AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 headed for disaster (judeus & silas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 1186
SUR TH DEPUIS : 05/11/2015
MessageSujet: headed for disaster (judeus & silas)   Lun 1 Mai 2017 - 11:58

Retour dans le passé. Silas aimait profiter de la vie, ne se soucier de rien, n’avoir aucune responsabilité. Il aimait les femmes et les histoires sans lendemain, il aimait pouvoir entrer dans un bar et se dire qu’il n’en ressortirait pas tout seul. Il aimait être célibataire pour ça, pour cette liberté totale, cet accord tacite avec ses conquêtes qui disait qu’il n’y aurait pas de lendemain. Mais il était marié. Enchaîné. Un anneau à son doigt qu’il avait découvert un matin en se réveillant après un trou noir, des photos sur le mur, dans les albums, des images qu’on lui enfonçait dans le crâne en espérant faire réapparaître des souvenirs ou des sentiments. Une femme. Une fille. Une maison familiale où il était seul la plupart du temps. Un lit dont les draps froids n’accueillaient que lui et personne d’autre. La solitude et l’incompréhension qui le rongeaient tandis qu’il se débattait pour garder la tête hors de l’eau. Une famille éclatée qu’il ne connaissait pas. La liberté était un mot vide de sens pour un amnésique qui tentait chaque jour de recoller les morceaux d’une relation dont il n’avait aucun souvenir. On lui avait dit qu’il était marié alors qu’il n’avait pas souhaité l’être. On lui avait dit qu’il aimait sa femme alors qu’il ne se souvenait pas d’elle. Mais d’accord, très bien, il avait accepté tout ça. Il avait accepté ce mariage, sa femme, sa fille. Il avait essayé de tisser des liens, il avait essayé d’oublier une vie qu’il aurait voulu poursuivre avec insouciance mais qui se trouvait trop loin derrière lui pour qu’il espère y retourner un jour. Mais sa femme s’était éloignée de lui sans qu’il ne comprenne pourquoi, sans qu’il n’arrive à la rattraper. Et quand elle s’était retournée vers lui, ce fut finalement pour lui révéler une facette d’elle-même qu’il n’aurait jamais voulu connaître. Et il avait craqué, la goutte d’eau avait tout fait déborder …

Mal de crâne. Ce n’était pas la première gueule de bois de Silas, mais celle-ci avait beaucoup plus de mal à passer que les autres. Le réveil avait été rude – comme quoi, c’était vrai qu’il avait plus de quarante ans, lui qui se croyait encore dans sa fringante trentaine. Mais ce n’était même pas l’alcool le pire, bien sûr. Le pire c’était cette culpabilité écrasante. Le souvenir de ce qu’il avait fait. Pour une fois il aurait souhaité que l’amnésie revienne et qu’elle efface, miséricordieuse, les images qui tournaient dans sa tête. Mais ça, il ne le choisissait pas. Il avait oublié dix ans de sa vie mais il n’oublierait pas la nuit précédente. Il n’oublierait pas sa colère, brûlante, qui lui avait fait perdre la tête et oublier les promesses qu’il avait faites. Il n’oublierait pas qu’il avait laissé son alliance dans sa chambre, en espérant qu’elle la voie et qu’elle réalise ce que cela signifiait. Il n’oublierait pas le bar, l’alcool, le sourire de cette fille qui était apparu. Le satin de sa peau sous ses doigts, sous ses lèvres, sa chaleur dans ses bras. Une fille qu’il ne connaissait pas mais qui avait partagé quelques heures avec lui dans le creux de la nuit. Comme avant. Une fille qui lui avait lancé quelques mots avant de le quitter quand elle s’était rhabillée, des mots qui l’avaient immédiatement dégrisé. L’euphorie de l’alcool s’était évaporée, tout comme l’insolente audace née de sa colère. N’était restée que la culpabilité.

Cette culpabilité l’avait poursuivi tout le jour, subtile torture qu’il n’avait jamais vraiment expérimenté jusque là. L’adultère, ce n’était pas quelque chose qu’il aurait pensé tester un jour, vu qu’il n’était pas censé être marié … Et qu’en principe, il aurait du être suffisamment amoureux de la femme qu’il avait épousé pour ne jamais aller voir ailleurs. Il avait des principes, même quand il était encore dans son époque. Quand il était engagé, il était fidèle, fin de l’histoire. Mais il avait bafoué son plus grand engagement … Il avait eu la tête ailleurs toute la journée, ressassant cette nuit où il avait franchi la ligne interdite. Quand il eut terminé son travail, il se garda bien de rentrer chez lui, et il se dirigea droit vers le fameux bar où tout avait dégénéré. Il s’installa dans un coin en attendant de voir réapparaître la fille de la veille. S’il se souvenait avec trop de précisions de ce qu’ils avaient fait, il ne se souvenait plus vraiment de la façon dont ils s’étaient abordés. Est-ce qu’elle bossait ici ? Est-ce que c’était elle qui était venue la première ? Aucune idée. Il se souvenait de son nom par contre, c’était déjà une bonne chose. Il patienta un long moment, sans être certain qu’elle reviendrait, sans être certain non plus de ce qu’il ferait si elle revenait … Ni même si elle ne revenait pas. Il ne savait plus que faire de manière générale, il était complètement perdu. A tel point qu’il la loupa quand elle réapparut, et qu’il allait partir quand il l’avisa, assise près du bar. « Hey. Salut. » Il s’assit à côté d’elle, l’abordant avec un malaise évident. Il n’avait pas réfléchi à ce qu’il lui dirait avant de la voir, et maintenant … Il fallait se lancer. Dire quelque chose, n’importe quoi. « Je peux te payer quelque chose à boire ? » Il fallait bien commencer quelque part, mais ça semblait être une mauvaise idée de s’engager sur cette voie, alors il continua, touchant le vif du sujet immédiatement : « Pour hier soir … Ca reste entre nous, hein ? » Elle n’avait pas l’air du genre à le crier sur tous les toits, surtout avec ce qu’elle lui avait dit en partant … Mais il fallait qu’il le précise, malgré tout. Mettre les choses au clair, dès le début.

_________________

TURN THE HANDS OF TIME

Tell me why am I still here when it’s all gone ? I’m living with the ghost of yesterday. Tell me why am I still trying to hold on ? I’ve got to tear it down to let it go, I’m too tired to keep on trying but I’m spellbound ‘til the end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: Re: headed for disaster (judeus & silas)   Jeu 18 Mai 2017 - 15:53


do like i told you, stay away from me
- silas barnes & judeus alleyne -

S’il y avait une chose dans la vie qui n’était pour Judeus qu’anecdotique, c’était assouvir ce que beaucoup considérait comme quelque chose de normal voire d’obligatoire, le sexe. Pour elle, ça n’était qu’une potentielle distraction pouvant créer des problèmes et elle ne se laissait aller à l’expérience que lorsqu’elle en ressentait le besoin. C’était un moment où elle laissait tomber un peu les barrières et où elle profitait du moment présent pour oublier provisoirement le reste. Pour autant, elle restait elle-même et n’était pas vraiment particulièrement plus chaleureuse bien qu’elle laissait un sourire ou deux transparaître.
La soirée ou la nuit passée, elle ne s’attardait jamais vraiment et mettait les voiles, souvent sans rien dire, parfois en forçant le trait -sans trop de difficulté- pour être sûre de ne jamais revoir cette personne. Jude n’avait décidément pas besoin que quelqu’un tente de faire son chemin dans sa vie. Certaines personnes avaient réussi et ça n’était pas particulièrement pour lui plaire même si elle faisait avec. Elle avait quand même fini par comprendre qu’on ne pouvait pas toujours faire autrement. Ce dont elle ne voulait vraiment pas, c’était un coup d’un soir tenace. Généralement, elle oubliait jusqu’à leur prénom tout à fait volontairement. Ça n’importait pas. Jamais. Et elle avait déjà presque relégué Silas aux oubliettes. Si elle lui avait parlé en partant après la nuit qu’ils avaient passé ensemble, c’était uniquement parce qu’elle avait reconnu le regard, l’attitude... Sans réellement ressembler à ce qu’elle ressentait pour une certaine personne qu’elle se tuait à essayer d’oublier, elle reconnaissait certains signes qui ne trompaient pas et ce gars-là, il allait s’arracher les tripes à la première occasion à cause de ce qu’ils avaient fait.
Bien entendu, elle, elle s’en foutait pas mal et ne regrettait rien, elle avait eu ce qu’elle voulait. Au fond, elle s’était juste assurée -dans toute sa franchise et sa froideur habituelle- qu’il ne songerait jamais à revenir vers elle. Alors oui, Judeus lui avait dit avec le tact d’un boulet de démolition qu’il avait tout intérêt à trouver les couilles de faire quelque chose pour la personne qui le foutait dans cet état parce qu’il ne trompait personne à se saouler pour en arriver là. Peut-être que c’était un peu de considération pour le pauvre bougre, peut-être pas. Elle ne s’était pas vraiment posé la question et s’en foutait pas mal. L’ex-londonienne ne se leurrait pas, elle avait clairement un problème pour reléguer au passé ce qui concernait Grayman mais, elle bossait dessus même si le résultat était franchement loin d’être probant.

Tout ça pour dire, Jude ne pensait pas voir se repointer le gars de la veille. Si elle était là aujourd’hui, ça n’était pas du tout pour les mêmes raisons, elle avait juste envie de sortir de son appartement avant de faire une crise de claustrophobie. Elle se sentait coincée dans sa vie ici et ne pas être son propre patron et son propre propriétaire était quelque chose qu’elle avait de plus en plus de mal à encaisser et gérer. Son indépendance, elle la défendait farouchement et elle n’avait pas l’impression de liberté dont elle avait besoin. Encore moins avec la mention qui ornait désormais ses papiers d’identité. Le fait qu’on ait choisi de l’exposer contre sa volonté n’était pas pour arranger les choses.
Aussi, quand les premiers morts arrivèrent à ses oreilles, Judeus aurait pu être choquée de voir le visage de Silas. Choquée si elle n’était pas au-delà de ce genre de réaction depuis... très longtemps. Loin, très loin d’avoir assez de considération pour les gens, elle remarqua à peine qu’il était mal à l’aise et même si son incapacité à observer ne relevait pas de sa mauvaise foi habituelle et qu’elle avait jeté un œil plus concerné, elle s’en serait certainement fichue.

- « Si ça te chante. »

Pas de salutation, pas de politesse, rien. Jude n’avait rien de quelqu’un de social en dehors de ces fameux soirs et il avait grillé son ticket la veille. S’il voulait lui payer un verre, qu’il fasse, elle n’allait pas dire non. Sans alcool, c’était tout ce qu’elle demandait. L’alcool n’était pas quelque chose qu’elle appréciait, trop handicapant au niveau du contrôle qu’elle pouvait avoir sur sa vie et ses réactions.

- « Et ben t’as pas mis longtemps pour en arriver là. Au moins, ça nous fera économiser du temps. Ecoute-moi bien, j’vais pas me répéter. Ce qui est arrivé hier ça m’est égal. On a pris du bon temps, c’est tout. Le seul qui se sent mal et menacé dans cette histoire c’est toi. T’as pris mes paroles un peu trop à cœur et si j’avais su que ça te ferait revenir tout droit vers moi, j’aurais fermé ma gueule. »

Elle avait l’air d’un psy ? D’accord, elle avait été barmaid mais ça ne voulait pas dire pour autant qu’elle était douée pour écouter. Si ce stéréotype avait un fond de véracité, ce n’était certainement pas de son fait.

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

headed for disaster (judeus & silas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Type 42 Class destroyer
» Los Alfaques
» Accident ferroviaire d'Eschede(101 morts et une centaine de
» SILAS - You're unstoppable.
» can you hear my heart beating like a hammer ♦ silas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier sud :: bars-
Sauter vers: