AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Couleur soleil d’hiver [PV Annaliese]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 243
SUR TH DEPUIS : 28/05/2017
MessageSujet: Couleur soleil d’hiver [PV Annaliese]   Mer 13 Sep 2017 - 15:38

Un pan de temps s’écarte de ma route. J’ai la nonchalance des heures paresseuses. Je suis un passant parmi d’autres. Aujourd’hui je me sens différent pourtant. Je traverse les rues et les venelles avec un but. Mon envie est universelle et éternelle : j’ai envie de rêver. J’ai envie de prendre un livre entre mes mains, de laisser mon corps couler dans l’oubli de ma conscience, chez moi, dans un fauteuil doux, dans un salon hors des jours.
Quelqu’un pourra entrer chez moi, me voler, me houspiller. Je ne l’entendrai pas, je ne le verrai pas, je ne le remarquerai pas.

J’évite une poussette très rose – une petite fille doit y dormir.
J’évite un chien très petit et très denté – comme tous les petits chiens.
Je salue l’éboueur que je croise à cette heure tous les samedis matin.
J’entre dans la librairie.

Le carillon électronique.
( Où sont les cloches d’antan, leurs métaux, leurs sons froids et humains ? )
Les allées lourdes de livres. Cartons brillants. Sous mes yeux, les objets de ma convoitise. Alignés.  Disponibles. Exposés. Presqu’une impudeur.

Ici, les choses ne pèsent rien. Le quotidien est une brume restée derrière la porte. Et moi je suis un des rêveurs qui s’en sont échappés. Je navigue entre les rayons de photos (livres grands !), d’illustrations (livres tendres), de poésie (livres textures), d’essais (livres sérieux), de romans (livres similaires), de…

Je prends un petit livre blanc entre mes mains. Son résumé me plait – un enfant qui boit du lait de lune – et l’écriture me fait sourire
( Les mots de l’enfant sont innocents, sa vie est cruelle, sa mère pierreuse est terrible )
Je me contenterai de ce livre pour le moment – il m’en faut peu pour être contenté.

Je m’aligne derrière les autres. La file. Nous attendons l’instant du paiement, l’instant qui met un terme à la rêverie et qui nous rappelle combien tout se vend et tout s’achète – même les rêves, même le lait de lune, oui.

J’attends.

Je me statufie. Sel ou pierre, je ne sais.



… sel.

L’attente tient un peu du recueillement. Son silence. Sa légèreté.

Dans mon corps de sel, je me sens flotter.

Mon regard se pose sur les choses. Se suspend. S’envole. Rebondit. Se détend sur une couverture aimable, se crispe sur un titre rouge vif.

Des cheveux couleur soleil d’hiver à côté de moi.

Je connais cette couleur.

Ma mémoire me mène parfois un combat pacifique – comme aujourd’hui – et refuse de me livrer tous mes souvenirs. Où ai-je déjà vu cette couleur de cheveux ?



Est-ce possible ? La retrouver ici, dans la file ? Le hasard a parfois de ses tours…

Je me tourne légèrement vers les mains pâles et ce qu’elles tiennent. Pour les autres, elle est une cliente de la librairie comme les autres. Pour moi, c’est…

Je me sens mal à l’aise. D’un malaise rouge, tirant sur le mauve. Un malaise qui rend mon sang boueux et bien trop vaseux.

Mon regard remonte vers le sien.
Il faut dire quelque chose.

- Oh désolé, je rêve trop. Vous étiez avant moi.

Un pas en arrière.
Un dérangement en creux.
Je souris.
Les sourires adoucissent les dérangements.

- La file est longue… Au moins, cela rend justice à cette petite librairie toujours bien fournie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 45
SUR TH DEPUIS : 14/08/2017
MessageSujet: Re: Couleur soleil d’hiver [PV Annaliese]   Sam 16 Sep 2017 - 20:24


 
ft. anna & syracuse

 
couleur soleil d'hiver

 
 

 

Ce jour là, Annaliese était sortie flâner en ville. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas fait plaisir et les derniers jours, relativement intenses en émotions, l'avaient laissée fatiguée. Il était temps de faire attention à elle. Elle était passée d'abord dans une petite boutique de vêtements qu'elle affectionnait beaucoup. l'ambiance y était très douce et elle aurait pu rester des heures à flâner entre les décors baroques en contreplaqué, à admirer, toucher et sentir les tissus. Après un long moment d'hésitation, elle avait fini par ressortir avec une jolie combinaison en coton bleu ciel, agrémentée de fines rayures blanches. Le haut, à bretelles, était cintré et épousait la forme menue de son buste alors que les jambes étaient très larges, ce qui la grandissait davantage.
Plus que satisfaite de son acquisition, elle s'était ensuite dirigée dans un autre magasin, qui vendait des fournitures pour artistes. Elle était plus qu'une habituée des lieux et le vieil homme qui tenait la caisse lui faisait presque toujours une ristourne en la gratifiant d'un sourire bienveillant. Il allait lui manquer, quand il prendrait sa retraite.

Avec un plaisir certain, elle choisit de nouveaux carnets de croquis. Elle avait toujours du mal à se décider, entre l'épaisseur graineuse du papier d'aquarelle, la rusticité sensible du kraft ou la finesse veloutée du papier à calligraphie. Finalement, elle repartit avec un de chaque, en format de poche. Elle aimait pouvoir dessiner partout, et un format A3 n'était pas l'idéal à glisser dans un sac à main.

La jeune femme termina son petit circuit par un saut dans une librairie assez intime, dans laquelle elle se fournissait parfois. Entre les rayonnages, dans l'ambiance feutrée, elle écoutait distraitement la musique en baladant son doigt sur les tranches des ouvrages. Tant de choses l'intéressaient, des essais, aux thèses scientifiques, en passant par le simple roman d'aventure. Elle aimait tout.
Son regard s'arrêta finalement sur une ré-édition du livre de Stephen Hawking, Une Brève Histoire du Temps. Elle l'avait lu il y avait bien longtemps mais l'ouvrage appartenait à la bibliothèque de son université.

Ses achats sur un bras, le livre sous l'autre, elle se dirigea vers la caisse. La file était plutôt importante mais elle avait tout son temps. Elle allait s'avancer quand un homme plutôt grand la doubla. Un peu gênée, plutôt discrète, elle n'osa rien dire. Mais il se rendit compte de lui-même et s'excusa. Rougissant de gêne, la jeune suédoise inclina la tête en balbutiant un "merci" avant de reprendre sa place.
Il semblait aussi gêné qu'elle et lui accorda quelques mots pour dissiper ce malaise. La jeune laborantine lui sourit gentiment et hocha la tête en regardant la queue qui avançait doucement.

- Oui, vous avez raison. Mais cela me rend plutôt heureuse. Il me semble que c'est encore la seule librairie du centre qui ne soit pas dirigée par un grand groupe.

Elle avisa la couverture du livre que son interlocuteur avait choisi. Un instant, ses yeux brillèrent et elle le reconnut. Une flopée de souvenirs heureux semblèrent l'envahir alors que ses yeux océans scrutaient le banc de la couverture. D'un air enthousiaste, elle reprit la parole.

- Oh je connais ce livre ! Il me semble qu'il est assez ancien... L'auteur a vécu au siècle dernier. Ma mère me le lisait souvent le soir pour que je m'endorme, c'était mon histoire préférée.

Une ombre, partagée de mélancolie mais aussi d'heureuse nostalgie, passa sur son visage à l'évocation de sa mère. Elle se demanda pourquoi cet homme s'intéressait à la littérature enfantine. Peut-être voulait-il en faire cadeau à un enfant ? Il avait l'air en âge d'avoir une famille... Mais cela ne la regardait pas, elle n'osa pas poser la question.

- L'histoire est assez simple pour un enfant, mais lorsqu'on le relit, adulte, elle prend tellement plus de profondeur... Je ne le garde jamais loin de ma table de chevet.

Tout à son enthousiasme, elle se rendit soudain compte que l'homme en face d'elle n'avait peut-être pas envie de lui parler. Peut-être sa tentative de discussion n'avait été qu'une politesse et qu'elle le mettait mal à l'aise avec ses élucubrations dignes d'une adolescente. Soudain gênée, elle se mordit la lèvre inférieure en regardant la lumière reflétée sur ses chaussures blanches vernies.

- Excusez-moi, je vous dérange sans doute. Généralement, les gens sont dans une file d'attente pour régler leurs achats et pas pour faire la conversation avec des inconnues. J'ai tendance à oublier ce genre de détails conventionnels.

Elle serra son livre contre sa poitrine alors que la file avançait un peu. La femme qui passait à la caisse était entourée de trois joyeux bambins qui accaparaient son attention et ralentissaient le règlement de ses achats par leurs cabrioles et leurs babils incessants.
 
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
 

_________________
❝ scars we cover up with paint ❞ darker times will come and go, times you need to see her smile. and mothers heart are warm and mild. i would rather feel this world through the skin of a child. when a human stroke your skin, that is when you let them in, let them in before they go. i would rather feel alive with a childlike soul.

Ⓒ Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Couleur soleil d’hiver [PV Annaliese]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Soleil Tan de Chanel : un MUST !
» Ma quartz rose perd sa couleur !
» Poudre éclat de couleur (Pigments)
» Réparation fap cassé : changement de couleur
» Booster son immunité avant l'hiver
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: radcliff, kentucky :: quartier nord :: centre commercial-
Sauter vers: