AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 same old shit different day (callum)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: same old shit different day (callum)   Mer 1 Mar 2017 - 14:35


same old shit different day
- callum hallworth & judeus alleyne -

La plupart des gens rêvent de stabilité, de normalité. Judeus n’avait jamais apprécié ça, malgré son bar, elle avait toujours vécu de façon à ne jamais se lasser. Londres offrait ça… ou plutôt, son bar le lui offrait. Il lui avait offert. Ceux qui avaient fréquenté son bar étaient aussi bien des habitués que des curieux, honnêtes, malhonnêtes, ça lui importait si peu. La plupart d’entre eux étaient un peu comme elle, incapable de se soumettre de bonne grâce aux normes de la société.
Perdre son fief avait certes été un changement mais, de ce changement, elle se serait bien passée. C’était son business, sa vie que ces deux imbéciles avaient coulé. Elle était son propre patron, elle y était arrivée et ils avaient juste choisi de tout détruire parce qu’un de ses gènes ne leur plaisait pas. Jude avait toujours été en colère, ça n’était pas nouveau, c’était une constante même. Ils avaient juste poussé les choses un peu plus loin.

Radcliff n’aurait dû être qu’une étape, une simple étape, un arrêt. Et là encore les choses avaient pris un tournant des plus ennuyeux. Les années passées à être son propre patron s’étaient révélées être un sacré problème. Incapable de suivre des directives jugées absurdes, elle n’avait pas pu garder son job et avait dû se résoudre à s’installer le temps de se refaire une santé financière.

Elle était coincée à Radcliff.

Au fond, ça n’aurait posé aucun problème si la ville n’avait pas eu un historique pareil. Elle se foutait pas mal d’où elle vivait. Il avait juste fallu que ce soit un bled plein à craquer de hunters, de milices et de groupes en tout genre, tous persuadés d’avoir raison. Le pompon avait été le recensement à l’échelle national.
D’une humeur relativement instable à l’origine, Jude avait dû trouver un moyen de compenser les contrariétés. Ici plus qu’ailleurs, elle avait besoin de s’entraîner, de ne pas se laisser aller. La salle de sport était devenue un lieu qu’elle fréquentait plus que son nouveau travail. Se défouler et ne pas se relâcher avait été sa préoccupation majeure. Plus encore que de trouver un travail qu’elle pourrait éventuellement garder.

Mais bien entendu, les contrariétés n’étaient jamais très loin.

Après avoir passé près de deux heures en salle à garder sous contrôle son tempérament et à trouver un certain apaisement, Jude aspirait juste à rentrer chez elle, manger, lire un bouquin ou pourquoi pas passer un peu de temps sur une de ses consoles. Le problème, c’était que sa moto refusait obstinément de démarrer. Elle savait qu’elle aurait dû l’emmener au garage après qu’elle ait traversé l’océan mais elle n’avait eu ni le temps ni l’envie. Grossière erreur. En même temps, il était légitime qu’elle rechigne à confier une sportive à des garages qui devaient voir passer plus de routières qu’autre chose.
Un regard meurtrier plus tard, Jude se décida à faire la seule chose qui lui venait en tête, rentrer chez elle en poussant cette foutue machine jusqu’à l’immeuble. Ici, elle ne pouvait pas faire grand-chose. Elle n’avait ni le matériel, ni ses précieux livres. N’importe qui aurait appelé un garage mais Jude n’était pas n’importe qui et était une entêtée notoire. Le visage fermé, elle ignora les regards d’un des types sur le parking et commença à avancer sur le bord de la route. Elle n’avait rien contre la marche à pieds, rien du tout même… ce qui était dérangeant, c’était de devoir pousser un engin normalement maniable censé vous conduire d’un point A à un point B.

À l’origine, Judeus avait pensé la revendre. D’une utilité incontestable à Londres, la faire venir ici avec ses biens et sa voiture lui avait coûté un sacré paquet d’argent. C’était la première fois qu’elle l’avait réutilisé depuis son arrivée aux États-Unis et elle commençait déjà à sérieusement se dire qu’elle aurait pu économiser un peu d’argent et même en gagner si elle n’avait pas fait ce choix.

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.


Dernière édition par Judeus Alleyne le Dim 2 Avr 2017 - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: same old shit different day (callum)   Lun 13 Mar 2017 - 0:30



   
Same old shit different day
C. Caleb & Judeus

   


Samedi 5 Mars 2016,


Elle ruisselle sur ton corps, glisse le long de tes muscles pour chasser la moindre goutte de sueur, la fatigue accumulée des dernières heures. Elles t’ont fait du bien, un bien fou. Tu en avais tellement eu besoin après une matinée passée au garage en compagnie de Hans, à supporter ses discours de haine dès lors que vous étiez seuls, à devoir faire semblant d’être…aussi intolérant. Comme tu avais dû te faire violence pour ne pas lui casser les dents alors même que tu participais, malgré toi, à l’élaboration d’un plan de chasse contre d’innocents transmutants. Tu avais été si soulagé dès lors qu’un client passait le seuil pour un conseil ou pour que son bien soit réparé. Tu pouvais, dès lors que tout était en règle, te plonger dans le travail. Ton père, avait depuis bien longtemps appris, que tu étais un meilleur garagiste s’il te laissait t’enfermer, le temps des réparations dans un certain mutisme. C’était tout du moins, ce que tu t’étais évertué à lui faire croire au fil des années.

Tu coupes l’eau, attrape ta serviette pour te tapoter le visage, te sécher la peau. Ces heures d’entrainements t’ont autant épuisé que revigoré. D’abord, tu avais cogné sur un des sacs de boxe pour évacuer la tension accumulé. Au fil des coups, tu avais perdu la notion du temps, jusqu’à ce qu’elle arrive : Judeus. Ça t’avait arraché l’ersatz de l’ombre d’un sourire : l’entrainement allait devenir bien plus intéressant et…utile. Tu aimais bien ce petit échange avec ta voisine, le seul qui vous aviez réellement, celle-ci n’étant pas réellement du genre à…communiquer. Ça te convenait. Surtout que, ces séances avec la jeune femme portaient leurs fruits, tu devenais de plus en plus à l’aise en combat malgré ton œil aveugle, développant de nouveaux réflexes pour palier à cet…handicape.

Tu enfiles tes chaussures, remonte le zip de ta veste, t’empare de ton casque et quitte le vestiaire, la salle de sport. Du regard, tu cherches ta moto…ton œil valide accrochant autre chose. Il y a une fille qui pousse sa propre bécane. De loin, comme ça, elle te semble familière. Tes yeux se ferment puis se rouvrent alors que tu franchis la distance d’un pas, juste assez pour la reconnaitre : La Voisine. Tu hésites, l’espace de quelques secondes, avant de te diriger vers elle… « Hey… » pour attirer son attention, dès que tu l’as, tu pointes son véhicule d’un mouvement d tête « Un problème avec ça ? Tu veux que je jette un œil ? » et pour l’encourager dans ce sens, la pousser à accepter ton aide, tu précises… « C’est mon taf, mécanicien…alors bon, autant que t’en profite, non ? » Surtout que, ce n’est probablement pas grand-chose et…si jamais c’est le cas, que tu as besoin de plus, le garage n’est qu’à cinq minutes à pieds de là : l’avantage de l’avoir établi en centre-ville. Même si l’idée de revoir ton père, encore une fois dans la même journée, ne t’enchante guère.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: Re: same old shit different day (callum)   Lun 20 Mar 2017 - 21:01


same old shit different day
- callum hallworth & judeus alleyne -

Ce qui était idiot concernant cette situation, c'était qu'elle aurait très largement pu être évitée et que c'était ce qui était le plus irritant. Quoi qu'en vérité, le plus irritant était que Judeus avait passé un moment intéressant et relaxant face à Caleb et que la sérénité qu'elle était parvenue à acquérir était déjà loin. Voilà ce qui était le plus énervant au final. Ça, et le fait que sa moto refusait de démarrer évidemment.
Jude adorait cette machine, vraiment. Sa moto lui avait rendu de fiers services à Londres et c'était un euphémisme. Elle était même attachée à cet engin plus qu'à la plupart des humains pour des raisons qu'elle trouvait évidente. Il n'empêche que le fait que sa si précieuse mécanique ne démarre pas lui donnait très envie de se mettre à la vente au détail. Même une fois le problème résolu, il n'était pas certain qu'elle conserve cet engin et ce, pour des raisons purement financière. Les fins de mois n'étaient pas toujours extra et un apport d'argent substantiel serait toujours intéressant vu que sa situation n'était pas vraiment des meilleures depuis que ces bâtards avaient foutu en l'air son business.

Si elle n'avait pas déjà tué ces chasseurs en état de légitime défense, aucun doute qu'elle aurait pris le temps de les pourchasser pour les tuer. Lentement. Bordel, elle n'avait même pas pensé à demander qui était l'imbécile qui les avait conduits à elle.

Soit. En attendant, Judeus était à pied...

Tout à son agacement et ses menaces non verbalisées envers la responsable de sa marche actuelle, Jude n'entendit pas immédiatement qu'elle était interpellée. C'est tout juste si elle entendit la question. Fort heureusement, son contrôle était toujours intact, elle s'était suffisamment défoulée pour ça aujourd'hui.
Si elle avait un problème ? Oui, c’était même évident mais, puisque les gens avaient une certaine tendance à poser des questions qui ne nécessitait pas forcément de réponse, elle s’abstint d’en donner une. Ça tombait sous le sens à son avis... De justesse, elle retint un commentaire sarcastique de son cru. Ce n’était pas vraiment pour épargner Caleb, c’était surtout parce qu’ici, elle n’était pas en terrain connu, pas dans son bar où elle se permettait de temps à autre ce genre de choses.
Personne n’avait encore gagné le droit de découvrir ce merveilleux aspect de sa personne qui en avait induit plus d’un en erreur. Qui pouvait-elle après tout si les signaux que les gens comprenaient étaient contraires à ce qu’elle ressentait ? Rien du tout.

- « En effet. »

Jude haussa donc un sourcil et plaça la béquille pour faire tenir la mécanique maudite sur ses deux roues. S’il pouvait lui épargner de rentrer chez elle à pied et un détour coûteux par un garage, elle n’avait certainement pas s’en plaindre. Elle réfléchit donc un moment et finit par décider qu’il valait mieux faire un petit compte rendu de l’historique de sa machine.

- « Elle n’a pas tourné depuis un moment. J’suis arrivée ici sans encombre mais, comme tu peux le voir, elle ne démarre plus. »

C’était on ne peut plus claire étant donné qu’elle était en train de la pousser quelques secondes plus tôt. Mais, puisque la plupart des gens adoraient mettre en avant ce qui était évident, il lui arrivait d’en faire autant même si elle se trouvait stupide d’imiter un comportement qu’elle ne comprenait pas vraiment. Imiter son environnement était malgré tout un très bon moyen de s’éviter quelques ennuis ou des questions. Le mimétisme n’était-il pas un mécanisme de défense naturel chez certaines espèces. Pour autant, Judeus n’en ferait pas une habitude.

Au moins, elle venait d’apprendre quelque chose d’autre sur son voisin de palier. Il était mécanicien. Un bon point supplémentaire pour lui. Il était doublement utile. Après tout, Caleb lui permettait de s’entraîner avec plus d’efficacité et dorénavant, elle savait qu’elle pouvait faire appel à lui si elle était incapable de régler un problème relatif à sa voiture ou sa moto. Avoir un joker ne voulait pas dire qu’elle allait s’en servir. Jude étant Jude, il était hors de question qu’elle s’en remette à quelqu’un si elle pouvait éventuellement résoudre le problème seule. L’ennui, c’est que la mécanique étant ce qu’elle était, il était peu probable qu’elle puisse éviter indéfiniment de faire appel à ses services dans le futur. Réparer un problème mécanique, c’était autre chose que de remplacer une prise électrique, un pommeau de douche ou un coude défectueux.

Bon sang ce qu’elle détestait devoir communiquer et socialiser.

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: same old shit different day (callum)   

Revenir en haut Aller en bas
 

same old shit different day (callum)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Essonne - Des policiers attaqués à la Grande-Borne
» De fraîches retrouvailles [Callum]
» T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX
» Petite soirée entre collègues {feat Callum Hogdson}
» Je te promet l'extase | Callum & Arya
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: