AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 someone who's there (thais)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 155
SUR TH DEPUIS : 21/04/2017
MessageSujet: someone who's there (thais)   Lun 24 Avr 2017 - 20:42


someone who's there
- thais sanderson & edward atkins -

L’ironie, le paradoxe, le sarcasme... Edward était passé maître dans ces arts et il ne se sentait pas coupable un seul instant. Ça faisait un moment déjà qu’il laissait les bonnes gens de Radcliff s’interroger sur son compte et il ne leur avait toujours pas donné le petit indice de qui il pouvait être. L’expat’ qu’il était se doutait bien que quelques membres investis dans la communauté -les petits groupuscules qui pullulaient en ville- avaient fini par lever quelques lièvres le concernant. Il n’avait pas particulièrement cherché à cacher ce qu’il avait fait pour vivre avant de fuir le vieux continent. Quelle utilité ? Il n’avait pas honte et si ça les dérangeait, et bien, ils -ou elles d’ailleurs- auraient mieux fait de fourrer leur nez dans les sous-vêtements de leur moitié pour s’éviter les surprises. Etait-ce seulement certain qu’ils n’en auraient pas eu ? Ah ! Définitivement pas son problème. Ce qu’il y avait de beau, c’était qu’aux États-Unis plus qu’ailleurs, l’argent n’avait pas d’odeur et il en avait. Beaucoup. De fait, la plupart des gens étaient tout de suite beaucoup moins tatillons sur son ancienne profession. Ça n’empêchait pas ce bon vieux moulin à potins de tourner... Deux anciens escorts en ville, vivant sous le même toit. Quelle inconvenance ! C’était beau de constater que l’inconvenance s’arrêtait là où les gênes, la religion, le sexe, la sexualité et et cætera commençaient. Le sud des États-Unis, quel merveilleux vivier d’extrémistes en tout genre. C’était presque plus jouissif de les choquer et les emmerder que de se pavaner au bras de l’avocate de son père dans une soirée organisée par la précieuse fille du conservateur -un autre de ses clients- où son père était un des invités d’honneur, définitivement jouissif. C’était le bon temps. Un de ces quatre à force de faire jaser, il n’était pas improbable qu’il se prenne une balle entre les deux yeux. Ça risquait de contrarier Theodora. Eddie ne savait pas trop qui serait considéré comme un fléau dans ce cas-là, Thaddidou ou elle ? Il votait pour elle mais, c’était l’expérience qui parlait.
Soit, l’emmerdeur né qu’il était n’avait toujours pas fini de s’amuser avec les réactions des habitants de la ville mais, il n’avait surtout pas fini de dépenser de l’argent dans les bars. Honnêtement, une partie des boissons qui y étaient servies ressemblaient à s’y méprendre à de la pisse mais, certains de ces bars avaient leur charme. D’une certaine façon. Standars changeant ou non, il fallait de toute façon bien qu’il s’en contente où il ne risquait plus de mettre le nez hors de l’appartement, ce qui serait franchement triste. L’alcool à disposition y était bien meilleur et les plats qu’il cuisinait restaient bien au-dessus de la norme... c’était juste lassant. Honnêtement, Edward ne pouvait pas nier qu’une bonne vieille bière et un burger au grill n’étaient pas agréables. Il avait juste le cul entre deux mondes et il avait fini par s’y faire, appréciant les deux côtés et ce qu’ils avaient à offrir. Ça avait juste été un coup à prendre, une acceptation.

Une bière, c’était précisément ce qu’il était en train de boire tout en observant les lieux. L’ambiance en ville avait pas mal changé depuis qu’il était arrivé. C’était compréhensible. Eddie avait beau éviter de près ou de loin la politique et les idéaux en tout genre, même en faisant l’autruche, le changement de pouvoir avait été suffisamment notable. Et cette ambiance avait encore changée à l’annonce des dépistages. Dans une ville avec une histoire pareille, rien de surprenant. Il s’attendait limite à ce que les échauffourées reprennent de plus belles. Les hunters du coin auraient vite fait de connaître la situation génétique des habitants. Nom de Dieu, ces crétins en charge au sommet -rien que ça, fallait se poser des questions- n’avaient rien trouvé de mieux que de décider qu’il fallait que ce soit noté sur leur papier d’identité. C’était littéralement filer des munitions aux uns et aux autres, pas de quoi s’étonner sur le taux de criminalité après ça. Pas comme s’il y participait d’une certaine façon, bien entendu. Cela dit, ça n’était pas tellement les flicaillons de Radcliff qui pouvaient causer des problèmes, c’était plutôt les assureurs d’œuvres d’art ou la crim’ en col blanc... Pas qu’il faisait des faux. Ne s’acharnait-il pas à dire qu’il faisait des copies ? Tout ça pour dire que l’ancien escort prenait la température comme il le faisait souvent.

Depuis un petit moment, à une des tables, une partie de cartes dégénérait depuis un moment, rien de neuf sous le soleil. Tant que ça restait localisé et que sa bière et lui étaient saufs, ça lui allait très bien. Au moins, il avait droit à l’animation comprise dans le prix de la bière, il se retourna même pour regarder ce qui se passer. On ne crache jamais sur un bon spectacle. Franchement, tout ça était divertissant. Divertissant jusqu’à ce qu’un petit bout de femme pas très costaude se retrouve un peu trop près.
Eddie n’était pas du genre à s’en faire pour autrui. Pas du tout même. Pas plus qu’il était du genre à intervenir. Il ne se mêlait jamais de rien. La sécurité ou le bien être des autres ne le concernait pas plus que ça. En temps normal en tout cas. Il y avait généralement toujours une bonne âme pour se bouger les fesses et il n’avait pas à bouger les siennes. C’était simple. Mais pas cette fois. Rien qu’à son attitude, il était clair que ce petit bout de femme avait une réaction nettement plus inquiétante que ce à quoi il s’était attendu et elle palissait à vue d’œil. Il leva les yeux au ciel, grogna pour la forme et s’immisça dans le foutoir au bon moment pour la sortir de là et même hors du bar. Il se demandait même si elle avait l’âge. Malgré tout, il avait eu le temps de se prendre un coup bien placé. Theodora allait encore pensé qu’il y avait mis un peu du sien. C’était sûr qu’il allait entendre parler demain matin avec la marque qu’il allait se payer. Cette manie de frapper là où ça marquait...

- « Respire, tu vas nous faire une syncope. »

_________________
I don't care if your world is ending today. Because I wasn't invited to it anyway. You said I tasted famous, so I drew you a heart but now I'm not an artist, I'm a fucking work of art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 126
SUR TH DEPUIS : 24/09/2016
MessageSujet: Re: someone who's there (thais)   Sam 17 Juin 2017 - 22:51

Il fallait qu'elle retrouve Nolan. Thais ne connaissait que trop bien les capacités spectaculaires de son frère pour se mettre dans les ennuis. Un trait de famille, il fallait croire. Si elle avait accepté de l'attendre un certain temps, le fait qu'il ne donne pas signe de vie l'avait terriblement inquiétée. D'un point de vue extérieur, on aurait pu la qualifier de trop stressée. Sauf qu'il s'agissait d'un de ses frères, du plus turbulent. Si elle l'aimait et fermait les yeux sur ses défauts, elle n'en restait pas moins lucide. Il n'était pas un enfant de chœur. Et ses fréquentations encore moins. Enfin, ça ne pouvait pas être pire que Lazar, personne ne pouvait atteindre son niveau à son avis. Mais s'il n'avait pas été assez prudent et qu'un chasseur l'ait remarqué... Elle mâchouilla d'autant plus sa lèvre déjà bien malmenée.

Raison pour laquelle elle se retrouvait à rentrer en douce dans les bars à sa recherche. Malgré le fait qu'elle n'ait pas encore atteint ses vingt-et-un an. Malgré le fait que l'ambiance bondé la compressait, lui donnait l'impression que ses poumons ne suffisaient pas à la faire respirer correctement. Un peu moins que d'habitude, plus exactement. La petite blonde se glissa vers le bar, évitant habilement le regard de ceux qui s'attardaient un peu trop sur elle. Parce qu'elle détonnait dans le milieu, la Sanderson. Avec ses cheveux blond, ses yeux bleus et son visage innocent, elle donnait cette impression d'être un ange paumé dans des habits trop grands pour elle.

La malchance lié à sa famille ne tarda pas à la rattraper. Un véritable aimant à problème. Elle aurait presque pu en rire, vraiment. Sauf qu'elle n'avait pas encore viré assez cynique pour ça. Son regard avait capté une partie de carte où les esprits s'échauffaient. L'un des joueurs trichaient. Pour son oeil entraîné, cela s'avérait évident, l'homme n'était pas aussi discret qu'il le pensait. Des gestes pas assez précis pour la tromper, pas assez rapide pour que cela passe parfaitement inaperçu. Les autres finirent par le remarquer, et ce qui devait arriver, arriva. Normalement, elle se serait de nouveau faufilé plus loin. A l'abri. Elle savait comment divertir l'attention pour mieux disparaître. Sauf que son anxiété mêlée à la chaleur et au stress eurent raison de son contrôle sur sa respiration. Parce qu'elle atteignait la limite du don de son frère, mais qu'elle lui avait caché son véritable état pour ne pas que Maxence en récolte les pots cassés. Et le retour vers la maladie ne se faisait pas toujours en douceurs. Ca pouvait très bien revenir d'un coup, comme à présent.

La jeune femme pâlit à vu d'oeil alors que son souffle se faisait de plus en plus erratique. Au point ou elle se retrouvait tétanisée, malgré la bagarre qui éclatait. Elle risquait fortement de se prendre un sale coup dans la foulée. Et frêle qu‘elle était, ça ne donnerait pas le plus bel effet. Jusqu‘à ce qu‘un homme ne la sorte de là, la ramenant à l‘extérieur. En sécurité. L‘air frais l‘aida à organiser ses pensées et se concentrer suffisamment pour arrêter de paniquer. De s‘étouffer en bonne et due forme. Une quinte de toux la secoua, et elle eut tout juste le temps de sortir un mouchoir, cachant le mucus mélangé à un petit peu de sang. Pour la bonne impression et l‘élégance, il faudrait repasser.

-Merci de m‘avoir sortie de là…

Sa voix sortit bien plus éraillée qu‘elle ne l‘aurait souhaitée. Un rythme de paroles loin d‘être fluide. Une voix qui trahissait sa faiblesse, tout comme sa respiration sifflante.

-Désolée, vous vous êtes reçu un coup, non ?

Parce qu‘elle ne pouvait s‘empêcher de s‘inquiéter un peu. Un inconnu, oui, mais il lui avait quand même sauvé la mise. Sinon, elle aurait sûrement finie à l‘hôpital. Et pas pour la maladie qui la bouffait lentement.

-Et je vous ai probablement gâché vôtre soirée aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

someone who's there (thais)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier sud :: bars-
Sauter vers: