à s’entre tuer dans le chaos. Alors il serrait les dents, pour ne pas dire qu'il serrait les fesses dans son treillis, les yeux passaient d'une ombre à l'autre,près à faire la peau au premier qui bougerait une oreille.

- Ouais, cassons nous avant qu'ils nous …

Trop tard. Courir. Parrish détestait fuir, ça l'agaçait profondément, et pourtant son instinct de survie lui beuglait de prendre ses jambes à son cou vite fait, bien fait. Il ne répondit pas à Sorcha mais lui emboita le pas avec une raideur conditionnée par la rage qui lui donnait envie de tirer en rafale parmi les fourées. Sauf que voilà, il n'avait que des pistolets, pas des armes automatiques de guerre, et il aurait l'air bien con avec ses armes à feu vide, si ces guignols pouvaient lancer leurs saloperies à distance. Leur cavale s'interrompit face à une ombre apparut de nul part face à eux, l'air menaçant. Ils pensèrent à la même chose, un téléporteur, une saleté à traquer quand ils n'étaient pas vaccinés, mais pas vraiment dangereux par essence. En revanche, il avait détourné leur attention suffisamment longtemps pour que l'autre taré aux lianes se rapproche et lance un deuxième assaut : cette fois, ce fut à Sorcha d'être prise pour cible, alors que Parrish cherchait le mutant responsable de ce chaos dans la forêt. Il ne chercha pas à aider Sorcha à se libérer de ses entraves. L'important, c'était le mutant, et la chasseuse savait que s'il le trouvait, les racines et autres lianes disparaitraient comme par magie. Une foutue magie noire. D'expérience, le hunter savait que ce genre de monstre avait besoin d'un contact visuel pour contrôle ses immondices. Il était donc forcément dans le coin, planqué, mais à découvert d'une manière ou d'une autre. Se frayant un chemin hors du sentier, il tomba finalement sur un homme d'âge mur, la cinquantaine bien entamée et des yeux noirs enfoncés dans leurs orbitres, concentré sur la scène peu esthétique d'une Sorcha suffoquante.

-Crève, Batard de merde.

Le mutant sursauta et tourna la tête vers lui sans comprendre ce qu'il en était : ses comparses ne devaient ils pas le couvrir ? Probablement que l'un des deux avait merdé, et c'est avec cette toute dernière pensée qu'il acheva sa vie, le crâne troué par une balle implacable du colt du chasseur. Pas de grand dialogue de super méchant dans les film, pas d'états d'âme ou d'analyse géopolitique Parrish faisait dans l'efficacité, surtout quand la vie d'un collègue était en jeu, à la guerre comme en chasse. Trainant le cadavre par une cheville, il le lâcha au pied de Sorcha, qui s'était finalement libérée. A moins que ce soit la mort du dégénéré qui l'avait défaite de ces entraves.

- et de un. Il en reste deux, le téléporteur et une autre. J'ai entendu un couinement quand j'ai buté celui là. C'est surement une fille, jeune. Faut qu'on les trouve ces raclures, que l'envie leur passe de faire ce genre de blagues... Hum... ça va, pas trop abimé ? T'as besoin d'un break ?

Il comprendrait, bien que lui même soit au bord de l'implosion, la faute à l'adrénaline et à cette exécution sommaire, maitrisée. Elle avait manqué d'air pendant de longues secondes, elle avait peut être besoin de récupérer un peu.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)   

Revenir en haut Aller en bas
 

≈ you gonna find hell with me (parrish&sorcha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Maybe tomorrow, I'll find my way home.
» 2nd Armored "Hell On Wheels"
» (M/LIBRE) HUNTER PARRISH Ϟ You're like the sun, shining so strongly even if you get your part of shadow.
» Marche du 5 juin : Hell's corner
» if you ride like lightning you're gonna crash like thunder + priaspen
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: