AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you get what you get (mikael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: you get what you get (mikael)   Lun 29 Mai 2017 - 9:46


you get what you get
- mikael hartman & judeus alleyne -

Une question de temps, ça n'avait été qu'une simple question de temps. En son âme et conscience, Judeus avait su qu'elle ne pouvait pas éviter les parasites locaux indéfiniment. L'absence de rencontres avec des hunters n'était due qu'à la chance et au fond, il avait été presque temps que ça arrive. Ça justifiait au moins une partie de sa paranoïa depuis le dépistage. Non pas qu'elle se sentait idiote d'avoir appréhendé l'éventualité, elle savait que c'était son instinct qui parlait et rien d'autre. Ne pas envisager le scénario, c'était courir un risque, sous-estimer la menace et de fait, mettre sa vie en jeu. La roulette russe n'était pas particulièrement une chose qu'elle voulait expérimenter et c'est ce qu'elle aurait fait si elle n'avait pas pris en compte cette possibilité.
Le pire était peut-être qu'elle n'avait même pas été surprise quand c'était arrivé. Pas forcément des chasseurs, ceux qui l'avaient prise à parti étaient en tout cas un sacré paquet d'intolérants. Elle se fichait pas mal de connaître leur opinion mais, ils l'avaient donnée quand même, Rien de surprenant jusque là puisque la plupart des gens ne se privait pas de le faire même si elle n'en avait strictement rien à foutre. Là où ça devenait gênant, c'était que le point de départ restait flou. Jude ne savait pas comment ces hommes avaient su pour elle mais ils avaient su. Est-ce qu'ils avaient trouvé le moyen de fouiller ses poches ? Est-ce que quelqu'un au Burning l'avait fait et avait balancé l'info ? Elle n'en savait rien et c'était bien ça le plus gros problème. Un problème qu'il lui faudrait résoudre plus tard car elle savait pertinemment qu'elle n'avait pas pu être surprise en train d'utiliser sa mutation. S'il y avait bien une chose que Judeus n'était pas, c'était stupide. Quoi qu'il en soit, cette désagréable rencontre s'était soldée avec les deux types envoyé au tapis et elle ne s'était pas privée pour les amocher histoire de leur faire passer l'envie de venir la chercher à nouveau. S'il était clair qu'elle aurait préféré les tuer, il était aussi clair qu'elle préférait éviter de laisser deux cadavres même si elle savait d'avance qu'elle risquait de regretter très amèrement cette décision. Toujours est-il qu'on ne peut pas se permettre de laisser des cadavres quand on a soi-même fini avec un bras cassé et probablement quelques côtes fêlées. Passer par la case urgence était forcément nécessaire ce qui la mettait d'une humeur de chien, d'autant que la bagarre n'avait que quelques heures. En bref, elle n'avait toujours pas décolérer même si elle devait reconnaître que démolir ces deux-là lui avait fait le plus grand bien.
Pour autant, les urgences n'étaient pas du tout le genre de lieu qu'elle appréciait, surtout pas dans une ville comme Radcliff. Elle n'aurait jamais cru que son ancienne vie lui manquerait à ce point même si elle était plus qu'énervée que ladite vie ne soit partie en fumée. Les urgences étaient synonyme d'attente, de gens malades ou blessés qui avaient très envie de sociabiliser pendant qu'ils attendaient leur tour et elle n'était vraiment pas disposée à feindre quelques bons sentiments que ce soit d'autant que la douleur commençait à l'indisposer plus qu'un peu. La londonienne savait qu'elle aurait dû se rendre à l'hôpital plus tôt mais, il n'y avait pas plus têtu qu'elle sur tous les sujets, y compris sa santé. Elle surestimait parfois un peu trop sa résistance mais, à sa décharge, une partie de l'attente relevait de la responsabilité des urgences qui semblaient prendre leur temps pour s'occuper de son cas.

Depuis maintenant un bonne demi-heure, Jude attendait le médecin en faisant les cent pas pour oublier la douleur. Bornée qu'elle était, elle avait refusé toute médication qui pouvait la mettre un tant soit peu dans les vapes. Évidemment, elle tournait en rond comme un lion en cage au point de sortir de la pièce pour faire lesdits cent pas dans le couloir. La douleur combinée à l'agacement et à la colère, elle eut à peine le temps de sentir sa mutation se déclencher, obscurcissant d'un coup d'un seul le couloir avant qu'elle ne se reprenne et qu'elle ne subisse finalement que ce maudit changement de vision qu'elle ne contrôlait pas le moins du monde. Autant dire qu'elle aurait préféré ne pas être capable de voir les ultraviolet dans l'immédiat, surtout dans un hôpital. Elle serra son poing valide au point d'en faire craquer ses phalanges et serra les dents, crispée à l'extrême. Il fallait qu'elle reprenne le contrôle. Maintenant.

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 2862
SUR TH DEPUIS : 08/05/2014
MessageSujet: Re: you get what you get (mikael)   Mer 31 Mai 2017 - 11:08


you get what you get
Judeus & Mikael




L’hôpital… Je m’y étais  réveillé il y a environ une semaine, avec des broches de partout, des fils dans tous les sens, des tuyaux dans la bouche, un bipbipbip plus qu’agaçant qui résonnait en permanence, mais je n’avais pas le choix. C’était ça ou mourir. Tel Jean Jaurès, j’avais été capturé et torturé, mais je n’avais jamais rien lâché. Enfin tant que je ne finis pas comme lui, ça me va ! Mais pour ça il fallait survivre, et donc supporter la douleur des outils plantés dans ma chair et mes os, les examens médicaux plus que chiants, la rééducation, les connards d’infirmiers… Bref, plus jamais je ne baisse ma garde. Au bout d’une semaine ils m’ont mis dans un fauteuil roulant, je ne sais pas si c’était vraiment la bonne chose à faire, où s’ils voulaient juste se débarrasser de moi en me laissant vadrouiller dans les couloirs et en espérant que je me jette du haut d’un escalier… J’aurais pu comprendre, je les saoulais tellement à longueur de journée qu’ils pouvaient très bien avoir l’idée de faire une petite erreur médicale regrettable sur mon cas. Ce qui aurait été un comble, ça aurait été de me mettre dans la chambre 666 … Mais bon, 247 ça fera l’affaire.

Depuis que j’avais mon fauteuil, je n’étais quasiment plus jamais dans ma chambre, j’avais besoin de bouger, une semaine couché, ce n’était pas possible. Je me baladais dans les couloirs à fuir les infirmières et leurs traitements… Mon corps peut très bien se débrouiller tout seul, les cellules sont censées se reformer non ? Alors foutez moi la paix je n’ai pas besoin de cachets. Le seul truc que je ne peux pas leur sortir, c’est le fameux « j’ai connu pire » là… Non, physiquement j’ai battu un record là. Donc je continue à me balader dans les couloirs à la recherche de quelqu’un à emmerder ou d’un pied à écraser… C’est vrai que c’est dingue ça, t’es en fauteuil roulant, et les gens ne se poussent jamais pour te laisser passer, comme si le fauteuil était censé les traverser tranquillement…

D’ailleurs au détour d’un couloir, je vis une femme qui tournait comme un lion en cage, encore quelqu’un qui n’allait pas se décaler pour laisser passer un fauteuil… Je vis immédiatement qu’elle avait le bras très enflé, et qu’elle était en train de contenir une douleur certaine, typique d’un bras cassé, ça m’ait arrivé tellement de fois, de casser des bras… Ici à Radcliff, on ne se bat pas innocemment pour trois malabars volés, quand on se bat, c’est pour ses convictions, pro-hunter, ou pro-mutant… Restait à savoir à laquelle de ses catégories elle faisait partit. Mais je ne chercherai pas la bagarre, je suis pressé de sortir alors j’attendrai d’être sur patte.

« Vous attendez pour une urgence ? Soyez pas pressé, Tant que vous n’êtes pas allongés par terre en train de convulser, vous n’êtes pas une urgence pour eux. »

Moi si j’avais été pris en charge, c’est parce que j’étais inconscient et presque en plusieurs morceaux… ils m’ont dit que ma fracture du fémur était telle qu’ils ne savent même pas comment ma jambe est restée accrochée. Voilà le niveau des urgences ici.



electric bird

_________________



Nightmares...





TH Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 457
SUR TH DEPUIS : 25/02/2017
MessageSujet: Re: you get what you get (mikael)   Lun 12 Juin 2017 - 19:49


you get what you get
- mikael hartman & judeus alleyne -

Il y avait une récurrence certaine dans la vie de Judeus et elle n’était vraiment pas sûre de l’apprécier. Cette récurrence n’avait de toute façon rien pour être appréciée à sa juste valeur puisqu’elle n’avait absolument aucune valeur à ses yeux. Où qu’elle soit, il y avait toujours quelqu’un pour venir lui parler au pire moment. Son bar part en fumée ? Un bon samaritain se pointe en posant mille et une question sur sa santé au lieu d’avoir la présence d’esprit d’appeler la police et les pompiers -le seul moment où elle n’était pas contre voir une forme d’autorité se pointer. On tente de la tuer chez elle ? Sa voisine de palier hurle comme une possédée en appelant la police -certes une nécessité mais, il y avait tout de même des volumes sonores qui devraient être interdit. Une sortie au bar pour se détendre ? Elle se ramassait le seul type marié avec des remords qui avait en plus besoin d’en parler. Un bras cassé et des côtes amochées ? Un gars en fauteuil roulant au lieu d’une infirmière. Jude se demandait si au fond, il n’était pas temps de tenter une reconversion dans l’assassinat. Ou alors, la douleur amplifiait son antipathie habituelle à l’égard des gens. Ce qu’elle avait n’était pas grand-chose comparé à ce à quoi elle avait déjà dû faire face mais, ça n’en rendait pas moins l’expérience désagréable en territoire hostile, sans repère et sans aucun médicament... même si ce dernier point était de sa faute.

- « Ce qui explique le fait que tu ne sois pas mort et que tu viennes me tenir compagnie je suppose. »

Blessée peut-être mais, pas totalement incapable d’être égale à elle-même. Son ton était relativement neutre et morne bien qu’il contenait une pointe d’agacement, le tout se reflétant sur son visage avec un soupçon de crispation due à la douleur. Quant à la politesse, c’était un usage qui était généralement oublié à partir du moment où elle se sentait encore moins à sa place que d’habitude.

- « Si j’agresse l’infirmière, j’aurais peut-être gain de cause ? Ou juste n’importe qui à portée. Je ne suis pas difficile. »

Clairement plus émotionnelle que tout ce qu’elle avait pu démontrer jusqu’à présent à Radcliff. Au fond, c’était même étonnant. Elle qui avait tendance à parfois s’emporter sans prévenir, ça n’était pas encore arrivé à part quelque fois au Burning. Pour autant, ça n’avait jamais rien été de bien sérieux, juste de quoi menacer son travail. Pas quelque chose dont elle se préoccupait. Non pas qu’elle se préoccupait réellement des conséquences d’une agression que les autres qualifieraient de gratuite.

- « Une idée pour attirer l’attention l’estropié ? »

En attendant, Jude était à peine consciente que ses yeux étaient très loin de posséder leur couleur habituelle. Si elle savait parfaitement que sa mutation avait d’autres stades que celui de pouvoir obscurcir ou éclairer son environnement, elle ne s’était jamais retrouvée devant un miroir quand elle sa vision basculait en ultraviolet. Ses yeux n’étaient pas lumineux, rien d’excentrique du genre mais, ils étaient certainement plus clairs, leur marron habituel tirant sur un beige qui n’avait rien d’habituel pour des rétines humaines. C’était sans compter sur le fait qu’elle était plus ou moins incapable de fixer un point précis. Ce mode de vue était déstabilisant au mieux, dérangeant au pire bien qu’elle n’ignorait pas que cet aspect de sa mutation pourrait s’avérer utile un jour. En attendant, le spectre qu’elle visualisait lui permettait de prendre conscience de ce que cachaient les hôpitaux à coup de javel et de désinfectant. Marmonnant plus pour elle-même que pour qui que ce soit, elle ne se priva pas de commenter.

- « Et on prétendra que les hôpitaux sont propres... un germaphobe ferait une crise de panique. »

Elle ne prétendait pas que son appartement était immaculé mais il y avait de quoi rire jaune.

- « Est-ce que quelqu’un va finir par se bouger ? »

Maintenant... C’était maintenant qu’elle était la parfaite illustration d’une réaction presque imprévue. La fin avait été exprimée suffisamment fort pour être perçu comme quelque chose de potentiellement problématique. Un avertissement plus qu’autre chose. Un vestige du temps passé avec Grayman à Londres. En général, cette attitude se manifestait chez Judeus par un coup spontané bien placé mais, elle avait encore assez de réflexion pour ne pas en arriver là. Pour autant, elle envisageait réellement de s’en prendre physiquement au personnel ou -comme elle l’avait dit- à n’importe qui à portée de poing.


[HRP : J'suis désolée si c'est pas top, je tâtonne encore pas mal sur les réactions de Jude. J'espère que ça ira quand même.]

_________________
Someone to like you. Something to wear. Somebody to believe you’re with everyone everywhere. It’s a condition, and that’s my business. You’ve got suspicions, but I’ve got promise. Get some freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 2862
SUR TH DEPUIS : 08/05/2014
MessageSujet: Re: you get what you get (mikael)   Mar 1 Aoû 2017 - 15:18


you get what you get
Judeus & Mikael




La femme au bras cassé avait l’air très sanguine, et je ne dis pas ça par rapport à la poche de sang qui était sûrement en train de se former sous sa peau, mais plutôt à sa façon de tapoter du pied par terre et de soupirer nerveusement, elle était énervée, et ça se voyait. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que les infirmières ne s’approchaient pas qui sait ? Moi-même je suis arrivé ici inconscient donc je suppose que j’ai rapidement été pris en charge, mais à dire vrai, je ne sais même pas si j’ai poiroté sur un lit à roulette le long d’un mur dans le couloir pendant quelques temps en attendant qu’un chirurgien finisse son café sucré. Mais bon, à ce moment-là je faisais un gros dodo donc impossible de savoir. Les hôpitaux étaient un peu surchargés en ce moment, il arrivait sans cesse des gars blessés au détour d’une ruelle, des mecs avec une balle dans la jambe ou bien nichée dans l’omoplate… Radcliff n’était plus une ville sûre. L’a-t-elle seulement été un jour ?

« Si j’agresse l’infirmière, j’aurais peut-être gain de cause ? Ou juste n’importe qui à portée. Je ne suis pas difficile. Une idée pour attirer l’attention l’estropié ? »

Elle m’arracha un petit rire. Finalement j’allais peut-être resté là quelques temps, je commençais à connaître un peu trop par cœur les couloirs de cet hosto. Elle me rappelle un peu moi, distribuer des tartes gratuitement pour être entendu. Bonne stratégie, ça fonctionne plutôt bien, sauf si tu tapes trop fort. Ici la meilleur solution pour attirer l’attention est de faire sa chochotte, plus tu cries, plus tu déranges, et donc plus vites ils te prennent en charge pour tenter de te calmer et de ne pas alarmer tout l’hôpital, stresser tous les gens qui patientent, et réveiller tous ceux qui dorment… Si elle ne veut pas crier, je peux toujours lui rouler sur le bout des doigts de pieds, ça fait un mal de chien d’après l’infirmière d’hier soir…

« Si tu te roules par terre en hurlant que ton bras va tomber et en pleurant toutes les larmes que tu peux, ça devrait marcher. Si tu n’as pas envie, on peut toujours provoquer un accident de couloir, le fauteuil roulant vs le ficus, ou bien la grande brune vs la machine à café, ou encore la grande brune vs le fauteuil roulant… ? »

Oui j’étais d’humeur jouasse aujourd’hui, ça me paraissait marrant comme scénario, et puis qu’est-ce que je pouvais m’emmerder ici à pas pouvoir être debout… Surtout avec tout ce qui se passe dehors, quand Isolde est venue me voir, je ne m’attendais pas à toutes ses révélations, la ville va mal et il faut que je sorte rapidement. Bien sûr ce n’est pas possible tant que j’ai une poche de sang accrocher à droite de mon fauteuil et ne poche de morphine à gauche… La mort s’est pourtant donné du mal pour m’avoir, mais elle doit bien se dire une chose, elle ne m’aura pas vivant. Je suis aujourd’hui tiré d’affaire pour ce qui est de ces blessures, mais je ne me fais pas d’illusions, personne n’est tiré d’affaire tant qu’il est encore en vie. Et cette ville n’est pas du tout tirée d’affaire au vu des problèmes qu’elle a dû rencontrer.  Mais son problème actuellement, c’est que si un ou plusieurs nerfs est touché ou sectionné, et qu’elle n’est pas rapidement prise en charge, ses nerfs vont se rétractés et elle devra être transférée dans un centre spécialisée dans la micro chirurgie pour récupérés les nerfs détendus et les reconnectés… Et elle sera invalide pendant plusieurs semaines…




electric bird

_________________



Nightmares...





TH Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you get what you get (mikael)   

Revenir en haut Aller en bas
 

you get what you get (mikael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier nord :: hôpital-
Sauter vers: