AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lawrence Evans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Lawrence Evans   Lun 6 Mar 2017 - 0:08



Lawrence Evans
citation citation citation
NOM :  Evans
(Son vrai nom est Norton, mais ça fait des lustres qu'il ne se fait plus appeler comme ça. Hormis sa famille et ses vieilles connaissances, personne ne lui connaît ce nom là.
Il se fait parfois appeler Alves, nom de jeune fille de sa mère et possède de nombreux autres noms d’emprunt)

PRÉNOM(S) : Lawrence, Miguel

ÂGE : 33 ans

DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 15 mai 1983, Porto (Portugal)

ORIGINES : Américaine du côté de son père, portugaise du côté de sa mère

EMPLOI : Informaticien dans la Police de Radcliff, officieusement agent d'espionnage au vert, ex-agent de la NSA

SITUATION AMOUREUSE : SRF (Sans Relation Fixe)

ORIENTATION SEXUELLE : Nord, nord est

GROUPE : The future is here. And it isn't pretty.

MUTATION : Téléportation

DÉPISTAGE : Négatif.
Lawrence travaillait à la NSA lorsque le premier dépistage a eu lieu et il a lui-même falsifié ses données et celles de sa sœur.

espiègle - manipulateur - charmeur - secret - ambivalent - protecteur - désinvolte - fouineur - indépendant - menteur - impulsif - têtu - égo mal placé - sérieux quand la situation l’exige - emmerdeur - rancunier

ⓒ AVATAR PARTICULIER

+001. Il essaie d’arrêter de fumer pour la quatrième fois, mais visiblement, l’exercice est toujours aussi ardu.+002. Il parle couramment anglais, français, portugais et espagnol. Le portugais est sa langue natale.+003. Il possède une  arme à feu dont il se sépare rarement. Surtout depuis qu’il se sait traqué. S’il sait s’en servir, ce n’est pas un fou de la gâchette pour autant. Il ne dégaine qu’en dernier recours, dans les situations qu’il estime critiques. Et il préfèrerais ne pas les voir se présenter à lui. +004. Ce mec est un vrai courant d’air. Il se trouve à côté de vous et à peine avez vous détourné les yeux qu’il s’est volatilisé. C’est déstabilisant et parfois agaçant.+005. Il a un toc ou plutôt une déformation professionnelle qui fait qu’il ne peut pas s’empêcher de “fouiner” et d’inspecter les endroits où il se trouve. Il ne se gênera pas pour inspecter photos, papiers et objets à vue, plus ou moins discrètement, selon les cas.  +006. ll possède une mémoire eidétique photographique. Il lui suffit parfois de quelques secondes pour lire un truc et en mémoriser le contenu, de même pour les endroits, il est capable de se souvenir de détails très précis. +007. Il a une vilaine cicatrice d’une dizaine de centimètres sur l’avant bras droit, souvenir d’une vieille brûlure. +008. Il a bossé à la NSA et est expert en décryptage informatique.+009. Il possède un tatouage à la base du cou, à gauche. +010. Il possède une notion très personnelle du bien et du mal et ne défend que ses propres intérêts et ceux de ses proches. +011. Sa sœur compte énormément pour lui et il est prêt à se mettre en quatre pour elle.

Décrivez l'apparition de votre don et la façon dont vous le maitrisez.

Il s’est manifesté la première fois suite à une dispute avec mon beau père, dont je ne me rappelle plus exactement le sujet. Il y en a eu tellement !
Cette fois-là, il m’avait vraiment mis de travers et après l’avoir cordialement envoyé se faire foutre et avoir claqué la porte de ma piaule, j’ai souhaité être ailleurs. J’ai visualisé la chambre de notre ancien appartement à Porto, avant qu’il n’entre dans nos vie. Je me rappelle avoir été submergé d’émotions et quand j’ai rouvert les yeux, j’ai reconnu l’endroit, bien que l’agencement et les meubles soient complètement différent. Puis j’ai subit le deuxième effet kisscool et j’ai perdu connaissance. J’ai eu quelques emmerdes après ça, vous vous doutez bien. Et encore j’ai eu du bol que ce soit Joao, le gamin de la famille qui m’aie trouvé le premier ! Sinon j’aurais fini au poste ou pire, les Hunters m’auraient mis la main dessus et l’histoire se serait arrêtée là. Je vous passe les détails de comment j’ai ramé pour me sortir de là. J’ai du embobiner pas mal de monde et au final, c’est mon père qui a fini de tout arranger.

J’ai retenté l’expérience ensuite; sur des distances plus courtes. Au début, les téléportations me lessivaient et mon état de fatigue était proportionnel à la distance parcourue. Je ne pouvais me téléporter que dans des endroits que j’étais capable de visualiser clairement dans mon esprit. Autrement dit, des endroits familiers ou déjà visités et je ne pouvais pas le faire à répétition non plus. Ça m’épuisait. Mais avec le temps et l’entraînement, j’ai fini par développer une certaine endurance.
C’est comme un muscle en fait. Aujourd’hui, je suis capable de me téléporter sans effort dans des endroits peu éloignés. Les longues distances sont toujours éprouvantes, tout comme les endroits peu connus, et me demandent une extrême vigilance pour ne pas tomber d’épuisement.

Je ne prends presque jamais de passagers. Je l’ai fait une fois ou deux avec Eloïse, ma sœur et le contre-coup a été terrible. L’énergie nécessaire à une telle téléportation est multipliée par deux. Peut-être plus. Je ne saurais pas dire exactement. J’ai eu l’impression de me vider de toute mon énergie à chaque fois que j’ai tenté l’expérience. La première fois je suis tombé dans les vapes et j’ai été amorphe pendant plusieurs jours. Ma mère a d’ailleurs cru à une grosse grippe. Les autres fois ont été moins virulentes, mais je ne suis toujours pas fan à l’idée d’être vaseux pendant plusieurs heures.

Que pensez vous des hunters et du gunpowder squad ?

J'ai très tôt entendu parler des Hunters, dès la découverte de ma mutation en réalité. Mon père m'a toujours mis en garde contre eux et m'a fait promettre de toujours me montrer méfiant, de ne pas m'aviser à dévoiler mon don extraodinaire à qui que ce soit et de ne pas m'en servir à tort et à travers. J'étais gamin à l'époque mais j'ai tout de même compris que ces mecs étaient pour les gens comme moi que ce le KKK était à tous les non blancs au début du XXIème siècle. Je ne savais pas encore à l'époque à quel point j'avais vu juste !
Cette crainte, implantée par mon père est restée lointaine jusqu'à ce que ces fameux Hunters se dévoilent publiquement et s'en prennent à ma sœur. Je me suis arrangé pour que celui qui s'en était pris à elle disparaisse. Mais il aurait fallu le concours de la NSA toute entière pour endiguer complètement cette menace. Et la NSA, je l'ai remerciée peu avant l'assassinat du président des Etat-Unis.
Maintenant les Hunters nous connaissent, ma sœur et moi. Ils sont remontés jusqu'à notre famille. Et même si je suis expert en trafic d'informations et de données et que j'ai brouillé les pistes en nous faisant changer de nom, je sais que ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils nous retrouvent et que nous n'auront jamais la paix.

Le Gunpowder Squad ? J'en ai entendu parler, oui. Officiellement, il a été dissout quand le maire a été évincé et je n'ai pas pris le temps de me renseigner d'avantage à se sujet puisque ma décision de venir m'enterrer à Radcliff s'est prise dans la précipitation il y a moins d'une semaine.
C'était des extrémistes de plus comme on en trouve partout ailleurs.
Je suis coutumier des prises de risques et puis, quoi de mieux que de se planquer à côté d'un nid de tarés dans leur genre ?
Vous devez penser que je suis suicidaire ? Vous avez sûrement raison, je le penserais aussi à votre place.

Que pensez vous d'uprising et d'insurgency ?

Pas grand chose pour le moment.
J'ai eu vent de l'attentat du laboratoire Holgersen lorsque j'enquêtais sur le Hunter qui s'en est pris à ma sœur Je n'ai pas vraiment d'avis sur la question. J'ai de l'estime pour la rébellion mais tant que les rebelles ne commettent que des actes isolés, c'est comme pisser dans un violon. Ça ne sert pas à grand chose. Ce monde est fou, on marche sur la tête. C'est au gouvernement d'agir et de mettre fin à ses atrocités. Mais à mon humble avis, les hautes sphères sont pourries jusqu'à la moelle. Et je n'ai pas de solutions miracles pour endiguer ce fléau.


ED + CONNEXION variable en fonction de mon IRL mais minimum 3/7j
ft. Josh Hartnett
PAYS OU FUSEAU HORAIRE : En France la plupart du temps, ou sur la lune sinon, mais là, faut prendre en considération d'autres paramètres extra-terrestres... Cherche pas, c'est chiant ! OU AS TU CONNU TH ? Je sais plus. J'en ai entendu parler au journal télévisé. A moins que ce soit sur un top site je crois    PERSONNAGE : Tout droit issu de ma petite cervelle. Et elle à fumé, j'te l'dis ! AVIS SUR LE FORUM : Wesh ! Ca a l'air bien t'as vu ! En plus, vous avez mon smiley fétiche, je ne peux que vous aimer !    UN DERNIER MOT :Yippie-Kai-Yay !


Dernière édition par Lawrence Evans le Lun 3 Avr 2017 - 21:04, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Lun 6 Mar 2017 - 0:08



STORIES ARE WHERE MEMORIES GO WHEN THEY'RE FORGOTTEN
citation citation citation


Je suis né dans la banlieue de Porto au Portugal. Ma mère est portugaise et mon père américain. Ils ont divorcé quand j’avais six ans et c’est ma mère qui a obtenu ma garde exclusive. Mon père étant constamment en déplacement à cause de son boulot, il était bien incapable de m'élever décemment. Il bossait au consulat américain du Portugal à l’époque.

Jusque là, j’avais toujours été un gamin sans histoire. J’ai toujours eu mon “petit caractère” comme disait ma mère. J’étais un gosse sympa, je ne faisais pas de vagues, mais il ne fallait pas me marcher sur les pieds. C’est après que nos rapports se sont compliqués. Lorsqu’elle s’est remariée. A Charles Dubois. Un français. Non pas que je sois raciste, mais du haut de mes huit ans, je n’ai pas toléré l’arrivée d’un autre homme que mon père dans sa vie et j’ai bien vu que Charles était un vil manipulateur. Je n’aimais pas la façon dont il s’y prenait pour manipuler ma mère. Il avait le don de charmer son auditoire avec de belles paroles et ma mère, amoureuse et naïve était subjuguée. Moi pas et je lui ai vite fait savoir qu’il me saoulait et que son verbiage de romantique français me donnait la nausée.
Bien-sûr, ma mère a décidé d’aller s’établir en France, à Lyon, la ville des lumières. Sauf que je ne parlais pas un mot de français et  je vous met dans le mille, avec Charles, le courant n’est jamais vraiment passé. Une espèce de rivalité s’est installée entre nous, car si je voyais clair dans son petit jeu, il avait vite percé le mien, moins subtile et plus immature, forcément j’avais huit ans et j’étais en train de forger mes armes.
Ma mère était enceinte quand on a quitté le Portugal et Charles tenait absolument à ce que ma soeur naisse sur le territoire Français. La belle aubaine !
Cela dit, si je ne pouvais pas piffrer mon beau père, j’ai tout de suite eu le béguin pour ma soeur Eloïse. C’est elle qui m’a fait tolérer Charles pendant toutes ces années. Elle est devenue la prunelle de mes yeux. Une petite chose fragile que je me devais de protéger. Du moins, c’était ce que je m’étais mis en tête à sa naissance. La vie en a décidé autrement.

Je me suis rapidement acclimaté à mon nouvel environnement. Nouveau pays, nouvel appartement, nouveaux amis. J’ai appris le français en un rien de temps. C’est plus facile d’apprendre une langue quand on est gamin. Il est bien connu que les gosses sont des éponges. Surtout moi en fait. J’ai une très grande facilité de mémorisation, parlant déjà couramment l’anglais et le portugais. Je n’ai donc eu aucun problème pour intégrer une classe française et j’ai normalement poursuivi ma scolarité. Malgré ma facilité de mémorisation, je ne me faisais pas spécialement remarquer, partisan du moindre effort, je ne me donnais la peine que lorsque j’estimais que le sujet était digne d’intérêt. Et mon principal centre d’intérêt à l’époque était Charles. Ce mec tellement imbu de sa personne, pensait toujours tout savoir sur tout, avait un avis tranché sur tout et l’imposait à son auditoire comme la vérité que lui seul détenait et personne n’osait jamais le contredire. Il était intolérant au possible envers tout ce qui le dépassait et qu’il ne comprenait pas. Je développai alors un malin plaisir à toujours vouloir en apprendre plus que lui, quel que soit le domaine, afin de jouir de la grimace que formait son visage lorsque je parvenais à lui faire fermer son  insupportable clapet, en public bien-sûr. Autant dire qu’il n’appréciait pas d’être humilié de la sorte par un gamin et que plus d’une fois, j’ai bien cru qu’il allait m’en retourner une. Ca a failli arriver une fois alors que je lui ai jeté au visage qu’il n’arrivait pas à la cheville de mon père. Si ma mère n’était intervenue, j’aurais sans doute tâté de son gauche. J’ai fini par m’enfermer dans ma chambre et c’est dans cet accès de rage que je me suis téléporté pour la première fois. Cette première manifestation de ma mutation reste assez floue dans mon esprit. Je suis resté dans les vapes plusieurs jours et c’est mon père qui est venu me récupérer à Porto, dans l’appartement que nous avions habité tous les trois, lui, ma mère et moi. J’ai eu la chance de tomber sur une famille adorable et un garçon de mon âge, Joao, avec qui je suis resté longtemps en contact.


“Lawrence, tu ne dois parler de ça à personne tu m’entends ?”
“Pourquoi ? C’est pourtant génial ! Je pourrais venir te voir quand je veux et…”
“Ne fait jamais ça ! Jamais en public. Comment l’expliqueras-tu ? Les gens ont peur de ce qui est différent. Tu es un garçon intelligent. Je sais que tu peux comprendre ça.”
“A cause de la ségrégation c’est ça ?”
Mon père arqua un sourcil, surpris sans doute que je connaisse déjà l’impact de ce mot là. J’étais un garçon intelligent effectivement et j’avais déjà entendu ce raciste de Charles parler des afro-américains. Je m’étais renseigné.
Il m’a parlé des Hunters et de l’épée de Damoclès qu’un tel pouvoir plaçait au dessus de ma tête. Je devais me montrer vigilant.
“Ceci sera notre petit secret, d’accord ? Ne prend pas de risques inconsidérés. Je n’ai qu’un seul fils et je ne veux pas te perdre.”
Ces paroles ont suffit à me rendre raisonnable. Il s’est arrangé pour que je réintègre mon foyer français. Mais ma “fugue” présumée n’a fait qu’aggraver ma relation conflictuelle avec Charles et la tension est montée d’un cran avec ma mère dont le regard commença à changer à mon égard. Mais je me consolais avec les sourires radieux d’Eloïse de qui j’ai toujours été très proche, malgré notre grande différence d’âge. Elle était ma bouffée d’air, mon rayon de soleil et je lui avais promis à mon retour, qu’un jour j’irais vivre avec mon père aux Etats-Unis et que je l’emmènerais avec moi. Elle était trop jeune pour comprendre et l’affection qu’elle me portait suffisait à me faire endurer toutes les peines existentielles du monde.


Passe ton bac d’abord !

C’était la condition sine qua none que mon père m’avait imposée pour que je puisse le rejoindre aux Etats-Unis. Il avait aussi soumis l’idée que j’y mette un peu du mien en décrochant une mention au passage et que cela faciliterait l’acceptation de mon dossier à l’université de Cleveland, même si le simple fait de jouir de la haute position sociale de mon père aurait suffit et ma nouvelle lubie aussi.
Je m’étais découvert une nouvelle passion pour l’informatique et plus particulièrement, la programmation et les nouvelles technologies émergentes avec l’Internet. J’ai rapidement versé dans le hack, par jeu. Craquer des logiciels et les protections informatiques des institutions étaient des défis palpitants. Je passais donc des heures derrière mon écran d’ordinateur à compiler et décompiler des programmes et à aligner des bouts de codes, lorsque je n’étais pas en cours ou en vadrouille quelque part. J’avais déjà hérité du surnom de “courant d’air” qui sonnait plutôt péjoratif dans la bouche de ma mère. Je lui préférais la version admirative et affective de ma sœur.
Ce jour là, j’étais en train de procrastiner dans la cour du lycée quand un de mes camarades est venu me trouver pour me dire qu’il avait aperçu Eloïse dehors. Mon lycée n’était pas sur son trajet scolaire et elle avait pour habitude de rentrer directement après l’école, quand je ne passais pas la chercher. Elle s’est littéralement jetée sur moi quand je suis sorti, s'agrippant à moi de toutes ses forces et pleurant tout son saoul. C’est ce qui a instantanément fait redescendre la rage qui m’avait envahi quand j’avais vu ses yeux rougis et son oeil au beurre noir. Temporairement du moins. Ma sœur venait de découvrir qu’elle était transmutante elle aussi. Et manque de bol, ça s’était passé devant témoins et ces salopards avaient osé lever la main sur elle. Inutile de dire qu’ils ne l’ont plus jamais touchée après ça.
En grand frère presque responsable (mis à part la dérouillée et le chantage que j’ai fait à ses bourreaux), je lui ai fait promettre la même chose que mon père avait faite avec moi, à la différence que je lui ai également promis de toujours être là pour la protéger.
J’ai monté un bobard de toutes pièces pour embobiner les vieux, avec la complicité d’Elo qui me faisait une confiance absolue. Et cela est resté notre secret pendant quelques temps, jusqu’à ce que des rumeurs viennent à leurs oreilles concernant des gamins avec des dons paranormaux. Charles donna son avis étriqué sur la question qui manquait clairement de crédibilité selon lui et ma mère fit part de ses doutes. C’était la première fois qu’elle émettait un avis différent du sien ce qui surpris tout le monde, moi le premier. Mon beau père monta au créneau et affirma que de telles choses n’existaient pas, qu’elle était bien trop crédule et que de toutes façons, des êtres comme cela n’avaient pas leur place dans notre monde. La discussion s'envenima sans même que j’y prenne part pour une fois et Charles finit par s’enterrer tout seul en tenant des propos odieux au sujet des mutants comme ma sœur et moi. Si j’avais gardé mon calme, Eloïse éclata en sanglots, à l’incompréhension générale. Ou plutôt de son père. Au regard inquiet dont la couva ma mère je sus qu’elle savait. Ou du moins, elle doutait. Charles continuait de déblatérer des propos insupportables en tentant de réconforter Elo qui était de plus en plus mal à l’aise. Je tapais du poing sur la table avant même de croiser son regard de détresse. “Ta gueule Charles !” Les joues d’Elo flambèrent et je me retrouvais instantanément à côté d’elle sous le regard ébahi de ma mère et celui horrifié de mon beau père. Eloïse s'agrippa à moi et la seconde d’après, nous étions ailleurs. Je n’ai pas le souvenir net de ce qu’il s’est passé ensuite car j’ai perdu connaissance dès que nos pieds ont foulé le sol du garage des grands-parents d’Eloïse. Un incendie s’est déclaré, il a été facilement maîtrisé. Elo n’a rien eu et j’ai hérité d’une belle brûlure à l’avant bras droit.


Apprend à jouer dans la cour des grands !

“Je reviendrais te chercher Elo, je te le promets !”

Même s’il était un père aimant envers sa fille et qu’il fut bien forcé de revisiter son jugement, je ne faisais pas confiance à Charles. C’est le cœur lourd que j’ai gagné les US, comme prévu après m’être assuré que tout se passerait bien pour ma sœur en mettant ma famille sous surveillance. Je comprenais désormais ce qu’avait du ressentir mon père en me laissant en France livré à moi-même avec ma mutation, sauf que la mienne n’avait rien d’une bombe à retardement. J’ai du apprendre à faire avec et avoir régulièrement Elo au téléphone m’aida à aborder ma nouvelle vie plus sereinement.

J’ai intégré l’université de Cleveland, spécialité génie informatique où j’ai retrouvé mon ami Joao qui a décidé de suivre le même cursus que moi. J’ai également fait quelques rencontres surprenantes, dont une en particulier qui ne m’aurait pas plus marquée que cela si le destin ne s’était évertué à la remettre sur mon chemin à plusieurs reprises. Puis j’ai migré dans le Maryland après avoir été recruté par la NSA.

Il y a quelques années, j’ai reçu un coup de fil de ma sœur qui me disait craindre d’être traquée par des Hunters. Après investigation, ses craintes se sont avérées fondées. J’étais en train de mettre en place les mesures nécessaire à sa protection quand elle s’est faite attaquer. J’étais en mission de surveillance en Europe quand j’ai tout lâché pour lui venir au secours.
J’ai démissionné de la NSA après ça pour rejoindre une compagnie privée d’espionnage qui vendait ses services au plus offrant et j’ai commencé à bosser sur les Hunters. J’ai retrouvé la trace du mec, un dénommé Mark Scott que j’ai filé pendant un moment avant d’avoir l’occasion de le faire disparaître. Sauf que ma compagnie n’a pas vraiment apprécié la bavure et cette disparition inexpliqué les a légèrement mis en porte-à-faux. On m’a donc clairement fait comprendre qu’il valait mieux, dans mon intérêt et celui de ma famille, que je me mette au vert pour me faire oublier pendant un temps, car les Hunters eux, avaient réussi à remonter la piste jusqu’à moi.

C’est ainsi que je me suis retrouvé à Radcliff grâce au fameux adage : “Un prêté pour un rendu.”




Dernière édition par Lawrence Evans le Lun 6 Mar 2017 - 22:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Lun 6 Mar 2017 - 0:20

:love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Lun 6 Mar 2017 - 19:16

Bienvenue officiellement

Roh et puis Josh Hartnett

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Lun 6 Mar 2017 - 23:33

Merciiiii :keur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 46349
SUR TH DEPUIS : 15/02/2015
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Mar 7 Mar 2017 - 15:19

Alors, j'ai juste une petite remarque à faire concernant le dépistage, mais je te valide quand même, c'est plus une histoire de "futur" il a en effet pu falsifier les dossier du premier dépistage, cependant, il y en a un en cours actuellement, selon l'intrigue du forum, et cette fois, ce sera beaucoup mieux organiser, donc il sera obligé d'être bien dépisté, lors de ce deuxième dépistage :aw: Qui aura donc lieu pour lui au moins d'avril pour en savoir plus c'est par ici :keur: Je sais pas si tu avais bien pris connaissance de ça ou pas, mais dans le doute, je préfère le repréciser I love you


FÉLICITATIONS JEUNE MUTANT
tu es validé, tu pues la classe, vas-y sors tes lunettes de soleil.


Te voilà validé, félicitations Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller faire un tour dans la partie administrative si ce n'est pas déjà fait pour prendre connaissance du contexte, des différentes intrigues et des annexes. Tu peux dès à présent commencer à rp, mais pense également à créer une fiche de liens pour que ton personnage ne se retrouve pas tout seul. Une envie de relation particulière ? N'hésite pas à poster un scénario ou a créer un mini-pv Pense également à recenser le métier de ton personnage, et s'il provient d'une famille de hunters, n'oublie pas de la recenser. Tu peux également recenser l'anniversaire de ton personnage, son habitation, et s'il agit d'un double compte (ou d'un triple, ou d'un quadruple), c'est ici que tu dois l'indiquer. Également, si tu veux que ton personnage soit ultra-technologique, tu peux lui créer un téléphone cellulaire pour qu'il reçoive des textos de tous ses amis (ou de tous ses ennemis). Si tu veux un rp facile, tu peux t'inscrire aux rps missions, pour trouver facilement un rp, ça peut être cool :keur: Si jamais tu veux créer ta propre mission pour aller sauver Jack (ou Paul, ou Jean le vendeur de tacos) d'une mort certaine, tu peux aller par ici . N'oublie pas de faire un tour dans le flood et de passer par les jeux pour se détendre entre deux rp, sans oublier de voter pour le forum toutes les deux heures.

Encore une fois bienvenue sur TH, et bon jeu parmi nous, n'hésite pas à contacter le staff si tu as la moindre question

_________________
the dark will turn into the sunlight.
You and me against the world, Like a little boy and girl. There were monsters beneath our bed And we were scared until we taught them all to sing and then we had a laugh instead. You and me on stormy seas It had brought us to our knees There were dangers, all around And we were frightened by the wind and when it blew until it blew us to dry ground.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Lawrence Evans   Mar 7 Mar 2017 - 23:52

Merciiiiiiiiii ! :littleheart:

Yep, pour le dépistage ^^
J'avais vu.

D'ailleurs à ce propos, j'avais justement des questions à vous poser. Un perso "dépisté" négatif la première fois, est-il forcément re-dépisté cette fois-ci ? Et vue que mon perso, vue qu'il n'est pas né sur le sol américain, qu'il vient juste d'arriver à Radcliff et qu'en plus, Evans ce n'est pas son vrai nom, tout ça...

On voit peut-être ça par MP ? A moins qu'il y ait une zone pour ce genre de questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lawrence Evans   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lawrence Evans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (M) CHRIS EVANS ≈ you keep me hangin' on.
» Luke Evans - Mari, époux
» présentation d'Emilie Aurore Evans Antheos
» rosalind • i sat in the valley green
» (M/LIBRE) LUKE EVANS ☆ one day this will heal again.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: présentations refusées-
Sauter vers: