AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Forgive me, I'm coming in (Pv Mika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 63
SUR TH DEPUIS : 04/08/2017
MessageSujet: Forgive me, I'm coming in (Pv Mika)   Mer 16 Aoû 2017 - 9:27


Forgive me, I'm coming in

Cette nuit avait été une très longue nuit. Je n'ai été capable de trouver le sommeil que seulement lorsque le soleil avait enfin pointé le bout de son nez à travers ma fenêtre. Mon cerveau ne voulait pas appuyer sur la touche ''off''. Je me tourmentais moi-même avec des idées et des pensées incontrôlables sur comment le monde serait si tout le monde serait mort ? Mieux encore, est ce qu'un jour une vie extra-terrestre va bien finir par nous révéler leur présence parmi nous ? Je sais, de stupides raisons pour troubler mon sommeil. J'avais fini par fermer mes yeux définitivement, ils étaient fatigués de compter le nombre de petites fissures au plafond. Sur le ventre, le nez dans mes draps en satin, je me délectais de mes dernières secondes de sommeil. Heureusement que je ne devais pas me lever tôt pour travailler, j'avais seulement 6 patients à voir en après-midi, j'avais réussi à coller leur rendez-vous et ainsi me donner le temps d'aller prendre une grande balade en forêt.

Le lever fût rapide, en deux-temps trois mouvements, j'avais déjà brossé mes dents et vêtus une chemise bleu marine, assortie à son pantalon gris. J'étais prêt à dévorer cette journée sous mes cernes. Je me prendrais un petit quelque chose à manger en passant, la rue de l'hôpital était gorgée de petits bistro prêt à porter. L'un d'entre eux confectionnait la meilleure brioche de tous les temps, après 3 ans, même le gérant connaissait mon nom et mon péché mignon. Brioche sous la dent, je fis un clin d'œil à la nouvelle caissière, brunette avec des courbes à l'infini. Je ne pourrais m'empêcher de la croquer elle aussi, un jour, quand je ne serais moins pressée par le temps. Son petit teint rougeâtre me disait bien aussi qu'elle n'était pas indifférente à mon charme magnétique. Je dis adieu à la boutique et me dirigeai vers l'hôpital, même que je fis mon antisocial, je me dirigeai vers mon bureau sans dire bonjour à mes collègues.

Je n'avais pas envie de parler à personnes, je n'avais pas envie qu'il me pose des questions sur cette mine affreuse et mes cernes. Je voulais la paix, loin de mes collègues curieux. Mon premier patient arriva à 12:15, un vieillard sur le point de craquer sous son arthrite. Il voulait une prescription pour des médicaments plus fort, ses doigts le faisaient souffrir comme s'il travaillait à construire une maison. Je ne lui posai pas plus de questions, j'étais son médecin depuis 1 an maintenant et ce dernier avait toujours des problèmes avec ces mains. 12:30 une jeune femme qui voulait un médicament anti-contraceptif, voilà, donner, à la prochaine. 12:45 un enfant qui avait de la fièvre et sa mère qui avait peur que cela soit la peste noire. Un bain très froid conseiller et des médicaments contre les céphalées, voilà chose faite !

Mes 6 patients entraient et sortait comme une machine, bien sûr, je n'étais pas idiot. Bien que je voulais faire vite, je ne mettais jamais la vie de mes patients en jeu. Tout était parfaitement considéré pour chacune des personnes présente dans mon cabinet. Une fois mon dernier patient partie, je rangeai mon bureau rapidement, ferma à clef et repartit aussi vite à mon tour.

Je n'avais qu'une idée en tête et c'était de me transformer, de m'alléger l'esprit de cette pression humaine. Alors que l'hôpital était dans le quartier nord, je me dirigeais à tout l'opposer vers le sud. Je laissais mes pas m'entraîner dans une direction puis dans l'autre jusqu'à atteindre la lisière d'une forêt. Je sortie un sac de ma poche, après des années de transformations ont fini par avoir de petits trucs comme mettre ses vêtements dans un sac pour éviter qu'ils se trempent ou qu'ils s'envolent tout simplement. Il y aurait eu certaines scènes cocasses où, j'ai dû rentrer les fesses à l'air. Très mauvaise idée lorsque tu es adolescent et audacieux. Nu et le sac cacher sous un buisson près d'un arbre, je laisse tomber mes barrières et me laisse transporter par le flux de souffrance qu'apporte la transformation. Je ne pourrais vous décrire la sensation, mais c'est comme si on essayait de vous arracher la peau de force et qu’on essayait d'y recoller une fourrure, inimaginable n'est-ce pas ?

Je me tords quelques fois en gardant mes gémissements pour moi, ma peau se recouvre d’une fourrure noire comme le charbon. J'avais choisi le chien comme apparence, je prenais souvent l'apparence du même chien. Un chien de race berger allemand, noir. Un jour, une femme m'avait croisé dans la rue, me croyant un chien errant, elle m'avait donné à manger et trouver un joli nom, Volker. J'avais adoré et trouver cela très original, j'avais fait quelque recherche et Volker était un prénom allemand assez populaire qui signifiait guerrier. Exactement, comment je me ressentais avec ce chien. Depuis ce temps, j'appelle mon chien ainsi.

La transformation complétée, Volker avait prit la place de Kane. Les poils replacer après m'avoir secoué un bon coup, je fais un dernier check-up sur la marchandise dans mon sac pour être 100 % sûr de pouvoir la retrouver par la suite et je pars à la course comme une flèche. Quel sentiment de liberté et de grandeur que de pouvoir courir librement. La forêt qui entourait la ville était d'un soulagement, pouvoir venir se dégourdir les pattes à seulement quelques minutes du boulot. Je courais la gueule grande ouverte en prenant de grande gorgée d'air fraîche, ce soir, j'allais bien dormir. Je savais exactement où je me dirigeais. En vol d'oiseau, j'avais vu une vieille petite cabane qui semblait abandonnée près de la forêt, en oiseau, je n'avais pas pu bien voir l'intérieur. J'aurais très bien pu me retransformer, mais je voulais profiter du reste du temps qu'il me restait en oiseau et puis de toute façon, j'essayais d'éviter de me transformer trop souvent dans la même journée, c'était épuisant pour rien.

Après environ 10 minutes, j'ai retrouvé cette petite cabane aux allures délabrée. La dernière fois, elle avait des fenêtres brisées et semblait être sur le point de s'effondrer. Malheureusement, elle n'avait pas vraiment changé, toujours aussi affreuse de l'extérieur. Je n'avais jamais vu un endroit si peu entretenu. Je fis le tour une fois rapidement, en reniflant tout ce que je pouvais m'imprégnant de l'odeur. Cette maison fut habitée, car une même odeur revenait sans cesse. L'odeur était simple et presque minimum de l'extérieur, cette personne n'était pas sortie bien souvent. J'alla vers la porte de devant et me cogna le nez à une porte fermé. Grr.

Peu importe qui avait vécu dans cette chose, il ne voulait pas que personne ne y entre. Bingo ! Une fenêtre était ouverte au niveau de la chambre, car c'est ce qui me semblait être une chambre une fois à l'intérieur. Je laissais des traces de boue sur les couvertures du lit. L'odeur était extrêmement forte d'un coup, je comprends qu'il laisse une fenêtre d'ouverte, mais non, je rigole ! Seulement moi pouvais sentir cette odeur ridiculement humaine. Je reconnaissais l'odeur, celui de l’hôpital étrangement. Je fis le tour de la chambre alors que mes griffes cliquetaient sur le plancher de bois. Je ne pouvais pas être des plus subtiles en faisant tout ce bruit, des choses tombaient du long de mon museau, mais je croyais cette cabane inhabitée...
lumos maxima

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 2863
SUR TH DEPUIS : 08/05/2014
MessageSujet: Re: Forgive me, I'm coming in (Pv Mika)   Jeu 7 Sep 2017 - 11:41


Forgive me, I'm coming in
Kane & Mikael




J'étais rentré de l'hôpital il y a quelques temps maintenant, presque un mois, et il s'en était passé des choses. Après un an a vivre dans une cave avec pour seule nourriture de l'eau et du pain, enchainé comme le serait hulk et torturé pour des informations aussi futiles pouvaient-elles être, On voit la vie différemment... En rentrant à la maison, j'avais du demander à Seth de venir m'aider à réparer les fenêtres qui avaient été brisées, que se soit par des gamins, des animaux, ou même la chute d'une branche que sais-je... La maison en avait pris un coup, l'eau était rentrée, elle était devenue vachement humide. Heureusement que Isolde m'a confié Claire, elle a fait un super boulot dans la maison, moi dans mon fauteuil, je n'en était pas capable. Je me sentais si faible en étant revenu, je me suis déjà dis que j'aurais préféré y resté si c'était pour vivre comme ça. Mais je me suis vite raviser, j'allais me remettre, ce n'était qu'une broche à la jambe, un plâtre au poignet, une autre broche au bras, une épaule démise et un trauma crânien, rien de bien grave. Tout ce temps passé dans la cave à me faire torturer par mon paternel -dont il faudra fêter les retrouvailles à grand coup de plomb- avait complètement affaiblit mes capacités. Mon père savait pour mon don, et il n'avait pas laissé une mouche entrer dans ma cellule. Je ne sais pas à quel point j'ai du perdre la main, ça fait un an tout de même.

Claire était sortie, sûrement pour faire quelques courses, je ne la fliquais pas. Elle avait pris soins d'ouvrir la fenêtre de la chambre pour aérer, je lui avait laissé la chambre avec le lit pour qu'elle ait son intimité, et je prenais le canapé. Elle prenait grand soins de la chambre, il n'y avait rien qui traînait, même pas une chaussette ! Elle en prenait soins comme si je lui avait fait payer une caution de 2'000$. Il n'y a que dans la salle de bain où ses affaires prouve bien qu'elle habite ici provisoirement.

Je m'était récemment délié du fauteuil roulant pour m'attacher aux béquilles, des fois, je me cassais violemment la gueule en me prenant la béquille dans la broche de ma jambe. Il fallait vraiment que je fasse attention avec la béquille gauche, parce que ce genre de truc était vraiment très douloureux. Je m'approchais du canapé pour y poser mon cul, et mettre ma jambe gauche sur la table basse, ça me faisait du bien de l'avoir droite et de ne pas me soucier d'elle. Je reposais ma tête sur le haut du canapé et me plongeais dans mes pensées. Qu'est-ce que j'allais faire après? Il allait falloir que je fasse de la rééducation? avec des infirmières qui applaudissent tes avancements comme les premiers pas d'un bébé? Non merci... J'allais me débrouiller seul, je fais toujours ça. Bon ok, j'aurais pas pu me soigner seul, mais me rééduquer à marcher, ça devrait le faire.

Je fus tiré de mes pensées par des bruits venants de la chambre, des cliquetis de griffes sur le planché, ainsi que des choses qui tombaient, surement la lampe de chevet tombée de la table de nuit, bref il y avait quelque chose dans la chambre, et c'était animal. Parfait, cette partie là de mon don fonctionne toujours, c'était un chien, je pouvais le ressentir, un chien mâle. Je me concentrait sur lui, les chiens étaient les plus faciles à maîtriser. Je lui envoyait l'ordre "Viens ici et arrête de foutre le bordel" Je ne sentis absolument aucune résistance dans son esprit. Comme si ce n'étais pas un chien sauvage, mais bien un chien apprivoisé. Mon don fonctionne très bien avec les animaux proches des hommes, plus l'animal est sauvage, plus c'est compliqué, mais pas impossible. Il est très facile pour moi de prendre le contrôle sur un chat, mais ce ne serait pas pareil avec un rhinocéros... Ce chien venait donc de pointer le bout de son museau dans mon salon, c'était une belle bête noire, comme on en voit peu chez les bergers allemands. Je ne pu m'empêcher de lui adresser la parole comme n'importe qui le ferrait à son chien, "Alors mon beau, tu te fait chasser par le fermier du coin? t'es venu te mettre à l’abri?" Je lui parlais alors sans lui infliger la moindre connexion mentale, je voulais voir s'il était vraiment si docile que ça.


electric bird

_________________



Nightmares...





TH Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Forgive me, I'm coming in (Pv Mika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MIKA
» Nous, nous marcherons au nom de Jéhovah notre Dieu. — Mika 4:5.
» MIKA Life in a cartoon motion
» No Limit 2 coming soon !
» GREEN DAY - U2
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier sud :: résidences-
Sauter vers: