AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Willael, xmas) No one ever said it would be so hard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 272
SUR TH DEPUIS : 10/06/2016
MessageSujet: (Willael, xmas) No one ever said it would be so hard   Mer 11 Jan 2017 - 23:19

No one ever said it would be so hard


Sonner à une porte. Un geste simple. Normal, même. Le genre d‘action qui ne devrait pas poser de problèmes en tant normal. Sauf que Rachael se trouvait devant la demeure de l‘homme qu‘elle avait quitté quelques années auparavant, alors qu‘elle venait de découvrir sa grossesse. Parce qu‘elle avait eu peur, pour leur bébé. De ses colères, du danger qui pouvait roder autour d‘eux. De beaucoup de choses. Et maintenant, elle restait figée devant cette porte, incapable de bouger, sa fille dans les bras. Et c‘était bien pour Hope qu‘elle se trouvait à Radcliff à deux semaines de Noel, et non pas au fin fond de l‘Alaska ou d‘une destination exotique ou personne ne viendrait la chercher.

Contrairement à sa mère, Hope semblait parfaitement heureuse, observant autour d‘elle avec un regard joyeux. A cause des flocons qui valsaient paresseusement. Que Noel approchait. Et surtout, surtout, elle allait voir son papa pour la première fois. De lui, elle n‘avait que les histoires que Rachael lui racontait, et aussi quelques photos. Mais elle l‘aimait déjà, trépignant d‘impatience, et contrastant fortement avec l‘immobilité de sa maman. D‘ailleurs, la petite tira doucement sur la manche de cette dernière pour attirer son attention et qu‘elle recommence à bouger.

-Tu es pressée, petit coeur ?
-Oui~!

Et il suffit de ça, pour lui redonner du courage. Cet espoir, la joie dans ses yeux si clairs. Le bonheur de sa fille passerait toujours avant tout le reste. Elle saurait gérer si cela signifiait recevoir les sourire de la plus belle lutine de Noel. La brune prit une profonde inspiration et enclencha la sonnette, le coeur tambourinant à ses oreilles. Les secondes parurent se rallonger, alors qu‘elles attendaient sur le perron. Jusqu‘à ce qu‘il ouvre, et que le voir donna un autre coup à son calme déjà bien fragile. Il n‘avait pas tellement changé. Sauf qu‘elle avait tout gâché. Comme toujours. En s‘en allant, brisant leurs coeurs par la même occasion. Et même si ce n‘était plus comme avant, une part d‘elle continuerait toujours à l‘aimer. On n‘oublie jamais un homme à qui l‘on a été fiancé. On ne pouvait pas l‘oublier, lui, tout simplement.

-Bonjour Will.

Rachael esquissa un frèle sourire, malgré sa voix qui la trahissait. Son assurance avait foutu le camp elle ne savait où, à des kilomètres de là. Et seul la présence de sa fille lui permettait de garder la tête droite. Fille qui, après un silence de quelques secondes ne tarda pas à se faire remarquer à nouveau.

-Papa !


Un mot qui venait du fond du coeur. Envolée, la timidité habituelle. Ne restait plus que la petite boule d‘énergie qui attendait que son père pose les yeux sur elle. Qu'il la prenne dans ses bras aussi. Et décidant de bousculer un peu le destin, la fillette tendit ses mains vers lui. Le tout, avec le plus mignon et attendrissant des regards qu'elle avait en réserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (Willael, xmas) No one ever said it would be so hard   Dim 29 Jan 2017 - 20:12

No one ever said it would be so hard
Rachael & William



On décrivait souvent William comme un homme froid, antipathique et parfois même violent. Il était implacable en affaire, temporisait James dès qu'il s'enflammait, faisait trembler ses collaborateurs avec son absence totale d'humanité, mais tout cela n'était qu'une façade. Car William était avant tout un homme blessé, meurtrit et martyrisé, un homme qui aspirait au calme et aurait volontiers tout plaqué pour ne plus s'occuper que de son jardin si ça lui avait permis de fuir le monde réel. Il s'était longtemps cru monstrueux, il avait craint sa mutation, puis il s'était retrouvé dans l'autre camp, celui des vainqueurs, comme il se plaisait à le rappeler. William aimait sa nature de mutant tout comme il aimait l'humanité dans son entièreté. Il défendait chacun de ses semblables contre la barbarie des chasseurs, avait plus de sang sur les mains qu'il n'en fallait pour finir en enfer à la fin de son existence, mais il avait la conscience tranquille.

Finalement, William ne regrettait que deux choses. Avoir aimé une femme qui l'avait détruit, et avoir provoqué le départ de celle qui avait su lui apporter un équilibre salvateur. Sorcha était une blessure à peine cicatrisée, mais Rachael resterait à jamais ce poignard fiché dans son cœur, cette plaie ouverte d'où suintaient sang, regrets et désespoir. Secret et glacial, William ne montrait que peu ses sentiments. Pourtant, chaque fois que ses yeux se posaient sur ce cadre posé sur son bureau, un sourire d'une incroyable tristesse se dessinait sur ses lèvres. Ils étaient là, tous les deux, la mine heureuse et les cheveux détrempés. Ils s'étaient un jour perdus en forêt et avaient essuyé une averse à en vacciner plus d'un, mais c'était l'un des plus beaux souvenirs que William gardait d'elle. Il ne se passait pas une journée sans qu'il regrette d'avoir été lui-même, sans qu'il s'en veuille de l'avoir fait fuir... Sans qu'il se haïsse pour n'avoir pas su donner à leur enfant un père idéal.

Détournant son regard de la photo, il repris la relecture d'un contrat que Jimmy lui avait soumis la veille, griffonnant des notes dans les marges et entourant certains passages qu'il jugeait inutiles ou mal formulés. Lorsqu'on frappa à la porte, le mutant releva la tête en fronçant les sourcils. En pleine journée, il ne s'attendait pas à avoir de la visite. Ça ne pouvait pas être Jimmy, qui avait la fâcheuse habitude de rentrer et se servir dans le frigo avant de s'annonce, et ce ne pouvait pas non plus être Sorcha, qui elle s'était pointée la bouche en cœur dans son si précieux jardin. Si c'était pour du démarchage, la personne qui s'était déplacée allait amèrement le regretter. William retira ses lunettes, posa son stylo et se dirigea vers la porte, qu'il ouvrit sans prendre le temps de regarder à travers le judas pour savoir s'il valait mieux faire le mort ou non.

Lorsqu'il se retrouva face à Rachael, il lui sembla bien que son cœur avait raté un battement et peinait à oxygéner son cerveau. Elle était là, aussi belle qu'avant, inchangée en trois longues années, un sourire figé sur des lèvres qu'il avait si souvent embrassé que ce contact lui manquait toujours. Rachael. Pas son premier amour mais la plus personne avait laquelle il ait partagé sa vie, dont il n'avait pas eu de nouvelles pendant des mois et à laquelle il versait pourtant scrupuleusement une pension pour leur fille. La petite, il ne la vit pas immédiatement, obnubilé par les yeux de celle qu'il se serait vu épouser et avec laquelle il aurait aimé finir ses jours.

« Bonjour, Rachael », s'entendit-il dire avant d'avoir pu choisir ses mots.

Il était figé sur le pas de la porte, incapable de savoir s'il devait l'inviter à entrer ou lui dire de partir. Il allait prendre une décision quand un joyeux gazouillis le poussa à baisser les yeux vers l'adorable enfant qui gesticulait dans les bras de sa mère. Elle était belle, la petite Hope, avec ses boules brunes en bataille et ses grands yeux bleus espiègle. Elle était belle et pleine de vie, et lorsqu'elle tendit les bras en direction d'un père trop éperdu d'admiration pour réagir, celui-ci ne put que relever les yeux vers Rachael avec un regard interrogateur.

« Je... Je peux ? » Demanda-t-il en tendant doucement les bras vers l'enfant.

Celle-ci se laissa glisser avec bonheur dans les bras de William en agitant les bras, et lorsqu'il fut certain de bien la tenir, elle s'agrippa à lui comme un adorable bébé koala.

« Papa papa papa ! Je peux t'appeler papa hin dis ? »

« Bien sûr que tu peux... Aller dis-moi tout... Tu t'appelles comment ? Tu as quel âge ? »

Ces choses-là il les savait déjà, mais il voulait entendre la petite lui épeler son prénom et lui dire fièrement qu'elle avait déjà trois ans. A peine avait-elle fini de babiller que William s'effaçait pour laisser entrer Rachael.

« Entre, je t'en prie... Il fait un froid effroyable dehors. »

D'une main, il referma la porte, puis se dirigea vers la cuisine. William vivait dans une belle et spacieuse maison, avec un salon épuré et harmonisé dans des teintes de gris. Un spacieux jardin était à moitié mangé par la serre, et la cuisine avait été spécialement choisie pour les soirs où Jimmy décidait de s'y inviter pour préparer le repas : immense et équipée de bien trop de bibelots et conneries que William la fuyait en général. C'est pourtant vers la cuisine qu'il se dirigea, avec Hope dans les bras qui lui racontait une histoire probablement passionnante mais à laquelle il ne comprenait rien.

« Je vous sers quelque chose ? »Demanda-t-il en posant à terre une Hope soudain déçue de ne plus être perchée dans les bras de son père.

Le dos tourné, William avait le nez dans le frigo lorsqu'il demanda, incapable d'affronter le regard de Rachael.

« Alors tu... Tu vas bien ? »

Malaise...
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
 

(Willael, xmas) No one ever said it would be so hard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Merry Xmas
» Hair Wish List for Xmas
» (Percyryan, xmas) Merry christmanithing
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: