AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Family meeting time • Edward&Annabelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Family meeting time • Edward&Annabelle   Lun 8 Mai 2017 - 19:48

Edward&Annabelle
EXORDIUM.



Un verre de plus, un verre de moins, un mot de plus un de moins, juste une autre histoire, une autre vérité. Et ça pouvait être vrai dans une réalité alternative, qui savait ? Peut-être que dans un autre monde j'étais dotée de merveilleux pouvoirs, peut-être que je savais contrôler les émotions ou faire démarrer un incendie de ma seule volonté. Et si dans celui là ce n'était pas le cas, trop peu de gens le savaient pour me le reprocher.
Mes doigts enserraient le pied du verre que je portais à mes lèvres. Un verre plein de couleurs, plein de promesses. L'alcool déliait les langues, bien qu'honnêtement la mienne n'en avait pas vraiment besoin. D'autant plus que ce soir j'avais aussi beaucoup écouté. Encerclée par une tablée entière de jeunes de la vingtaine, je distillais mes histoires imaginaires pour répondre aux leurs. Peut-être aussi que les leurs étaient fausses, pour ce que ça m'importait. Je passais un excellent moment à cette tablée de cinq personnes que je venais de rencontrer, c'était tout ce qui importait. J'aimais m'enfuir de chez moi (ou de tout ce que je considérais comme chez moi) pour venir retrouver l'agitation, les cris, la musique qui semblaient ne jamais avoir ni commencement ni fin. Jamais de longs moments de silence, le temps passait à une vitesse folle sans sembler vouloir s'arrêter, sans laisser de marque. Il était simple dans une ambiance pareille de rencontrer des gens, de créer des liens, des liens comme je n'en avais jamais créer pendant longtemps. Je me sentais libre, sûrement plus libre que toutes les personnes ici présentes. C'était comme une oasis en plein désert alors que tout le monde ici avait toujours été habitué à l'eau potable sortant de chacun de leur robinets. On n'appréciait à sa juste valeur que ce qu'on recevait en doses contrôlées et je savais que je finirais par être habituée aussi mais pour l'instant je profitais de chaque moment, grisée plus encore par l'alcool qui coulait à grands flots dans mes veines.
Soudain, je sentais la chaleur monter plus rapidement encore que d'habitude. Ma tête entière semblait être prise entre deux radiateurs survitaminés.   ‹‹ Je reviens. ›› Dans un grand sourire à mes nouveaux amis. Avant de me glisser sur le banc pour me diriger vers la sortie. Mes pas étaient un peu tangents et le sourire ravi que je portais ne semblait pas vouloir quitter mes lèvres. En chemin je croisai une jeune fille sur laquelle je me rattrapai de justesse en accrochant mes deux mains à son bras dans un rire incontrôlé. Elle m'envoya une insulte - ou plusieurs - ainsi qu'un regard tueur qui me fit sourire plus encore avant que je ne rejoigne l'entrée.
Au moment même où j'allais poser ma main sur la poignet, la porte s'ouvrit devant moi. Mes yeux remontèrent avec leur air heureux de la poignet jusqu'aux yeux de la personne qui venait de se présenter à moi. Et j'allais me faufiler entre lui et le montant en riant parce que puisque c'était un homme, il me laisserait passer, quand je reconnu ces traits. Toute expression de joie disparu instantanément de mon visage pour laisser place à une surprise que je ne tentais même pas de dissimuler. La température de mon corps semblait avoir baissé comme si on m'avait jeté une bassine d'eau froide tandis que mes yeux détaillaient sans aucune gêne (merci M. Alcool) le visage en face de moi. ‹‹ Edward. ››


Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 155
SUR TH DEPUIS : 21/04/2017
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Jeu 18 Mai 2017 - 19:28


before i let you decide, you have to know that i lied
- annabelle lockton & edward atkins -

Edward -si certains avaient l’impression qu’il passait sa vie dans les bars- était de sortie ce soir mais, pour une chose très différente de d’habitude. L’ex-escort nourrissait ce qui deviendrait probablement une addiction et une seule, les antidouleurs mais, certainement pas l’alcool. En réalité, depuis qu’il était à Radcliff, ses visites dans les bars n’étaient pas aussi fréquentes que ce qu’il pouvait faire avant que sa vie ne bascule. Depuis que Theo avait réussi à lui faire retrouver un certain équilibre, il peignait désormais plus, lisait également et avait quelques travaux légaux pour les moments ennuyeux. Le tout avec Edward, c’était qu’il ne fallait pas qu’il s’ennuie. Jamais. Si le réformé Lockton s’ennuyait, il valait mieux faire profil bas, ça ne finissait jamais très bien pour personne, pas même pour lui. Il s’occupait donc de façons diverses et variées et picoler dans les bars n’était pas une occupation en soi. Loin de là.
S’il était donc en train de faire son chemin vers un des bars de Radcliff, c’était pour mettre la main sur quelqu’un qui lui devait de l’argent pour un travail fourni, ou plutôt, le reste de l’argent. Certes, il ne manquait pas de liquidité -très loin de là- mais, laisser passer une fois, c’était aller droit vers un désastre dans ses affaires et ça ne risquait pas d’arriver. En bref, c’était une question de crédibilité, pas de fin de mois à boucler et ça pouvait en dégoûter plus d’un. C’était peut-être d’ailleurs ce que s’était dit ce client... que ce bon vieux Eddie pouvait attendre avant d’être payé, voire pas payé du tout. Jusqu’à maintenant, il devait reconnaître que personne n’avait essayé de la lui faire à l’envers.

Il en était à son quatrième bar de la soirée sans avoir bu un seul verre quand il arriva finalement dans le quartier sud, clope au bec, comme toujours. Fumer dans des lieux publics était peut-être largement interdit mais ça n’empêchait pas ce brave Eddie de n’en faire qu’à sa tête. Honnêtement, est-ce qu’il avait la tête de quelqu’un à s’en faire pour une amende pour mauvaise conduite ? Non.

L’élan de l’habitude malgré tout bien présent, il ouvrit la porte et repéra quelques visages connus, appréciés ou non. Après tout, il ne fallait pas apprécier quelqu’un pour boire, il fallait juste savoir manier les mots et tenir bon, le tout, avec une dose de dérision et de sarcasme. Jusqu’à ce qu’on se lasse... et c’était arrivé une ou deux fois -plus s’il fallait vraiment être honnête- à Edward. L’élan de l’habitude en revanche ne l’avait pas préparé à être près de percuter une adolescente plus blonde qu’il ne le serait jamais. Ses racines avaient elle-même des racines, ce qui lui fit penser qu’il était peut-être temps de se décider à revenir à sa couleur d’origine ou à réattaquer ses cheveux à grand coup de teinture. Il y penserait demain.
Prêt à la laisser passer, il se ravisa quand les traits se mirent à raviver des souvenirs qu’il avait soigneusement pris le soin d’enfouir. Edward pouvait bien faire ce qu’il voulait concernant son nom de famille, ses traits restaient un parfait mélange de ceux de ses parents et l’ado en face de lui l’était aussi. Dans son ancien métier, il était déconseillé d’oublier un visage et même s’il n’avait vu Lily que de rares fois, elle était le rejeton bien aimé de leurs géniteurs.

- « Lily... »

Un murmure quasi scandalisé. Que fichait sa sœur dans ce trou paumé des États-Unis alors qu’elle n’était même pas encore majeure sous tous les plans ? Sans jeter un regard à qui que ce soit et oubliant ce qui l’avait mené là, il entraîna sa mioche de sœur à l’extérieur. Il se fichait qu’elle picole à dix-huit, en tout honnêteté, il avait fait bien pire mais, ce qu’il voulait vraiment savoir, c’est ce qu’elle foutait là.

- « Qu’est-ce que tu fiches à Radcliff ? »

Tout ce qu’il espérait à présent, c’était qu’il n’ait pas à faire face au père Lockton ou il risquait de commettre effectivement un meurtre. Extrémité à laquelle il n’était pas arrivée jusque là et il n’avait vraiment pas envie d’y arriver pour cet homme. C’était gâcher du temps et de l’énergie. Le seul pour qui il en serait arrivé là était déjà mort. Ce qu’il regrettait... quelque part.

_________________
I don't care if your world is ending today. Because I wasn't invited to it anyway. You said I tasted famous, so I drew you a heart but now I'm not an artist, I'm a fucking work of art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Lun 22 Mai 2017 - 20:19




Edward&Annabelle
EXORDIUM.


Etait-ce l'alcool ? Ou une autre substance que j'aurais ingéré par inadvertance (ou non) ? Peut-être la fatigue, les souvenirs, un moment de faiblesse passagère et de nostalgie. Quoi qu'il en soit, je n'arrivais pas à me faire à l'idée qu'il était là, juste devant moi. Mon frère, celui que j'avais de si nombreuses fois cherché et de si nombreuses fois fuis. Celui dont le regard m'importait autant qu'il me répugnait. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas pu le dévisager de si près. En réalité, peut-être était-ce même la première fois que je le dévisageais si longtemps en vrai. Mais enfant, j'avais eu de longues heures pour l'observer, pour voir ce visage figé et bougon collé dans un album que maman cachait près de ses robes, derrière les boites à chaussures pour que papa ne le trouve jamais. Impossible alors de me tromper sur ses traits, quand bien même ils n'auraient pas autant ressemblés aux miens et à ceux de nos parents. Plus qu'une question de physionomie, c'étaient des expressions que je reconnaissais. J'avais envie de fuir.

« Lily... »

‹‹ Annabelle. ››

Quasiment du tac au tac, douloureusement réveillée du mauvais pied par la prononciation de mon vrai prénom. Je n'étais plus Lily depuis longtemps, je ne l'avais jamais été et ne l'avais accepté que lorsque ma mère le prononçait de cette manière douce et protectrice dont elle seule était capable. Quant à mon père, lorsqu'il m'appelait ainsi, je faisais semblant de ne rien entendre, ce qui avait pour effet de le mettre dans une colère noire dont j'entendais encore les éclats de voix résonner contre les hauts plafonds de la maison.
Soudain, je fus tirée en avant hors de mes pensées et de ma zone de confort, écartée de l'entrée du bar pour rejoindre plus que rapidement l'air frais de l'extérieur dans un petit cri de mécontentement.

« Qu’est-ce que tu fiches à Radcliff ? »

J'étais venu le voir, rencontrer ce frère qu'on m'avait à demi caché, qu'on avait dénigré, trainé dans la boue et qu'on m'avait interdit de voir. Un frère qu'on avait essayé de faire disparaître de ma vie. Je venais réparer les dommages, rattraper le temps perdu et par dessus tout, mettre notre père dans la pire des colères qu'il soit.

‹‹ Qu'est-ce que ça peut te foutre ? ››

Un ton supérieur et un air effarouché alors que je m'étais dégagée de son emprise et que je croisai maintenant fermement mes bras sur ma poitrine.

‹‹ Tu veux en profiter pour me faire la moral ou faire passer un message à maman et papa ? Je t'en prie, ne te retiens pas surtout. ››

Comme si j'étais encore en contact avec eux, comme s'ils pouvaient être dans les parages ou que je pouvais avoir seulement envie de les voir ou de seulement les entendre. C'était faux bien sûr, entièrement faux mais aussi seulement suggéré pour l'instant. Mais après tout qu'est-ce qui me retiendrait de ne pas dire la vérité au blond qui me faisait face. Après tout nous n'étions que des inconnus, seulement liés par le sang et par quelques coups d’œils curieux lancés au dessus de banquets trop pompeux. Ce n'étais pas comme si nous pouvions être rapprochés par des souvenirs ou des sentiments, nous n'en avions simplement aucun en commun.



Dernière édition par Annabelle Lockton le Dim 28 Mai 2017 - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 155
SUR TH DEPUIS : 21/04/2017
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Sam 27 Mai 2017 - 20:00


before i let you decide, you have to know that i lied
- annabelle lockton & edward atkins -

Radcliff était à onze heures d’avion de Londres, un océan et il ne savait combien de kilomètres de terre séparaient les deux villes et Edward se retrouvait en face de sa petite sœur sortie d’un bar du quartier sud du bled susmentionné. Les Lockton avaient-ils la faculté d’attirer l’improbable ou bien était-ce juste lui ? Sur ce coup-là, Eddie refusait de s’en remettre au hasard. Il n’était pas un pro des statistiques mais, il était à peu près certain qu’il n’y avait que très peu de chance qu’elle soit arrivée en ville par hasard. Ce fait ne lui laissait que peu d’option et il y en avait une en particulier qu’il refusait tout bonnement d’envisager. Cette option, c’était la présence de ses géniteurs. S’ils étaient là, il comptait bien rentrer en trombe à l’appartement, expliquer à Theodora la situation et la convaincre de partir de là le plus rapidement possible. Est-ce que ça ressemblait à de la fuite ? Sans aucun doute. Est-ce que ça lui importait ? Pas le moins du monde. Adam Lockton lui avait pourri son enfance avant de lui gâcher une vie qui lui convenait très bien, le tout en l’enfermant dans l’institution psychiatrique la plus discrète et cotée d’Angleterre. Edward n’était certainement pas en position d’oublier une chose pareille et encore moins de la pardonner. Dans le cas présent, haine était un mot trop faible pour définir ce qu’il éprouvait à l’égard de celui qu’il avait appelé papa durant une courte période de sa vie.

- « Si tu veux. »

Annabelle... Rien que cette rectification arracha Edward à ses sombres pensées. L’homme était bien des choses mais, il avait oublié d’être bête et ses réflexions pouvaient se faire très rapidement quand il avait les bonnes cartes en main. Ces cartes, le réformé Lockton les avait presque toute quand il s’agissait de sa si précieuse famille. Le contrôle étant la base même du fonctionnement d’Adam et que sa sœur corrige avec une telle désinvolture -par pur réflexe- son prénom était un indicateur très intéressant. Elle refusait le prénom qui était le sien pour utiliser l’autre. Une forme de rébellion qui pouvait sembler anodine pour n’importe qui mais qui ne l’était pas dans cette famille. Cette constatation n’empêcha pas pour autant Edward de tirer sa sœur hors du bar. Il se fichait pas mal du fait qu’elle buvait. Il se voyait franchement mal jouer la police alors qu’il avait fait infiniment pire. Ce qu’il voulait, c’était des réponses.
La réponse lui vint même si elle aurait très probablement déplu à plus d’une personne. La petite avait l’air hargneuse quand elle parlait d’eux et ça ne voulait dire qu’une chose -qui réjouit très égoïstement Eddie-, le père Lockton avait été trop loin une fois de plus. Le tout était de savoir jusqu’où il était allé pour parvenir à se mettre à dos sa précieuse princesse.

- « Et que voudrais-tu que je leur dise Annabelle. Tu n’as jamais écouté ton père quand il te disait à quel point j’étais un fils indigne ? Je n’ai plus rien à leur dire depuis des années. C’que j’veux savoir, c’est si ces deux-là sont en ville. J’me fous pas mal du reste tant qu’ils ne sont pas là. Cela dit, j’veux quand même bien savoir c’que tu fous là. Un vol depuis Londres coûte une certaine somme et si moi je la trouve dérisoire, à moins que t’aies piqué dans le portefeuille de tes géniteurs, j’suis curieux de savoir comment tu l’as payé. »

Il attendait presque qu’elle lui réponde que c’était effectivement ce qu’elle avait fait. En réalité, chaque vengeance était bonne à prendre et la présence d’Annabelle à Radcliff commençait à y ressembler de plus en plus. Cependant, il ne perdait pas de vue que même si elle avait délester les Lockton d’une partie de leur argent -ce qui resterait risible en tout les cas-, il se demandait comment elle avait réussi à prendre l’avion pour arriver ici -si le trajet avait été direct- sans être ennuyée. Après tout, à dix-huit, l’Angleterre ne considérait pas ses citoyens totalement majeurs et un bon nombre de portes leur étaient fermées avant qu’ils n’atteignent les vingt-et-un tant attendu par la plupart d’entre eux pour mettre les pieds dans un bar.

_________________
I don't care if your world is ending today. Because I wasn't invited to it anyway. You said I tasted famous, so I drew you a heart but now I'm not an artist, I'm a fucking work of art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Dim 28 Mai 2017 - 18:59




Edward&Annabelle
EXORDIUM.


Que savais-je réellement de ce grand frère ? Qu'est-ce que j'avais seulement cherché à savoir ? Pas grand chose, il n'avait jamais vraiment appartenu à ma vie. Il m'était égal. Je n'avais pas besoin de lui, donc il m'était égal. Confortablement cachée derrière les mensonges de mon père – notre père – je n'avais pas voulu savoir ce qui lui était arrivé, où il était et s'il allait bien. Qu'est-ce qui avait vraiment changé aujourd'hui ? Ce n'était pas comme si en arrivant à Radcliff je m'étais présentée devant chez lui. Non je l'avais ignoré, encore une fois par peur. Peur du rejet, peur de la déception. Peur aussi de voir en lui le père que j'avais fuis.

« Si tu veux. »

Qu'il répondait avec ce que je prenais pour une puissante désinvolture. Comme s'il se foutait de ça, comme s'il ne me prenait pas au sérieux à ce sujet.

‹‹ Oui, j'insiste. ››

Prononcé avec défiance et vigueur pour lui signifier l'importance de ma position là dessus. Rageuse petite créature que j'étais, pleine de rancoeurs et de frustrations. Je n'aurais définitivement pas supporté qu'il prononce mon prénom de naissance une seconde fois.
Mais sa seconde réplique - quand bien même il avait prononcé Annabelle avec un air qui ne me plaisait pas – me confirma que celui qui tenait officiellement le rôle de mon frère avait bien compris ce que je lui avait dit. Bien.

« Et que voudrais-tu que je leur dise Annabelle. Tu n’as jamais écouté ton père quand il te disait à quel point j’étais un fils indigne ? Je n’ai plus rien à leur dire depuis des années. C’que j’veux savoir, c’est si ces deux-là sont en ville. J’me fous pas mal du reste tant qu’ils ne sont pas là. Cela dit, j’veux quand même bien savoir c’que tu fous là. Un vol depuis Londres coûte une certaine somme et si moi je la trouve dérisoire, à moins que t’aies piqué dans le portefeuille de tes géniteurs, j’suis curieux de savoir comment tu l’as payé. »

Au fur et à mesure de ses paroles, le ton de sa voix ne faisait que m'agacer davantage. Son attitude aussi et son visage... Et sa voix en elle-même d'ailleurs... Trop de choses en fait qui me rappelaient quelqu'un sans que je cherche à vraiment me rappeler qui. Quoi qu'il en soit, le planter là avec toutes ses questions existentielles aurait été un plaisir si l'idée de le faire tourner en bourrique n'avait pas été diablement plus tentante.
Mes yeux se firent soudain plus fuyants, comme assaillie par une peur soudaine, une inquiétude incontrôlable.

‹‹ Si... S'ils étaient là tu n'irais pas leur dire où tu m'as trouvée n'est-ce pas ? ››

Un regard interrogateur se releva pour sonder les yeux sombres d'Edward. J'imaginais mon grand frère me porter à bout de bras pour aller me livrer à ce dragon qu'était notre père... Dans l'état dans lequel je me trouvais, il n'était pas difficile d'affirmer que je n'en ressortirais pas indemne.

‹‹ Nous sommes venus te ramener à la maison Edward. Je... ››

Regard fuyant à nouveau, comme si j'avais peur d'en dire trop et que je cherchais mes mots pour pas que mon grand frère chéri ne me glisse entre les doigts, sans pour autant perdre de cet air supérieur avec mes bras toujours croisés sur les bras en ce signe de rébellion. J'étais une Lockton et je détestais qu'on me fasse plier.

‹‹ Je ne voulais pas venir mais Papa a pensé que ce serait plus facile de t'emmener avec eux si j'étais là moi aussi... ››

Un joli tissu de mensonge dans lequel j'aurais pu m'habiller tellement il était finement tissé. Des mots qui sortaient de mes lèvres aussi naturellement que le faisait la vérité... Peut-être plus encore, vu la force avec laquelle j'abhorrais la réalité et considérant les efforts que je faisais pour la dissimuler toujours plus.

‹‹ Je sais l'idée est vouée à l'échec, je ne vois pas comment je pourrais te convaincre de quoi que ce soit, je ne te connais même pas. ››

Aucun air de regret sur mon visage. Je ne voulais pas lui signifier que je voulais le connaître, au contraire, c'était une constatation et non une invitation. Ce n'était pas comme si j'avais parcouru des kilomètres toute seule pour la première fois pour le rencontrer !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 155
SUR TH DEPUIS : 21/04/2017
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Lun 12 Juin 2017 - 18:41


before i let you decide, you have to know that i lied
- annabelle lockton & edward atkins -

La famille... À son humble avis, les gens en faisaient largement trop à ce sujet. Si on la choisissait à la limite. Comme ils s’étaient choisis avec Theo. Ce qu’Edward avait avec ses géniteurs en revanche, il était clairement incapable de visualiser ce que ça avait de bien. Tout ce qu’il avait expérimenté avec papa et maman Lockton, c’était des emmerdes et pire encore. Pas de quoi en faire un plat mais, bel et bien de quoi retenir certaines leçons. En résumé, le mot famille n’avait pas vraiment un impact réel sur sa personne ou du moins, c’était loin d’être positif. Sœur ou pas sœur, il n’allait pas tomber bêtement dans le panneau de la joie des retrouvailles et pour être franc, il ne connaissait pas vraiment Annabelle. Pas du tout même. Il n’avait rien fait pour en apprendre plus sur elle. C’était juste plus facile comme ça. Lâche ? Possiblement. Egoïste ? Sans aucun doute.
Annabelle pouvait bien insister pour être Annabelle et pas Lily, ça lui passait simplement par dessus la tête. Elle aurait pu se faire appeler autrement qu’il n’en n’aurait rien eu à cirer. Un nom n’était qu’une succession de lettres. Cela dit, il appréciait assez le sien pour le garder. Il n’y avait peut-être que le fait qu’il partage son patronyme avec une tique boule à facettes qui aurait pu l’ennuyer un chouïa... si seulement il en savait assez sur la littérature malsaine pour adolescente.

Un flot de paroles maîtrisé plus tard, Edward attendait patiemment ses réponses. Du moins aussi patiemment que possible quand il était question d’Adam Lockton. Deux noms avaient le don de lui hérisser le poil à ce point et ça n’avait rien d’un honneur puisque le deuxième nom sur sa liste -à ex-æquo avec Adam- était celui de James Brook. L’un des deux était mort -il aurait adoré lui faire la peau en personne, c’était dire- et il aurait bien fait suivre l’autre s’il avait pu. Il savait en tout cas que Theo avait été proche d’envisager de se charger de son géniteur. Mais après tout, chacun sa Némésis et chacun son petit meurtre. Il y viendrait peut-être. Plus tard.
Tout ça pour dire qu’il aurait pu tomber dans le panneau si elle n’avait pas commencé sa phrase par un si. Certes, l’espace d’un court instant, un tic nerveux avait fait tressauter le coin droit de sa lèvre mais, ça c’était arrêté là. La petite teigne partageait son sang, pas de doute là-dessus. Si ce si n’avait pas eu un tel impact dans sa réflexion, il aurait pu gober l’hameçon et la ligne avec. Malheureusement pour elle, Eddie avait une longueur d’avance en termes de manipulation. Il en avait vécu. Il savait reconnaître les pièges et les utiliser. Désormais, il choisissait simplement de faire un pas de côté et de s’en désintéresser. Il était quand même possible d’en douter à la vue du sourire presque dément qu’il arborait à présent sur le visage. Légèrement inquiétant et résolument moqueur. Vraiment très amusant de voir un mini lui au féminin élevé par le plus abjecte des cancrelats à l’œuvre.

C’était dur à croire mais, il passait réellement un bon moment.

- « Tss, tss, tss... Il faut revoir tes mensonges Anna. J’aurais presque pu tomber dans le panneau si je n’étais pas moi, si je n’avais pas été escort boy pour vivre et si je n’avais pas moi aussi été élevé par Adam. Tu fais du bon travail mais, il faut revoir tes choix de mots et surtout ne pas essayer de la faire à l’envers sur l’aspect personnel de la vie de quelqu’un quand tu n’en sais pas assez. »

Une petite leçon ? Oh. Pourquoi pas après tout. Avant de commencer, il sortit une nouvelle cigarette -l’autre étant depuis un moment sur le trottoir à consumer péniblement ses restes de tabac-, la martela un peu sur son paquet avant de l’allumer avec son zippo.

- « Non, vraiment, ça aurait pu marcher si seulement Adam n’avait pas une sacro sainte peur de me voir revenir dans sa vie. S’il y a une seule chose qu’il a jamais prise au sérieux venant de ma part, c’est la menace de mort que je lui ai verbalement adressée face à face avant de partir du vieux continent. J’ai un historique psychiatrique et je compte bien m’en servir. » Autant que l’expérience ait une utilité après tout. « Sa réputation, peut-être même lui, ne se relèverait pas d’une réapparition du fils Lockton à Londres. Ensuite... » Il tira sur sa cigarette en toute désinvolture. « Il faudrait encore que papa, comme tu l’appelles, estime que je ne sois pas un égoïste. Hors, et j’ai le regret de te l’annoncer, lui et moi avons l’égoïsme en commun. Je ne te connais pas et tout ce que je suis certain d’éprouver pour le moment te concernant, c’est de la pitié. De la pitié d’avoir été élevée par ce type. Cela dit, je dois dire que j’apprécie ta tentative de me mettre en boîte. Ajoutons donc à la pitié, un respect provisoire. »

Non, Edward n’avait rien d’un frère modèle et il n’était certainement pas très aimable sur ce coup-là mais, il n’y avait rien à attendre de plus de sa part quand les Lockton étaient dans la balance. Clairement, il n’était pas du tout le frère de l’année.

- « Pour le reste, je réserve mon jugement. J’en conclus donc que les géniteurs sont à Londres et que tu te promènes dans Radcliff en touriste en tant que mineur. Mêmes questions que précédement et essaie d’être convainquante, j’ai toute la nuit pour jouer à ça et plus encore. »

_________________
I don't care if your world is ending today. Because I wasn't invited to it anyway. You said I tasted famous, so I drew you a heart but now I'm not an artist, I'm a fucking work of art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   Dim 9 Juil 2017 - 16:05




Edward&Annabelle
EXORDIUM.


Un sourire sur son visage, un miroir de ma propre supériorité affichée et je tombais déjà des nues alors que mon frère affichait clairement que mon mensonge à peine prononcé avait déjà été démenti.
Quant aux mots qui suivirent, ils ne firent que confirmer ce que je savais déjà : Edward ne m'avait pas cru.
Un air de profonde déception du s'imprimer sur mes traits. De la déception et peut-être un peu de surprise aussi d'avoir été démasquée à cette vitesse quasi incroyable. Mais après tout certainement le mensonge coulait-il à ce point à flots dans notre sang qu'il devinait plus facile de reconnaître celui des autres...
Je resserrai encore mes doigts autour de mes bras d'un être affecté tout en me disant distraitement que s'il était resté à la maison il aurait peut-être pu m'apprendre à mentir plus efficacement. Alors je notai mon reproche dans un coin de ma mémoire pour la ressortir plus tard, à une occasion que j'aurais sûrement, ou bien que je provoquerais si nécessaire.
Ceci dit, si ma petite comédie n'avait pas aidé à effrayer mon cadet, elle me permit néanmoins d'en apprendre plus sur son point de vue de la relation qu'il entretenait avec notre père. Sa peur de son propre fils, le patriarche ne l'avait évidemment jamais abordée. Il préférait tout traduire par une rage permanente, un dédain profond et un rejet marqué de cet enfant indigne. Ainsi donc Edward avait un jour menacé notre père de mort. Une idée qui m'avait évidemment moi-même traversé l'esprit à plusieurs reprises mais que je n'aurais jamais mit à exécution. Ce n'était qu'une pensée expiatrice qui me permettait, en imaginant mon monde débarrassé de ce parasite paternel, de calmer un peu mes nerfs à vifs.
Quant à cette histoire de psychiatrie, je n'en avais entendu parler qu'à des rares moments et dans une curiosité quelque peu attisée par une sensation de danger, je souhaitais questionner mon frère d'avantage à ce sujet.

La remarque d'Edward me concernant attisa plus encore l'animosité que j'entretenais pour lui.

‹‹Ta pitié je n'en veux pas, tu peux te la garder. ››

Son respect aussi il pouvait se le mettre là où je le pensais, mais ça, je n'en dit rien.

‹‹Alors c'est vrai tout ce que papa a dit sur toi. La prostitution, la clope et tes cases en moins aussi ? ››

Comme si je n'avais retenu que ça dans son discours. Mais c'était aussi pour ça que j'avais traversé seule l’Atlantique, pour infirmer ou confirmer cette vision tangente que j'avais sur celui qui partageait le même sang.
Derrière nous, un peu plus loin, la fête battait toujours son plein et l'alcool s'était fait moins virulent dans mon corps, bien que je sentais que mon visage en portait toujours quelque peu les couleurs vives, malgré le fait que mon esprit lui était plus clair qu'avant, ravivé par la fraicheur du soir et la teneur de la situation qui m'importait plus que ne le laissait paraître mon attitude désinvolte.

Pas décidée à lui exposer toute ma vérité et pourtant persuadée qu'Edward disait la vérité concernant sa persévérance, je lâchai après un lourd soupire :

‹‹ T'as qu'à te dire que je suis partie faire un tour du monde et que pour commencer j'ai voulu voir si mon abominable frère était bien comme on me l'avait décrit. Mais j'imagine que maintenant que c'est tout vu, je vais pouvoir continuer mon chemin ! ››


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Family meeting time • Edward&Annabelle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Family meeting time • Edward&Annabelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» Paris, 1er mai, des militants du PS agressent des familles revenant du meeting de Marine Le Pen
» Meeting Tuning
» Grand meeting aérien à Châteauroux-Déols le 17 mai
» Edward “Babe” Heffron
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier sud :: bars-
Sauter vers: